AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aller cueillir les étoiles, c'est mieux à deux ▬ PV Jay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Féminin
Messages : 540
Age : 22

Âge du personnage : 17 ans
Nombre de Badges : Zero

MessageSujet: Aller cueillir les étoiles, c'est mieux à deux ▬ PV Jay    Ven 3 Fév 2012 - 19:17

Nia a toujours aimé le ciel. Parce qu'elle trouve ça joli, déjà, cette étendue bleue au-dessus de sa tête, parfois parsemée d'étoiles brillantes. Et puis aussi parce qu'elle le voit comme une chose incroyablement poétique et romantique. Essayez de compter le nombre de textes, que ce soit des poèmes, des romans ou encore des chansons, qui parlent du-dit ciel, vous verrez que vous en trouverez un paquet. C'est une source d'inspiration indéfinissable, inépuisable. Tout le monde aime le ciel, non ? En tout cas, très peu le haïsse. Alors voilà, notre petite demoiselle n'échappe pas à la règle. C'est pourquoi elle est en route pour le planétarium, expédition organisée le matin même.

Dans le froid, elle marche. Ses pieds pas plus grands qu'une main adulte frôlent le sol régulièrement, assez vite. Elle espère bientôt arriver ; elle sent ses orteils se geler dans ses chaussures. Ses doigts transis de froid viennent remonter son énorme écharpe sur le bout de son nez. Brrr. L'hiver est vraiment une drôle de saison ! Il est difficile de savoir si on l'apprécie ou pas. Les frileux diront que c'est atroce, mais que la neige est plutôt belle. Les plus résistants qu'ils s'en fichent, que ce n'est qu'une saison comme une autre. D'autres affirmeront peut-être que la neige est horrible, mais que la période en elle-même n'est pas mal. Enfin, vous voyez. Nia est plutôt dans le camp de frileux, vous l'aurez probablement compris. Sa tenue de base pour survivre dans ce monde glacé équivaut plus ou moins à la couche de vêtements qu'utilisent les esquimaux. Soit un bonnet, une grosse écharpe, un tee-shirt, un sous-pull, un pull, un manteau, un collant, un jean, deux paires de chaussettes, des converses et, habituellement, une paire de gants. Oubliée malencontreusement en ce jour pourtant glacial. Dommage.

Avec un tremblement, la jeune fille passe sous une des immenses arches du quartier des menthae, afin d'arriver devant les portes du planetarium. Qu'elle pousse avec un empressement visible, mourant d'envie de retrouver un minimum de chaleur. Les minutes passent, au cours desquelles Nia reste plantée à l'entrée, les yeux clos. Elle sent un courant tiède la parcourir, mais ce n'est pas assez. Elle a encore l'impression d'être au rayon surgelé d'un supermarché. Alors elle attend que ça passe, les bras serrés autour de sa poitrine, ses paupières protégeant son regard. Elle est comme ça, Nia. Si ce qu'elle veut n'arrive pas immédiatement, elle se pose et elle patiente, calmement. Jusqu'à ce que ce dont elle a besoin arrive à se portée. En l’occurrence, cinq minutes plus tard elle en est toujours au même point, soit à trembler comme une feuille, mais bon. Elle se dit qu'elle a tout son temps. Cherchant un moyen de se concentrer sur autre chose que sur le froid, elle tend l'oreille, et elle se met à écouter tous les bruits que produit la salle où elle se trouve. Le vent siffle contre la porte derrière elle. Quelque chose craque, à sa droite. Une pendule égraine les secondes, infatigable. Encore et encore. Une ampoule grésille légèrement, elle perçoit la lumière qui oscille derrière le voile de ses yeux fermés. Des rires fusent au dehors, d'abord forts, puis de moins en moins perceptibles. Enfin, quand tout est redevenu silencieux, qu'il n'y a plus rien de neuf à écouter. Nia ouvre ses paupières. Et découvre avec un adorable plaisir un des plus jolis endroits qu'elle connaisse.

Immense, imposant, majestueux. Tout en subtilité, gardien caché des étoiles. Les yeux écarquillés comme si elle voulait tout voir à la fois, l'adolescente avance, doucement. Elle descend une à une les marches menant au projecteur. Il est allumé, des centaines de milliers de petites lumières dessinent les constellations du monde au plafond. Alors, au fin fond de son esprit, Nia se dit que décidément le ciel est vraiment la chose la plus incroyable de la vie. Et elle se dit aussi qu'il est vraiment dommage qu'elle soit aussi seule pour l'observer. Si seulement elle avait su la suite... ♥


Dernière édition par Nia Antonelli le Sam 11 Fév 2012 - 18:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Préfet - Lychnis
avatar
Jay K.A. Marshall
Préfet - Lychnis

Féminin
Messages : 368
Âge du personnage : 18 ans o/

MessageSujet: Re: Aller cueillir les étoiles, c'est mieux à deux ▬ PV Jay    Dim 5 Fév 2012 - 11:03

« waited for your call, for the moon to release me
from the longest afternoon i've re-arranged parts
of my living room but time is hard to kill since i
met you.
    Mains dans les poches, il sifflotait en boucle l'air d'une chanson qui s'entêtait avec une insolence presque aberrante à ne pas vouloir quitter son esprit juste pour jouer, juste pour le rendre fou. L'air qui se répète en boucle, qui remplit son corps tout entier, le submerge et lui donne envie de se balancer au gré de son rythme. Il pourrait simplement fermer les yeux et se laisser transporter dans un tout monde, fermer les yeux sur ce qui l'entoure et oublier l'école, les gens, le monde. Mais Jay n'est qu'un petit rêveur qui réagit au son d'un instrument et rêve d'aventures, il n'est pas de ces rêveurs torturés qui veulent à tout prix échapper à la dureté de la réalité, qui refuse d'accepter l'injustice et la désolation du monde. Non, Jay est un bon vivant qui aime simplement siffloter un air gai dans le froid mordant de ce mois de février, un air qui lui réchauffe le cœur à défaut de lui réchauffer le corps malgré ses épais vêtements.
    Devant l'adolescent se dessine le quartier des Menthae mais, il n'arrête pas sa route et s'y engage avec assurance. C'est un Lychnis et ils sont réputés pour leur paresse ou leur côté paresseux, ce qui agace d'ailleurs beaucoup de verts, mais, surtout pour leur indifférence face aux groupes. Ils sont aussi connus pour aimer se mêler de ce qui ne les regardent pas et créer des conflits cependant ce n'est pas une partie qui concerne notre ami qui aurait bien du mal, croyez-moi. Le préfet donc, se baladait tranquillement dans le très élégant quartier à l'architecture de marbre.
    Cependant dans sa paisible petite ballade, un bâtiment attire son attention : le planétarium. Il se sent soudain attiré par celui-ci sans pouvoir se défaire de cette emprises, une expression béat se dessine sur son visage comme s'il était encore en train de contempler une vitrine de sucreries toutes plus alléchantes les unes que les autres. Il est bien connu que les enfants éprouvent un intérêt assez vif pour les ciels clairs remplis d'étoiles, tout comme les adultes d'ailleurs mais, sans y trouver toute la poésie des âmes vagabondes ou solitaires, non juste parce que c'est beau, parce que ça brille. Toutes ces petites lumières scintillants dans le ciel obscur semblent attiser leur curiosité et leur imagination bien plus encore. Il suffisait de voir comment le jeune Marshall, alors âgé de cinq ans, avait voulu soudain devenir astronaute pour saluer tous les habitants imaginaires de ces jolies étoiles. Il avait appris plus tard bien sûr que non, il était impossible d'y trouver un martien jaune à trois yeux qui lui ferait ses devoirs, ce qui bien que détruisant ses rêves ne détruit pas la magie du ciel.
    Le môme parut réfléchir quelques instants comme hésitant, se demandant en réalité ce qu'il était venu faire ici mais l'intérêt qu'il portait au bâtiment magique, qui lui permettrait de contempler un ciel étoilé de jour, accaparait toute son attention et il lui fut impossible de se concentrer. C'est ainsi que Jay poussa la porte, gardienne du secret de l'endroit, et s'enfonça avec impatience dans l'infrastructure. Un ciel sombre qui s'étendaient à l'infini sur lequel dansaient et s'illuminaient un milliard de petites étoiles. Magnifique. Tellement magnifique qu'il en gardait la bouche grande ouverte et dont, s'il ne s'était pas ressaisi, serait sorti un mince filet de bave tout à fait classe et élégant.
    Le préfet s'avança dans la pièce, la tête encore collée au plafond ce qui lui valut de manquer de se vautrer par terre dans les escaliers mais heureusement grâce à ses réflexes en acier de super-héros imaginaire, il n'avait rien. Il était allongé sur le sol de tout son long en position étoile de mer à la dérive, les yeux rivés sur le ciel, régressant encore de quelques années mentalement, quand la porte se referme dans un grincement. Il sursauta comme une feuille même si par fierté masculine il ne l'avouerait jamais, prétendant s'être redressé car il avait envie de se dégourdir les jambes. Il était fort et il devait sauver le monde, il ne pouvait pas trembler quand une porte claquait. Que penserez les futurs personnes qu'il sauverait héroïquement ? C'était impensable, inimaginable un justicier trouillard pensez-vous.
    Jay donc prudemment campé sur ses jambes découvrit que celle qui venait de lui faire la peur de sa vie n'était autre que Nia. La jolie petite Nia qu'il aimait tellement taquinée et qui semblait aussi prisé par la contemplation des étoiles que lui. L'adorable petite Nia qui rougissait dans ce genre de moment et s'enfuyait à toutes jambes mais qui semblait tout de même l'écouter quand il déblatérait sur un peu tout et n'importe quoi alors il l'aimait bien.
    « EEEH NIAAAAAA ! » cria-t-il presque alors qu'elle n'était qu'à quelques mètres de lui avec toute la discrétion d'un pachyderme dans un magasin de porcelaine.

    ( Omg c'est plus long que ce que j'avais prévu mais on a rien vu d'accord? ♥ )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Messages : 540
Age : 22

Âge du personnage : 17 ans
Nombre de Badges : Zero

MessageSujet: Re: Aller cueillir les étoiles, c'est mieux à deux ▬ PV Jay    Sam 11 Fév 2012 - 18:29

Bleu. Acier, outremer, saphir, pétrole, marine, canard. Bleu ciel. Bleu nuit. Beau bleu. Et au milieu de ce bleu, des perles. Brillantes, éclatantes, scintillantes. Étincelantes. Jolies perles. Oh oui, un ciel nocturne était vraiment magnifique. Mais ça, nous l'avons déjà dit, n'est-ce pas ? Certes. Mais Nia était tellement plongée dans sa contemplation de cet Univers artificiel qu'il m'a semblé utile de vous le rappeler.
Elle observait, donc. Ses yeux noirs, levés, analysaient les moindres détails de la toile nocturne s'étendant au plafond. Elle avait l'impression d'être dans un monde parallèle. En plein rêve. Rêve éveillé. Rêve arc-en-ciel. Adorable rêve. Et puis la bulle éclata, d'un seul coup. Réagissant à quelque chose des plus inattendues. Une voix. Plop.

« EEEH NIAAAAAA ! »

Premier cri. A quelques mètres d'elle. Volume trop élevé. Intonations masculines. Pas identifiables. Dut dut. Problème. Quelqu'un était là, dans la même pièce qu'elle. Quelqu'un qu'elle ne connaissait peut-être pas mais qui la connaissait en retour. Quelqu'un qui était derrière elle, qui pouvait la voir. Elle qui était si imparfaite, si banale, si indigne d'être observée. Pourquoi ?
Deuxième cri. Lequel ? Le sien.

« HYAAAAAAAAAAAA ! »

Nia avait toujours eu une façon très particulière de crier. Comme si elle avait répété maintes et maintes fois pour obtenir un son semblable à celui d'une demoiselle en détresse en plein cœur d'un vieux film hollywoodien. Sauf que c'était naturelle. Le résultat était donc très très étrange.
Mais peu importe. Non, parce que ce qui va attirer notre attention. C'est le sursaut qui accompagna ce cri. Brusque, incontrôlé. Incontrôlable. Les mains de la jeune fille valsèrent de part et d'autre de son corps avant qu'elle ait eu le temps de dire ouf. Et ce qui devait arriver arriva.

BOUM.

Moins quatre mille pokés. Sérieusement. Elle venait littéralement d'éclater le projecteur, avec ses petits poings de bébé. Ou plutôt, elle venait de casser une vingtaine d'objectifs, enlevant un bon millier d'étoiles au ciel en boîte. Oups, dommage. Horrifiée, l'adolescente baissa les yeux vers ses pieds, où s'étendaient joyeusement de minuscules morceaux de verre brisés. Enfin, toute tremblante, elle se rappela le pourquoi de son sursaut. Il y avait quelqu'un avec elle dans le planétarium. Alors elle tourna la tête. Pour découvrir une des personnes qu'elle fuyait le plus dans sa vie. J'ai nommé : Jay Marshall. Préfet, s'il vous plaît. Et accessoirement, le garçon qui lui faisait honte trois fois sur cinq en riant trop fort au milieu d'une foule d'élèves. Enfin en l’occurrence, la première pensée de Nia ne fut pas « hiii, Jay, fuyons ! » mis « oooh, Jay, il va peut-être pouvoir m'aider... ! Oh là là ! ». C'est pourquoi elle lui lança son regard spécial plein de larmes et de ausecoursjesaispasquoifaire pour prendre la parole. Avec sa voix tremblante de petite fille. Ah, Nia. Tu as peut-être dix-sept ans, mais tu ressembles vraiment à une gosse.

« Ah... Jay, vous m'avez fais peur. Et. Et j'ai cassé ce pauvre projecteur, miséricorde. Qu'est-ce que je vais faire... ? C'est comme. C'est comme si j'avais assassiné le ciel. Vous vous rendez compte ? »

Au cas où vous vous le demandez, Nia vouvoie tout le monde. C'est un peu perturbant au premier abord, mais on fini par s'y habituer. Elle a besoin de ça de toute façon. Pour prendre ses distances ? Pour rester à l'abri, dans sa jolie cage dorée. Loin du danger que représente les autres. Enfin. Timidement, elle commença à triturer ses mains dans tous les sens. Ses minuscules mains. Elle se sentait mal à l'aise, affreusement mal à l'aise. Adieu perles scintillantes, adieu jolis rêves. Nia vous a croisé. Nia vous a touché du bout des doigts. Et comme une enfant, Nia vous a cassé. Méchante Nia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Préfet - Lychnis
avatar
Jay K.A. Marshall
Préfet - Lychnis

Féminin
Messages : 368
Âge du personnage : 18 ans o/

MessageSujet: Re: Aller cueillir les étoiles, c'est mieux à deux ▬ PV Jay    Dim 12 Fév 2012 - 16:09

« travelling the road, last known is where i want
to be my compass directing, electing, an open
road with golden trees.
    « HYAAAAAAAAAAAA ! »
    La réaction de Nia était parfaitement prévisible et presque celle attendue de la part de la Menthae. Jay avait déjà fait l'essai plus d'une fois et avait eu comme réponse plus d'une fois ce petit cri de surprise qui ressemblait étrangement à celui d'une blonde sulfureuse enlevé par Godzilla. Ce que le jeune préfet n'avait malheureusement prévu était que l'adolescente casse un des projecteurs avec ses minuscules mains. Il n'avait pas prévu de lui faire tellement peur qu'elle soit assez surprise pour littéralement en briser un. Qui mettait autant de force dans une si chétive silhouette ?
    « Ah... Jay, vous m'avez fais peur. Et. Et j'ai cassé ce pauvre projecteur, miséricorde. Qu'est-ce que je vais faire... ? C'est comme. C'est comme si j'avais assassiné le ciel. Vous vous rendez compte ? »
    Ce qu'il n'avait pas non plus prévu c'était de se retrouver face à une Nia au bord des larmes et complètement désespérée qui au lieu de prendre la fuite venait lui demander de l'aide. Chose qui était en sois loin d'être la plus brillante idée qu'on puisse avoir. Et dans ce triste tableau, entre l'enfant en larmes et le projecteurs aux rêves brisées, se trouvait un Jay totalement désarçonné qui n'avait aucune idée de comment réagir. Il n'était pas du genre à penser, effort bien trop difficile pour sa caboche de mollusque, juste du genre à agir sans penser aux conséquences après. Sécher les cours, faire les quatre cent coups, enfreindre le couvre-feu pour organiser les fêtes les plus folles. Le monde n'avait ni limite, ni règles pour l'aîné Marshall.
    L'adolescent attrapa sa toute petite main digne d'une petite fille dans la sienne et entraîna son corps de poupée dans une folle course contre les règles, la morale et les conséquences. La porte qui se claque derrière eux. Les deux fugitifs qui courent dans la rue à peine peuplée. Clap clap font leur pas sur le sol dans leur fuite sans but. Les bâtiments qui défilent, les regards surpris des passants. C'est comme un immense jeu. Fermes les yeux petite et imagines, imagines que vous êtes deux bandits en cavale qui bravent sans cesse les lois. Fermes les yeux et laisses toi emporter. Boum boum fait son cœur dans sa poitrine.
    Essoufflé, Jay ralentit l'allure jusqu'à s'arrêter, tenant toujours la main de la jeune Antonelli comme s'il avait peur qu'elle s'envole dés qu'il la lâcherait. Il était devenu son complice et elle sa compagne de jeu. Que feraient-ils après ? Comment le réparaient-ils ? Pour dire vrai, il n'en avait pas le début d'une idée, pas même un embryon. De façon assez inattendue, le Lychnis éclata de rire alors que la situation ne prêtait pas vraiment à rire. Pendant donc bien deux minutes, il se tortilla comme un asticot sans pouvoir s'arrêter de rire. Qui avait déjà vu un Jay sérieux de toutes façons ? C'était comme une équation, peu importe la situation il en résultait toujours la bonne humeur et l'insouciance de l'adolescent.
    Le jeune Marshall tapota affectueusement la tête de la jeune Nia, qui avait été entraînée dans sa fuite, comme on le ferait à un enfant pour le rassurer. L'enfant qui en rassurait un autre, n'était-ce pas ironique ? Assurément. Il laisse découvrir ses dents blanches dans ce sourire qui l'accompagne si souvent et lance presque en chantonnant :
    « Eh Nia, Nia, c'est pas grave. Personne ne t'en veux, personne ne saura. Donc t'as pas besoin de t'en faire. Ce sera comme un secret d'accord ? »
    Parce que tout va toujours bien dans son monde, parce que même si c'est bien le roi des idiots, Jay il n'aime pas lire la culpabilité dans les yeux noirs de l'adolescente et il tente de la réconforter même si ses méthodes sont discutables. Jay et le tact, Jay et l'art de mettre magnifiquement les pieds dans le plat parfois en voulant bien faire. Jay à l'œuvre qui se veut admiratif :
    « Mais t'as tapé vachement fort ! On dirait pas comme ça ! »

    (Jay, la délicatesse incarnée 8D)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Messages : 540
Age : 22

Âge du personnage : 17 ans
Nombre de Badges : Zero

MessageSujet: Re: Aller cueillir les étoiles, c'est mieux à deux ▬ PV Jay    Dim 26 Fév 2012 - 14:06

« Moi je m'en moque, j'envoie valser
les truc en toc, les cages dorées. »

    Debout, les larmes aux yeux dans le planétarium, Nia se sentait minuscule. Toute, toute, toute petite. Une poussière. Une méchante poussière, qui n'était bonne qu'à faire du mal autour d'elle. Elle pouvait bien pleurer, ah ! Personne ne viendrait la consoler. Non, elle ne méritait pas qu'on prenne soin d'elle, elle qui n'était pas capable de faire attention aux choses l'entourant. Elle n'avait pas le droit d'être aimée, pauvre petite chose si imparfaite. Tremblotante, elle s'imagina traînée jusqu'à la place publique. Elle s'imagina des centaines de regards accusateurs sur elle, et puis des rires moqueurs au moment de sa pendaison pure et simple. Des rires forts, puissants, qui l'étouffaient, de plus en plus, encore et encore et encore et encore jusqu'à ce qu'on lui passe la corde au cou et que... Aaaaaah !
    Une main tiède attrapant la sienne la tira de ses étranges pensées. Ses deux yeux sombres s'écarquillèrent, billes noires brillants d'étonnement. Son regard se posa sur Jay. Qui l'entraîna brusquement dans une course contre la réalité. Bam ! Fit la porte en s'ouvrant d'un coup pour les laisser passer. Nia mit un moment avant de réaliser ce qu'il se passait. Elle... Elle était en train de courir ? Mais elle était nulle en sport ! Et, plus important, pourquoi est-ce qu'ils fuyaient ainsi les problèmes ? Ils étaient censés trouver un moyen de réparer le projecteur, pas quitter sans un mot le lieu de leur crime. Jay était préfet, il aurait dû l'aider. Ou la punir. Pas partir avec elle. Quelque chose clochait, non ? C'était immoral, improbable, un insolent pied de nez aux règles. La sage et polie Nia aurait dû détester.
    Et pourtant. Pourtant, plus elle avançait, plus son souffle se faisait précipité, plus son cœur s'emballait. Et plus elle se sentait bien. Elle avait la vague impression qu'on venait de lui ôter un poids immense des épaules. C'était comme une voix dans sa tête. Une voix lui disant de faire ce qu'il lui plaisait pour une fois. Lui demandant de se jeter à l'eau, d'oublier les problèmes. Ne serait-ce que pour quelques secondes, quelques minutes, pourquoi pas quelques heures ! Juste oublier. Se laisser happer par le vide, le noir. Tomber ! Tomber dans un coin de ciel étoilé. Et vivre.
    Oui, Nia aurait aimé que l'instant dure éternellement. Elle aurait aimé conserver encore un peu ce sentiment de sérénité qui la berçait dans sa course. Mais il fallait se rendre à l'évidence : elle était réellement nulle en sport. Elle s’essouffla bien vite ; Jay aussi. Sans un mot, leurs respirations complètement saccadés, ils ralentirent jusqu'à se stopper. La jeune fille avait la tête qui tournait, épuisée. Si la main du garçon ne l'avait pas soutenue, elle se serait peut-être même laisser aller à l'évanouissement. Mais non. Alors que des étincelles dansaient devant ses yeux, prêtes à l'engloutir, elle se ressaisit. Elle ne pouvait pas laisser le jeune homme tout seul... Cela aurait été des plus impoli. Avec application, elle s'efforça de respirer calmement, tentant de retrouver un rythme cardiaque régulier. C'est là que Jay se mit à rire. Comme un timbré, plié en deux, il donnait l'impression de ne plus pouvoir s'arrêter. L'adolescente l'observa, encore un peu sonnée. Un faible sourire se dessina sur ses lèvres. Elle ne comprenait pas vraiment ce qui était amusant, mais il était toujours plaisant de voir ne serait-ce qu'un peu de bonne humeur dans le monde. Hoquetant encore à demi, le jeune préfet tapota la tête de Nia, la faisant légèrement rougir. Elle avait l'impression d'être redevenue une enfant. Lorsque son père tentait de la rassurer, il agissait toujours de la même façon... C'était agréable. Et étrange à la fois. Jay... Jay n'était pas son père ! Non, non ! Alors pourquoi était-il aussi rassurant ? Rassurant et inquiétant. Avec son grand sourire. Et cette façon d'agir, qui faisait que Nia ne savait jamais ce qu'il pensait vraiment. Oh... Si contradictoire. Alors, la contradiction prit la parole, chantonnant presque.

    « Eh Nia, Nia, c'est pas grave. Personne ne t'en veux, personne ne saura. Donc t'as pas besoin de t'en faire. Ce sera comme un secret d'accord ? »

    Une moue peu convaincue alla cueillir les lèvres de la jeune fille. Un secret ? Elle n'était pas certaine que ce garçon, aussi bavard qu'une pie et discret qu'un éléphant, autant l'avouer tout de suite, puisse garder longtemps quelque chose secret. Enfin, elle n'avait pas vraiment le choix. Elle était actuellement obligée de le croire. Elle en avait besoin. Comme une noyée s'accrochant à une bouée de sauvetage. En l'occurrence, la boue n'était pas très stable mais... Elle ne pouvait pas se permettre de refuser la moindre aide. Elle se sentait fragile à présent. Petite et fragile. Prête à se casser. Au moindre mot de travers.

    « Mais t'as tapé vachement fort ! On dirait pas comme ça ! »

    Glang. Bingo ! La bouche de la jeune fille s'entrouvrit en un « o » parfait, elle se remit à trembler un peu. Ah oui... C'était elle qui avait tapé le projecteur. C'était de sa faute. Complètement désemparée, elle se souvint des morceaux de verre au sol. Des étoiles manquantes sur la toile du ciel. De sa fuite extrêmement lâche. Oh mon Dieu. Oh mon Dieuuuu ! La place publique deux : le retour.
    La culpabilité de Nia est sans limite.
    Finalement, avec ses intonations oscillant entre la peur et l'envie d'être plus sûre d'elle, la jeune fille prit la parole.

    « Mais je. Je ne désirais pas faire cela. Monsieur Jay, enfin. Nous n'aurions pas dû partir ainsi ! Ooooh, non. Si quelqu'un découvre ce que nous venons de faire, nous risquons d'avoir beaucoup d'ennuis... Beaucoup, beaucoup d'ennuis ! Il faut y retourner, venez. Suivez-moi. »

    Un peu gênée, elle remarqua que le garçon tenait encore sa main. Est-ce que c'était un problème ? Elle ne savait pas trop. D'un certain côté, elle se sentait rassurée. Et d'un autre, elle ne pouvait pas forcer Jay à venir avec elle. Automatiquement elle avait utilisé le « nous » si réconfortant, mais qui lui disait que le jeune homme accepterait de l'aider ? Après tout, il n'était pas vraiment responsable de la situation ! Tout du moins, du point de vue de la jeune Antonelli. Avec un petit soupir, elle entreprit de dégager calmement sa main. Et puis elle tourna les talons et commença à marcher en direction du planétarium. Ses pas claquèrent contre les pavés. Un, deux, trois. Avant qu'elle ne s'arrête et ne se tourne à nouveau vers Jay.

    « Je... Je sais que vous préféreriez sûrement vous amuser. Mais je pense qu'il est parfois nécessaire d'affronter la réalité. Voilà... Je ne puis cependant vraiment vous obliger à me suivre... Je dois admettre que cela me ferait pourtant réellement plaisir, monsieur. Cela est à votre guise. »

    Oh, petite Nia. Avec tes jolies phrases, ta façon d'être si pure. Certains te qualifieraient de cruche, d'autres de poupée. Mais tu t'en moques, n'est-ce pas ? Pour le moment, ce qui t'importe, c'est Jay. Parce que tu aimerais tellement. Tu aimerais tellement qu'il ne t'abandonne pas. Tu aimerais tellement qu'il te fasse un immense sourire, et te suive. Tout simplement. Pourtant, au fond de toi, tu es persuadée qu'il va s'en aller sans demander son reste.
    Nia, un jour, tu auras peut-être enfin confiance en ce que tu es.


Dernière édition par Nia Antonelli le Jeu 3 Mai 2012 - 16:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Préfet - Lychnis
avatar
Jay K.A. Marshall
Préfet - Lychnis

Féminin
Messages : 368
Âge du personnage : 18 ans o/

MessageSujet: Re: Aller cueillir les étoiles, c'est mieux à deux ▬ PV Jay    Mer 2 Mai 2012 - 17:23

« follow her down to a bridge by a fountain,
where rocking horse people eat marshmallow
pies.
    « Mais je. Je ne désirais pas faire cela. Monsieur Jay, enfin. Nous n'aurions pas dû partir ainsi ! Ooooh, non. Si quelqu'un découvre ce que nous venons de faire, nous risquons d'avoir beaucoup d'ennuis... Beaucoup, beaucoup d'ennuis ! Il faut y retourner, venez. Suivez-moi. »
    Au début ses « Monsieur Jay » et ses « vous » l'avait surpris alors que leur différence d'âge était loin d'être importante et que l'adolescent avait la mauvaise manie de se familiariser avec les gens de façon extraordinairement rapide. Au début, la politesse de la petite Nia lui avait paru bien étrange alors qu'ils n'étaient plus vraiment des étrangers mais il s'y était habitué, prenant plaisir à la faire rougir et la voir babillé maladroitement quelques mots. Et puis surtout c'était comme si elle le prenait réellement au sérieux, lui le préfet qui avait arrêté de grandir à huit ans, qu'il était soudain quelqu'un de très intelligent et admiré. Jay, il se sentait drôlement fier ensuite vous comprenez, ce genre de choses qui fait du bien au moral quasi ineffaçable de l'adolescent.
    Mais voilà qu'elle parlait de se rendre, dans quel trépident conte les deux fugitif se rendent à la police ? En vérité, Jay avait juste pris la première solution qui lui passa par la tête, pressé par les larmes et la détresse de la petite Nia et la porte de sortie lui était soudain apparue. Il n'avait donc pas encore songer à comment réparer l'erreur commise bien que s'il n'oubliait, gentil comme il était il aurait pût en prendre toute la responsabilité. Heureusement pour le naïf enfant, la jeune Antonelli n'était pas de ceux-là qui manipulent les plus crédules.
    « Je... Je sais que vous préféreriez sûrement vous amuser. Mais je pense qu'il est parfois nécessaire d'affronter la réalité. Voilà... Je ne puis cependant vraiment vous obliger à me suivre... Je dois admettre que cela me ferait pourtant réellement plaisir, monsieur. Cela est à votre guise. »
    Petite Nia tout tremblante et fragile comme une poupée, pas plus stable qu'un château de cartes qui s'en allait courageusement affronter la réalité et mettre fin à leur fuite contre celle-ci. Mais aussi vulnérable qu'elle pouvait en avoir l'air, elle avait arrêté de pleurer et elle semblait uniquement lui demander d'affronter sir le dragon avec elle. C'était d'ailleurs bien la première fois que Nia lui demandait aide au lieu de le fuir à cause du boucan dont il faisait toujours preuve ou de ses blagues qui ne faisait rire que lui. Premièrement, il ne pouvait absolument pas l'abandonner et deuxièmement il aurait été capable de l'emmener faire le tour du monde en ballon pour ne pas que ces vilaines larmes ne reviennent parce qu'au fond il était foncièrement trop gentil.
    Jay lui décocha un de ces grands sourires comme il savait si bien les faire avant de la rattraper en quelques enjambées pour se diriger avec elle vers le lieu du crime. En tant que préfet, censé être responsable et un appuie pour les autres élèves, il aurait déjà dû être en train de réfléchir à comment il allait présenter la chose et les mots qu'il allait employer. Il allait juste y aller, certainement faire une maladresse ou deux comme à l'accoutumée et peut-être aggravée légèrement son cas mais il aurait fait de son mieux et si cela ne suffisait, il pouvait toujours dire que c'était faute. Cela semblait plus probable que c'était lui que la petite Nia avec ses poings de bébé qui ait eu la force pour littéralement casser un projecteur.
    « Eh dis, après tu voudras une glace ? Je suis sûr que y en a pas loin ! » lançait-il avec légèreté comme si les deux adolescents faisaient simplement une promenade de santé et que rien n'avait perturbé leur journée. Le jeune Marshall ne se souciait pas vraiment du problème plus que ça mais il ne voulait pas laisser Nia toute seule et elle semblait tenir à ce qu'ils aillent se dénoncer, alors il se pliait docilement. Elle aurait pu lui proposer de se jeter du haut d'une falaise pour voir s'ils étaient capables de voler, c'était à se demander s'il ne l'aurait pas non plus avec autant de légèreté.
    Il fallait lui accorder qu'ils avaient un important laps de temps avant de parcourir en marchant la distance qu'ils avaient fait en courrant bien qu'ils se soient rapidement essoufflés. Laps de temps que Jay mettrait à profit pour songer à comment remplir son estomac déjà vide ou pour être émerveillé par absolument tous les bruits de la rue comme...cet énorme ballon jaune par exemple. Cet énorme ballon jaune dans la main du vendeur en compagnie de tous les autres mais l'adolescent ne voyait que lui. Jaune canari qui ne semblait que demander d'être acheter et libérer dans le magnifique ciel bleu de cette froide journée. Il était évident que le préfet était loin d'avoir le sens des priorités, ce qui pouvait souvent lui porter préjudice, et il se dirigea machinalement vers le dit ballon avec les yeux brillants.
    Difficile de décrire l'expression du vendeur en voyant ce grand garçon tout à fait fasciné par ses ballons qui étaient destinés aux plus jeunes pensionnaires de l'école. Le grand garçon en question se tourna d'ailleurs vivement vers Nia qui serait forcée de le traîner dans toute la rue si elle tenait réellement à se faire accompagner par le préfet aussi mature qu'un gosse de cinq ans et qui semblait incroyablement intelligent en cet instant.
    « Il irait bien avec tes cheveux ! » clama-t-il en sourint. A vrai dire, toutes les couleurs seraient sûrement allées à ravir avec ses cheveux puisque ce n'était qu'un ballon et il était impossible de déterminer pourquoi cette couleur en particulier plus qu'une autre. Il s'était simplement convaincu en quelques instants que ce ballon serait assorti à ses cheveux.
    « Tu le veux ? » la questionnait-il en cherchant déjà dans ses poches presque vide d'habituel fauché qui ne savait absolument pas gérer convenablement son argent.

    (Je suis impardonnable sur le temps que j'ai mis et puis c'est un peu court, tu me pardonnes ? éè Je t'aimeeee ♥ ) ( Et en fait mon orange est devenu illisible et je commence à faire comme Nii-san parce que c'est méga pratique 8D *die*)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Messages : 540
Age : 22

Âge du personnage : 17 ans
Nombre de Badges : Zero

MessageSujet: Re: Aller cueillir les étoiles, c'est mieux à deux ▬ PV Jay    Jeu 3 Mai 2012 - 20:33

« Like a turning head
Like a second look
Like a burning leaf of an open book. »

    Nia avait toujours eu peur. Depuis qu'elle était toute petite, elle tremblait à la moindre remarque, à la plus petite bête osant la frôler. Elle se roulait en boule, claquait des dents, se mettait à triturer ses mains dans tous les sens, de telle sorte qu'elles finissaient invariablement par devenir rouge vif. Et elle n'arrivait pas à remédier à ça. C'était un peu comme... Une allergie. Oui. Nia, elle était allergique au courage. Elle avait beau essayer de se motiver, de se dire que ce n'était rien, les idées noires la rattrapaient toujours. Effrayant. Effrayant.
    Alors forcément, en attente de la réponse de Jay, devinez quoi : elle mourrait de peur. Littéralement. Elle se sentait prête à sombrer dans un gouffre très très noir et très très profond. D'ailleurs, elle se serait probablement fait entraîner, si Jay n'avait pas réagi à ce moment-là.
    Un immense sourire. Un sourire-soleil, qui réchauffait le cœur. Un sourire que voulait dire « oui », un sourire qui voulait dire « d'accord », un sourire qui voulait dire « pas de problème Nia, keep cool ». Un sourire qui rassurait. Pour un peu, la jeune fille aurait crié de joie et de soulagement. Elle n'était pas passée pour une tarée ! Il la suivait ! Elle n'avait même pas pleuré, en plus ! Youpi ! Ravie comme une gosse, l'adolescente suivit Jay en trottinant, de ses petits pas de souris.

    « Eh dis, après tu voudras une glace ? Je suis sûr que y en a pas loin ! »

    Une glace ? Avec Monsieur Jay ? Pourquoi pas. Nia hocha la tête d'avant en arrière plusieurs fois, incapable de formuler une parole cohérente. Elle se sentait si heureuse ! Pour une fois. Oui, pour une fois la peur avait déserté. Il n'y avait plus de monstres dans son dos, plus de cris dans sa tête. Juste elle, Jay, et des sourires. Ça lui suffisait. Elle n'avait pas beaucoup d'amis, Nia. Alors les moments passés avec eux lui paraissaient tout ce qu'il y avait de plus précieux. Par contre, ce qui était étrange, c'était qu'en tant normal le jeune homme lui faisait peur, lui aussi. Mais là, ça allait ; ça allait. Elle se sentait suffisamment en confiance pour se dire qu'elle était bien. Oui, bizarre. Enfin, il ne lui en fallait pas beaucoup, vous savez ? Il ne lui en fallait pas beaucoup pour sourire, à Nia.
    Mais l'inverse était vrai aussi. Dommage.
    En tout cas, elle se sentait légère, très légère, c'était l'important. Un peu comme ces ballons, là, voguant au vent, à peine retenus par de fines ficelles à la main d'un vendeur à l'air gentil. Ballons qui avaient l'air de littéralement fasciner le jeune lychnis à ses côtés. Sans crier gare, il se mit d'ailleurs à marcher dans leur direction, les yeux aussi brillants que ceux d'un gamin de six ans. Nia le regarda s'éloigner sans trop comprendre, avant de décider de le suivre, malgré la honte qui lui montait aux joues en pensant à ce que devait penser d'eux le vendeur. Un peu décontenancée, elle tourna la tête à droite et à gauche pour vérifier que personne la connaissant était dans les parages, puis elle concentra son attention sur les ballons. C'est vrai qu'ils étaient beaux. Très colorés, vifs, ils donnaient envie de sourire. De la bonne humeur gonflée à l'hélium. D'un seul coup, Jay se tourna vers Nia, la faisant sursauter. Quoi, quoi ? Il avait quelque chose à lui dire, quelque chose à lui reprocher ? Elle avait fait quelque chose de mal ? Et puis elle vit qu'il pointait du doigt un ballon jaune canari.

    « Il irait bien avec tes cheveux ! »

    Que... Comment ? Il irait bien avec ses cheveux ? Vraiment ? Mais pourquoi du jaune ? C'est vrai qu'il était joli, ce jaune, très solaire, très... Jay. Mais pourquoi irait-il avec ses cheveux à elle ? Elle n'avait rien de spécial... Ce ballon était bien trop magnifique pour elle. Non, il était fait pour des gens joyeux, des gens courageux, des gens capables de parler sans crainte. Des gens comme Emilio, Nayle, Jay ou encore Lucresia. Pas elle. Petite Nia qui claquait des dents.

    « Tu le veux ? »

    La question la surprit presque. Bon, d'accord, elle la surprit carrément. Pour preuve, elle ouvrit des yeux immenses, tourna la tête pour vérifier qu'il ne parlait pas à quelqu'un d'autre et se mit à paniquer en voyant Jay farfouiller dans ses poches en quête d'argent. Ouh là là ! Qu'est-ce qu'elle devait faire ! Elle ne pouvait pas quand même laisser quelqu'un lui offrir quelque chose ! Elle ne pouvait pas avoir droit à un cadeau. Elle n'avait rien fait d'exceptionnel ! Non, non, non. Et en même temps... Il était tellement beau, ce ballon... Rond, lisse, brillant, flottant dans les airs comme par magie. Elle n'avait jamais eu de ballon. On lui avait offert des planisphères, des livres, des stylos. Jamais de fleurs, de glaces ou de ballons. Alors. Oui. Oui, elle en avait envie. Est-ce que ça ferait d'elle quelqu'un de courageux si elle osait le dire ? Probablement. Et il fallait qu'elle devienne courageuse. Elle fallait qu'elle combatte son allergie ! Qu'elle assomme les monstres et les ombres, les frissons et les cris ! Allez Nia. Du courage. Rien qu'un peu. Tremblant de tous ses membres, elle se força à regarder Jay dans les yeux le plus sûrement possible. Et puis elle lâcha ce qui lui piquait les lèvres.

    « Si. Si ça ne vous dérange pas, et... Si vous me parlez bien à moi. Je. J'aimerais beaucoup avoir ce ballon, s'il vous plaît. Cela me ferait extrêmement plaisir ! »

    Bon. Elle était rouge comme une pivoine, mais c'était déjà ça. Elle avait réussi à dire ce qu'elle voulait. Premier pas vers l'âge adulte et l'épanouissement de soi, youhou. Enfin, on rigole, on rigole, mais pour elle c'était vraiment é-norme. La révolution intergalactique les amis. D'un certain côté, elle se sentait heureuse d'avoir pu faire ce pas. Et d'un autre, elle était toute gênée de se faire payer quelque chose comme ça. Ce n'était pas très poli, n'est-il pas ? Et Nia avait appris à être toujours polie. En toute circonstance, quelle que soit l'heure ou la saison messieurs dames ! C'est pourquoi, rassemblant tout son courage, elle poursuivit d'une voix qui se voulait forte et claire.

    « Mais. Je vais vous offrir une glace ! »

    Le tout dit avec l'air le plus sérieux du monde. Que voulez-vous, on ne peut pas la refaire en un jour, la petiote. Au moins, elle avait le mérite d'être drôle à regarder... ♥


Dernière édition par Nia Antonelli le Dim 27 Mai 2012 - 16:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Préfet - Lychnis
avatar
Jay K.A. Marshall
Préfet - Lychnis

Féminin
Messages : 368
Âge du personnage : 18 ans o/

MessageSujet: Re: Aller cueillir les étoiles, c'est mieux à deux ▬ PV Jay    Dim 6 Mai 2012 - 17:11

« cellophane flowers of yellow and green,
towering over your head. look for the girl with
the sun in her eyes and she's gone.
    « Si. Si ça ne vous dérange pas, et... Si vous me parlez bien à moi. Je. J'aimerais beaucoup avoir ce ballon, s'il vous plaît. Cela me ferait extrêmement plaisir ! »
    Elle était devenue aussi rouge qu'une tomate bien mûre et elle semblait infiniment fragile comme à chaque fois qu'il braillait son nom à l'autre bout d'un couloir avant de la rejoindre en quelques enjambées, à chaque fois qu'il éclatait de rire en lui racontant une de ces histoires stupides ou chaque fois qu'il se faisait remarquer et attirait tous les regards sur eux. Toutes ces fois où ses joues se coloraient et qu'elle prenait soudain la fuite, toutes ces fois où il aimait bien la taquiner et finissait toujours par la retrouver. Jay s'esclaffa avant de finalement sortir de sa poche quelques pièces qui se battaient en duel dans sa paume de main qu'il compta d'un rapide coup d'œil pour vérifier qu'il avait le compte et les tendit au vendeur avec un sourire jusqu'aux oreilles.
    « Le jaune s'il vous plaît ! » reprit-il après l'avoir poliment salué comme le lui avait si bien appris Maman Marshall après des mois d'acharnement à ancrer quelque chose dans sa tête d'enfant. Le vendeur s'exécuta bien qu'il songeait qu'il avait une bien drôle de paire en face lui, n'ayant jamais imaginer vendre un ballon à des plus de douze ans.
    « Mais. Je vais vous offrir une glace ! » avait prononcée sa compagne avec un ton aussi sérieux que si elle lui faisait une importante promesse, ce qui le fit sourire. Elle faisait toujours rire le jeune Marhsall ou toute au moins l'amusait beaucoup, on aurait dit une enfant qu'il fallait protéger alors que son niveau de maturité à lui ne dépassait pas celui d'un enfant de huit ans. Il ne pouvait tout d'abord pas refusé à cause du sérieux dont elle semblait faire preuve et ensuite, en habituel fauché qu'il était, il n'avait pas assez pour se payer lui-même une glace. Il n'était même pas sûr d'avoir eu assez lorsqu'il avait suggéré l'idée en vérité, n'ayant pas songé plus tôt à combien il possédait sur lui. L'adolescent tendit le ballon jaune canari à la jeune fille, tenant fermement sa cordelette par peur qu'il s'échappe et jugeant qu'il avait bien choisi.
    « Tiens-le bien surtout. » lui conseilla-t-il doucement avant de la questionner, revenant à son idée première : « Tu connais un bon coin pour les glaces ? »
    Bien que Jay passait le plus clair de son temps à vadrouiller un peu partout dans l'école et ses environs, il en connaissait une partie mais il ne la connaissait pas par cœur. Il savait par exemple où trouver des friandises pas chers pour ses pokémons, connaissant bien la vieille vendeuse dans son petite magasin caché entre deux maisons à force de lui avoir rendu des services en contrepartie des dites friandises. Il savait vous conseiller sur le meilleur moyen de se procurer de l'alcool pour les fêtes et connaissait les meilleurs endroits pour organiser celles-ci. Et évidemment, le préfet connaissait parfaitement le quartier Lychnis qui était presque comme son domaine pour lequel il avait une certaine affection.
    Jay laissait donc à Nia la connaissance son propre quartier qu'elle devait bien mieux maîtrisée que lui qui possédait des repères assez sommaires en vérité. Les Menthae n'étaient pas réputés pour être les plus grands fêtards de l'école et certains semblaient même mépriser ces flemmards de Lychnis qui préféraient s'amuser plutôt que travailler assidûment. Il avait donc moins l'occasion de visiter ce coin qu'un autre comme celui des Spiraea pour voir Lucre par exemple.
    Malgré ça, il n'attendit pas qu'elle lui réponde pour déjà reprendre leur route et partir en premier, ayant déjà oublié leur destination ou le pourquoi du comment. Il plongea ses mains dans les poches de son manteau, bien drôle de temps pour manger une glace en vérité mais la température extérieure ne semblait pas l'empêcher d'avaler quelque chose de justement glacé. Son regard parcourait l'architecture qui rappelait celle de l'Antiquité avec ses arches et ses bâtiments blancs, les rues y étaient évidemment magnifiques bien qu'elles dégageaient une impression de noblesse et de sérieux. C'était totalement différent de son propre quartier qui n'était que technologie et qui incitait facilement aux distractions plutôt qu'au travail.
    « Eh depuis combien de temps t'es ici ? » lança-t-il sans aucuns réels rapports à vrai dire, juste une idée qui lui était venue comme ça. Jay ne connaissait pas beaucoup de choses sur Nia pour la raison bien simple que si elle ne le fuyait pas comme la peste, elle le laissait juste déblatérer sans lui laisser le temps pourtant de lui poser quelques questions plus sérieuses que les informations de base. La situation semblait idéale.
    « Tu te plait ici ? Je veux dire c'est joli ! Et t'as déjà visité les quartiers Lychnis, un jour je pourrai te les faire visite mais c'est pas du tout la même chose ! D'ailleurs j'ai jamais su, tu viens d'où ? T'as pas froid ? Tu veux ma veste en plus ? Je me demande si c'est loin. » commença-t-il, enchaînant les questions et jonglant entre les sujets sans aucunes logiques, prêt à repartir pour une bonne heure à piailler.

    (Love youu ♥ ) (
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Messages : 540
Age : 22

Âge du personnage : 17 ans
Nombre de Badges : Zero

MessageSujet: Re: Aller cueillir les étoiles, c'est mieux à deux ▬ PV Jay    Dim 27 Mai 2012 - 16:46

« Blackbird singing in the dead of night
Take these broken wings and learn to fly
All your life
You were only waiting for this moment to arise. »

    Il lui avait offert un ballon. Un joli ballon, jaune, lisse, brillant, flottant dans le ciel comme flotterait un soleil miniature. Nia n'en revenait pas. C'était bien la première fois de sa vie que quelqu'un autre que ses parents lui offrait quelque chose ! C'était juste in-cro-yable. Peut-être qu'elle pouvait donc dire que... Monsieur Jay était son ami ? « Ami ». Le mot la laissa songeuse, au bord du pays des rêves.
    Nia n'avait pas beaucoup d'amis.

    « Tiens-le bien surtout. »

    La jeune fille hocha la tête avec ferveur, les yeux brillants. Non, elle ne le lâcherait jamais, ce beau ballon couleur canari ! Elle le garderait toute sa vie, même ! Elle en prendrait bien soin, oui oui oui ! Ce sera son souvenir à elle, son souvenir de son amitié avec Monsieur Jay ! (On ne lui en veut pas, elle est un peu en manque de vie sociale, hein.)

    « Tu connais un bon coin pour les glaces ? »

    Nia, serrant fort la ficelle de son présent dans sa main droite, se campa fermement sur ses deux pieds et se mit à réfléchir. Ses deux petits sourcils se froncèrent légèrement, signe de sa réflexion. Des marchands de glaces, de pâtisseries et de bonbons, elle en connaissait des tonnes. Elle avait probablement visité toutes les boutiques vendant des confiseries d'Alcea Rosea. Mais après, il y en avait de très bons comme de très mauvais. Et elle ne voulait pas donner une mauvaise image du quartier des Menthae à Monsieur Jay. Elle allait donc devoir choisir très scrupuleusement le lieu où elle allait l'emmener, oui, forcément. Elle ne pouvait pas se permettre de faire n'importe quoi.
    Perdue dans ses pensées, l'adolescente aux airs de petite fille ne se rendit compte que tardivement du départ de son ami-peut-être-futur-vrai-ami-elle-ne-savait-pas-trop. Ouvrant en grand ses yeux noirs, elle le chercha un instant du regard, avant de se précipiter à sa suite, ses petites chaussures claquant contre les pavés. Le vent froid de l'hiver lui gifla les joues, faisant rougir son nez et pleurer ses yeux. Arrivée aux côtés de Jay elle remonta son écharpe géante, qui alla lui couvrir la moitié du visage, la faisant ressembler à un esquimau en vadrouille. Ses petites mains de pantin, rougies par le temps glacial, allèrent ensuite se pelotonner dans les minuscules poches de son manteau. Ainsi, le ballon paraissait sortir tout droit de sa veste épaisse.
    Plus frileuse qu'elle, vous aurez du mal à trouver.
    Marchant à pas rapides pour suivre le rythme de son accompagnateur, Nia tenta tout de même de se concentrer un peu afin de trouver le chemin à suivre pour arriver à la boutique qu'elle avait choisi. Ils n'étaient pas très loin de la destination, mais le quartier des Menthae n'était qu'une suite d'immenses avenues et de petites ruelles où il était aisé de se perdre. Il était plutôt risqué de s'y aventurer sans faire attention. Mentalement, l'adolescente se mit donc à créer l'itinéraire de leur expédition, imaginant chaque détail avec une précision digne d'un métronome, comme à son habitude.

    « Eh depuis combien de temps t'es ici ? »

    La voix claire de Jay l'interrompit aux trois-quart de son travail. Surprise, elle leva les yeux vers lui, se demandant si elle était censée répondre ou si c'était juste une interrogation comme une autre, comme ça, lancée histoire de combler le silence. Il fallait toujours se poser la question, avec le jeune préfet. On ne savait jamais vraiment trop si l'on devait répondre ou non. La suite lui confirma qu'elle avait bien fait d'attendre sans mot dire.

    « Tu te plait ici ? Je veux dire c'est joli ! Et t'as déjà visité les quartiers Lychnis, un jour je pourrai te les faire visite mais c'est pas du tout la même chose ! D'ailleurs j'ai jamais su, tu viens d'où ? T'as pas froid ? Tu veux ma veste en plus ? Je me demande si c'est loin. »

    Un tout petit sourire fit trembler les lèvres de Nia. Elle avait trouvé ça bizarre, aussi, qu'il ne l'ait pas encore assommé de questions. Lui qui d'habitude était terriblement bavard, il était resté jusqu'ici plutôt silencieux. Enfin, voilà qu'il reprenait ses bonnes vieilles habitudes. Tant mieux ! La jeune fille aux allures de poupée commençait à se demander s'il n'était pas malade.
    Reniflant doucement, l'adolescente sortir sa main gauche de sa poche avec un frisson, et la monta jusqu'à son visage pour ôter son écharpe de ses lèvres. Un toussotement lui échappa, et elle s'accorda quelques secondes pour réfléchir aux multiples questions posées avant de répondre timidement.

    « Alors il. Il me semble que je suis à Alcea Rosea depuis sept ans maintenant. J'apprécie beaucoup l'académie, parce que j'estime que c'est plus ou moins comme ma deuxième maison. Je m'y sens plutôt bien, mieux que n'importe quel... euh, n'importe quel autre endroit je pense. Je viens d'une toute toute petite ville de Sinnoh, et j'aime beaucoup mes parents mais. Mais j'étais vraiment très très mal, là-bas. »

    Elle s'arrêta un instant, pensive, perdue dans ses souvenirs. Elle se rappelait de tout ces jours de pluie qu'elle avait passé seule dans sa chambre, roulée en boule sous ses couvertures, à prier pour qu'on vienne la chercher. Elle se souvenait aussi des rires des enfants, dans la cours de l'école, alors qu'elle se demandait ce qu'elle faisait là. Perplexe, elle se mit alors à chercher un souvenir heureux parmi tout ceux qu'elle avait d'avant l'académie. Elle fouilla sa mémoire de fond en comble. A l'endroit et à l'envers. Sans en trouver aucun. Bizarrement, ça lui fit un petit pincement au cœur.
    Finalement, ne voulant pas inquiéter plus que nécessaire Monsieur Jay, elle retourna sur Terre et poursuivit d'une voix légère.

    « Et j'ai un peu froid, mais je pense que je ne peux plus mettre une seule couche de vêtement sur moi. En tout cas merci beaucoup de m'avoir proposé votre veste, c'est très aimable à vous. »

    Toujours cette politesse infinie, cette façon d'être si contrôlée. Elle ne savait pas parler normalement, Nia. Elle ne savait pas être comme toutes les jeunes filles de son âge. D'ailleurs, quel âge avait-elle, vraiment ? Dix-sept, treize ou dix ans ? Parfois elle avait l'impression d'être terriblement adulte, et d'autres fois affreusement enfantine. Avec sa petite taille et son petit poids, elle était un oiseau. Un oiseau qui avait peur de voler comme tout le monde. Stupide. A côté d'elle, elle entendit vaguement Jay continuer de lui parler, brouhaha n'attendant aucune réponse. Ô comme elle l'enviait ! Ce garçon capable d'être lui-même sans poser de question. Ce garçon capable d'aimer sans complexe. Elle, elle ne savait pas faire ça. Il y avait bien le Prince, qu'elle trouvait incroyable. Mais l'amour, en vrai, elle ne connaissait pas. Cet amour qui donnait envie de grandir, elle ne l'avait jamais ne serait-ce qu'entre-aperçu. Un soupir lui échappa. D'un geste un peu distrait de la main, elle attrapa la veste de Jay pour l'inciter à la suivre alors qu'elle tournait au coin d'une toute petite ruelle. L'ensemble était relativement sombre, les murs des bâtiments alentours, s'élevant vers le ciel, donnaient une impression de hauteur relativement vertigineuse. Nia n'y prêta pas attention, se contentant d'avancer tête baissée jusqu'à la vitrine illuminée de son marchand de glace préféré. Debout devant la liste des parfums et des sorbets de toutes les couleurs, elle écouta le préfet des Lychnis babiller à ses côtés encore quelques secondes, avant de faire une chose qu'elle n'avait jamais osé faire jusqu'à présent.
    L'interrompre.

    « Monsieur Jay.... Excusez-moi si je me montre indiscrète. Mais j'aimerais beaucoup savoir quelque chose... Je. Lorsque vous avez rencontré mademoiselle Lucresia... Comment est-ce que vous avez su, que vous étiez amoureux d'elle ? Moi, je ne connais pas, alors. Alors cela m'intéresse. Enfin... Pardon. »

    Les joues rouges, un peu étonnée elle-même de son audace, elle serra un peu plus fort son ballon dans sa paume, faisant crisser la ficelle. Une poignée de secondes s'écoula, au cours de laquelle ses pensées ne furent plus qu'un brouhaha terrible. Et puis, se rendant compte que le vendeur attendait d'un air un peu impatienté derrière son comptoir, elle s'empressa de lui donner son choix.

    « Ah, heu ! Je suis sincèrement désolée, monsieur. Menthe-chocolat, s'il vous plaît. Avec un cône gaufré, merci.. »

    Au moins, elle s'y connaissait en crèmes glacées.

    (Love you too.)(So much. ♥)


Dernière édition par Nia Antonelli le Ven 8 Juin 2012 - 18:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Préfet - Lychnis
avatar
Jay K.A. Marshall
Préfet - Lychnis

Féminin
Messages : 368
Âge du personnage : 18 ans o/

MessageSujet: Re: Aller cueillir les étoiles, c'est mieux à deux ▬ PV Jay    Mer 30 Mai 2012 - 18:53

« these are my heart songs, they never feel
wrong and when i wake for goodness sake
these are the songs i keep singin' ♥
    « Alors il. Il me semble que je suis à Alcea Rosea depuis sept ans maintenant. J'apprécie beaucoup l'académie, parce que j'estime que c'est plus ou moins comme ma deuxième maison. Je m'y sens plutôt bien, mieux que n'importe quel... euh, n'importe quel autre endroit je pense. Je viens d'une toute toute petite ville de Sinnoh, et j'aime beaucoup mes parents mais. Mais j'étais vraiment très très mal, là-bas. »
    Jay l'écouta attentivement, ou avec toute l'attention dont il était capable : son regard dérivant parfois quelques instants en suivant un oiseau qui s'envole, un bruit captant une secondes ou deux son esprit ou quelques pensées s'entrechoquant dans le vide de son crâne. Il l'écoutait, perdant certaines brides parfois, sans pour autant que cela gêne à sa compréhension et qu'il réussisse à plus ou moins assembler les pièces manquantes du puzzle. Il l'écoutait de cette habituelle attention distraite qui donnait parfois lieu à quelques quiproquos mais dés qu'il en prenait conscience, avec tout le sérieux du monde il focalisait toute son attention à nouveau sur son interlocutrice. Inscrivant avec soins toutes les informations dans son crâne vide, informations qui s'envolaient aussitôt sur des fragiles nuages de buée dans le ciel bleu et froid.
    Il ne remarqua qu'à peine le léger silence de Nia mais il était encore à la limite du savoir-vivre pour ne pas demander plus d'explications. Sept ans c'était incroyablement long, incroyablement loin. Il se passait bien des choses en sept ans pour qu'on ait pas à se pencher sur les recoins sombres du passé par une si belle journée. Et on changeait incroyablement en sept ans. Nos jouets d'enfants sont poussiéreux et minuscule, notre cinéma préféré au coins de la rue avait disparu, nos habituelles promenades en forêt n'existaient plus. Mais il y avait à l'académie des choses, des personnes, des sentiments qu'il n'y aurait sûrement jamais eu à la maison.
    Et lui, lui il continuait à déblatérer sur tout ce qui lui passait actuellement par la tête, des pensées fugaces, parce que certaines choses semblaient vouées à ne jamais changer.
    L'aîné Marshall, sentant une pression sur sa veste, baissa les yeux quelques instants vers la minuscule Nia avec sa grosse écharpe qui lui mangeait la moitié du visage et la suivit docilement. Elle l'entraîna dans des rues sombres aux bâtiments presque assez hauts pour chatouiller les oiseaux, laissant aux yeux des passants qu'une faible portion de ciel, de lumière. On aurait dit une enfant, chétive et minuscule mais, elle semblait pourtant se déplacer avec certaine assurance qu'il ne connaissait que très peu. Disons que la plupart du temps, soit elle s'enfuyait soit il l'entraînait quelque part. Il se sentait presque rassuré même s'il ne craignait pas réellement de se perdre, il y aurait toujours une bonne âme pour lui indiquer le chemin de la maison s'il ne l'avait pas déjà troué lui-même. Mais dans cette rue sombre, cette petite silhouette semblait incroyablement chaleureuse.
    Apparut alors, devant ses grands yeux surpris, une immense vitrine étincelante avec le nom du glacier en capitales dorées, encore brillantes de leur entretient datant du matin même. Devant eux, il y avait sûrement plus de choix que l'on pouvait les compter ou imaginer et tous semblaient plus délicieux les uns que les autres ce qui rendrait le choix bien difficile. Jay, qui s'était interrompu pour parcourir cet océan de crèmes glacées et de sorbets, reprit son monologue en parlant cette fois-ci du choix vérité et de la difficulté de bien choisir. Il aurait même pu continuer des heures et des heures si la demoiselle Antonelli ne l'avait pas interrompu :
    « Monsieur Jay.... Excusez-moi si je me montre indiscrète. Mais j'aimerais beaucoup savoir quelque chose... Je. Lorsque vous avez rencontré mademoiselle Lucresia... Comment est-ce que vous avez su, que vous étiez amoureux d'elle ? Moi, je ne connais pas, alors. Alors cela m'intéresse. Enfin... Pardon. »
    L'action de la jeune Nia le surprit, il était habitué à être souvent interrompu à cause de son flux de paroles importants mais, jamais par son actuelle interlocutrice mais il ne s'en sentit en aucuns cas offusqué ou vexé. Il se contenta de continuer à sourire bêtement, comme il avait l'habitude de le faire. La question était toute fois un peu compliquée et ce, pour la plupart des gens en vérité. Dés que l'on parlait de sentiments, il devenait soudain particulièrement difficile de s'exprimer clairement car aucun sentiment n'était exactement traduisible par de simples mots. C'était d'ailleurs une question que Jay ne s'était réellement posé mais, il prit soudain un air sérieux et tenta d'y réfléchir pour donner la réponse la plus complète possible à la jeune fille.
    « Ah ! Vanille et cookie ! » s'écria-t-il rapidement en entendant sa camarde donner sa commande, ayant déjà oublié où ils se trouvaient. Le vendeur s'exécuta bien qu'il montrait une légère mine agacée par la lenteur de ses clients. Il y avait foule aujourd'hui, ce n'est pas comme s'il n'avait que ça à faire que d'écouter deux idiots débattre sur un quelconque sujet. Il y avait d'autres priorités.
    «Comment est-ce que j'ai su ? » répéta-t-il lentement comme s'il tentait de décortiquer le sens secret d'un message codé mais, il se fit interrompre par le vendeur qui tendait leur commande. « Je vais chercher une table à l'intérieur ! »
    L'adolescent, attrapa les deux glaces et prit quelques secondes d'avance en laissant à Nia le soin de payer pour leur festin, puisqu'il n'avait de toutes façons plus rien pour le faire. L'aîné Marshall poussa la porte du magasin, jugeant la température un peu trop basse pour pouvoir déguster les glaces en extérieur. L'intérieur était chauffé, et s'il ne tenait pas une glace dans chaque mains, il aurait déjà enlevé son écharpe et son manteau pour se mettre à l'aise. Nia pourrait aussi se réchauffer, elle qui avait froid malgré ses épais vêtements ! Satisfait par cette pensée et l'intérieur se trouvant être beaucoup plus confortable, Jay s'installa à une table pour deux pas très loin de l'entrée. Il se mit donc à patienter, en fixant la porte d'entrée et en essayant toujours de trouver des éléments de réponses convenables à la grande question de sa compagne.
    Dés qu'elle apparut, l'adolescent commença à agiter une main, avec un e de ses glaces ce qui lui donna un air encore plus idiot que d'habitude (pour changer), afin qu'elle le reconnaisse. En même temps, me direz-vous, il était le seul encore en vêtements d'extérieur avec ses deux cônes dans chaque main dans le peu de clients qu magasin à cette heure-ci. Il lui tendit son cône sans attendre qu'elle puisse ajouter quoi que ce soit ou même s'installer pour commencer très sérieusement :
    « C'est vraiment une question très dure tu sais ! Mais je vais tenter d'y répondre. Je crois que je savais pas, la première fois. Je sais pas vraiment ce que c'est ces histoires de coup de foudre dés le premier regard. Je crois que c'est venu avec le temps. Je l'ai toujours trouvé jolie avec ses grands yeux bruns ! Elle était même plus jolie que les autres quand elle s'énervait contre moi ou quand elle souriait. Parfois je lui jetai un regard ou deux. Elle est devenue spéciale. Je sais pas vraiment pourquoi elle ou comment ça marche ce genre de choses. Et je crois que j'ai juste deviné, moi-même comme un grand. Et puis on est devenu plus...proche. C'est compliqué à expliquer avec...euh des mots. Je peux pas vraiment te le traduire. Et puis c'est loin, c'est pas pareil que sur le coup. Mais je crois que je l'ai aimé de plus en plus...que je l'aime encore plus maintenant que au début. Je l'aimais déjà beaucoup hein ! Mais...Enfin tu vois ? »

    (hihi ♥) (
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Messages : 540
Age : 22

Âge du personnage : 17 ans
Nombre de Badges : Zero

MessageSujet: Re: Aller cueillir les étoiles, c'est mieux à deux ▬ PV Jay    Ven 8 Juin 2012 - 21:06

« I am done with my graceless heart
So tonight I'm gonna cut it out and then restart
Cause I like to keep my issues strong
It's always darkest before the dawn. »

    Ses yeux noirs fixés sur son interlocuteur, Nia se demandait comment Jay faisait pour toujours sourire. Où qu'elle le croise, quel que soit le moment, il avait toujours cette expression de bonheur pur et simple gravé sur son visage poupin. Alors qu'elle se contentait de laisser la vie la traîner dans tous les sens, lui donnait sans arrêt l'impression de savoir exactement où il allait. Même s'il était le garçon le plus désorganisé d'Alcea Rosea : il avait un but, et il l'atteignait. Il fonçait, voilà tout, lorsque Nia perdait de précieuses minutes de sa vie à réfléchir dans sa position de petite poupée statique et inutile. Comme je l'envie ! Comme il a de la chance ! Mais où trouve-t-il le courage d'être aussi souriant ? Moi je m'écroule et je pleure à la moindre bourrasque... Est-ce que c'est moi qui suis trop fragile, ou lui qui est trop imperturbable ? Qui est le plus déréglé ? Nia Antonelli ou Jay Marshall ? Je ne sais pas, j'hésite... peut-être n'y-a-t-il pas de bonne réponse, à cette question. C'est embêtant, je préfère quand il y a une solution claire et nette aux problèmes posés. Il va falloir que je tranche, alors ? Oh là là...
    Nia détestait les colles. Les questions sans réponse, les interrogations sans queue-ni-tête, lui fichaient la chair de poule. Elle trouvait ça d'un compliqué... elle avait besoin d'un « oui » ou d'un « non », d'une partie blanche ou d'une partie noire. Les « peut-être » la faisaient fuir. C'était comme un objet en plus dans sa tête déjà bien en bordel. Elle n'en avait pas besoin, n'en voulait pas. Voilà tout.

    « Je vais chercher une table à l'intérieur ! »

    La jeune fille eut un petit sursaut en retournant sur la Terre ferme, cligna deux ou trois fois des yeux, jusqu'à se rappeler où elle était et ce qu'elle était en train de faire. Un peu perdue, elle regarda Jay s'éloigner dans le magasin avec les deux glaces, avant de comprendre qu'elle était censée payer. Le vendeur attendait, accoudé au comptoir, avec l'air de celui qui se demande de plus en plus si ses clients ne sont pas des attardés. Virant au rouge tomate en un clin d’œil (elle aurait pu se présenter à La France a un Incroyable Talent, dans la catégorie « je rougis plus vite que mon ombre et je peux tomber en même temps ! »), elle prit son porte-monnaie dans la poche de son manteau et chercha fébrilement les quelques pièces qu'on lui demandait avant de les poser d'une main un peu tremblante dans la paume que lui tendait le glacier. Celui-ci recompta l'argent, puis un large sourire s'épanouit enfin sur son bon gros visage et il lui souhaita poliment une bonne journée, parole qu'elle lui retourna, bien sûr. On était Nia ou on ne l'était pas.
    Être polie, c'est la base pour être une jeune fille respectable, non ? C'est ce que Maman disait, en tout cas. Et je ne veux pas contrarier Maman... Alors sourions et parlons telles des ladies ! En plus cela nous oblige à employer de jolis mots, c'est chouette. Hm. Tout du moins, c'est ce qu'il me semble. Pourtant, la plupart des personnes que je connais parle d'une façon bien différente de la mienne... ils sont tous beaucoup plus directs. Je me demande pourquoi. Est-ce que c'est moi qui suis en tort ? Je suis différente ? Différente dans ma banalité... ce serait un sacré paradoxe, tout de même. Hiiiiiiiiiiii, il va faire tomber ma glace, en la secouant dans tous les sens !
    D'un pas précipité, Nia se dépêcha de rejoindre Jay avant qu'il ne fasse s'exploser sa boule menthe par terre. Et à peine avait-elle atteint la table pour deux qu'elle se vit attribuer son cône sans plus de cérémonie. Le visage éternellement souriant de Jay avait prit un léger pli sérieux. La petite demoiselle laissa sa tête valser un peu sur le côté droit, dans une position interrogative. Il avait trouvé ? Il avait une trouvé une réponse à sa question de tout à l'heure ? Il allait mettre un « oui » ou un « non » sur le « peut-être » qui la hantait ?

    « C'est vraiment une question très dure tu sais ! Mais je vais tenter d'y répondre. Je crois que je savais pas, la première fois. Je sais pas vraiment ce que c'est ces histoires de coup de foudre dés le premier regard. Je crois que c'est venu avec le temps. Je l'ai toujours trouvé jolie avec ses grands yeux bruns ! Elle était même plus jolie que les autres quand elle s'énervait contre moi ou quand elle souriait. Parfois je lui jetai un regard ou deux. Elle est devenue spéciale. Je sais pas vraiment pourquoi elle ou comment ça marche ce genre de choses. Et je crois que j'ai juste deviné, moi-même comme un grand. Et puis on est devenu plus...proche. C'est compliqué à expliquer avec...euh des mots. Je peux pas vraiment te le traduire. Et puis c'est loin, c'est pas pareil que sur le coup. Mais je crois que je l'ai aimé de plus en plus...que je l'aime encore plus maintenant que au début. Je l'aimais déjà beaucoup hein ! Mais...Enfin tu vois ? »

    Nia resta un instant immobile, sans la moindre expression pour éclairer son visage, si ce n'était ce vague éclair de réflexion dans ses yeux. Les mots de Jay rebondissaient dans sa tête, tels des milliers de petites balles de toutes les couleurs. Bing, bang, boum. Après quelques secondes d'une inertie totale, elle s'installa lentement sur sa chaise, le regard perdu dans le vide. Ses dents allèrent mordre la crème glacée, lui tirant un frisson. Elle se sentait étrangement creuse.
    Il lui avait répondu par un « peut-être ».
    Il ne savait pas trop, au final. Et c'était normal ! Comment voulez-vous qu'il réponde précisément à une interrogation aussi compliquée et tordue ? Il n'empêche que ça remettait pas mal des principes de Nia en question. Elle était obligée d'admettre que les sentiments n'étaient pas tout blancs ou tout noirs. Elle était obligée de se dire que ce n'était pas comme dans les contes. Que l'amour, ce n'était pas un éclair de génie, mais plutôt une teinte grisâtre plus ou moins claire ou foncée selon les jours. Et ça lui fichait quand même un coup. Elle qui vivait dans un petit cocon bien tranquille... elle n'imaginait même pas que ça puisse être aussi compliqué. « Elle était même plus jolie que les autres quand elle s'énervait contre moi ». On peut trouver quelqu'un joli même quand il vous dispute ? C'était possible ? Bizarre, étrange, inexplicable. Ces trois mots dansaient dans son esprit tandis qu'elle avalait sa glace en silence. Elle arrivait à la part de chocolat quand elle secoua sa tête de petite fille et se ressaisit. Elle ne pouvait pas laisser Jay sans réaction plus longtemps, enfin ! Où était passée la jolie lady ?! Elle eut un minuscule soupir, avant de lever les yeux vers son interlocuteur de derrière sa glace et de prendre la parole.

    « Je suis sincèrement désolée pour ce silence. Je réfléchissais, je n'ai pas fais très attention, je... pardon. Je crois que ça heu... me bouscule un peu. Enfin tu HEU vous, vous, vous... »

    Elle avait bugué, elle s'emmêlait, elle hésitait. C'était la première fois depuis des années qu'elle tutoyait quelqu'un. Elle avait la terrible impression de voir le regard désapprobateur de sa mère dans son dos, la faisant frissonner à nouveau avant de reprendre.

    « Vous. Abattez mes certitudes. Je. Pour moi, l'amour c'est plus. Un prince et heu. Une princesse dans... un joli château avec... plein de chevaux blancs et l'idée que... c'est complètement différent... ça me... rend étrange. » Profonde inspiration. On respire, Nia. On respire, et on continue. Tout doucement. Tu n'as pas besoin de te presser, petite tortue que tu es. « Tout le monde doit me prendre pour une. Pauvre enfant naïve et. Et un peu cruchotte. Toute banale. Alors de toute façon, moi, l'amour... je ne crois pas que ça... me concernera un jour. »

    Doucement, elle resserra ses mains sur son cornet gaufré, de son petit air triste de souris. Son ballon flottait dans les airs, accroché à sa chaise. Elle n'en voyait plus la couleur. Tout était devenu terne, si terne... L'intérieur du magasin était chauffé. Pourtant elle mourrait toujours autant de froid.

    J'espère que ce n'est pas ça, être seule.


Dernière édition par Nia Antonelli le Mer 20 Juin 2012 - 16:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Préfet - Lychnis
avatar
Jay K.A. Marshall
Préfet - Lychnis

Féminin
Messages : 368
Âge du personnage : 18 ans o/

MessageSujet: Re: Aller cueillir les étoiles, c'est mieux à deux ▬ PV Jay    Ven 15 Juin 2012 - 19:02

« i’ve seen souls in spirit golden and i’ve seen
souls in spirit gold, now i’ve cleaned myself
from that unsettling light. it was too bright
    Jay planta sa cuillère dans sa boule de vanille, en prenant un peu trop et son contenu sembla sur le point de retomber dans le bol tout le long du parcours entre le bol et la bouche avide de l'adolescent. Délicieuse, crémeuse, onctueuse avec un goût prononcé de vanille. La meilleure glace qu'il lui semblait avoir jamais mangé, illusion puisque dans deux jours il dégusterait une autre meilleure glace de son existence mais peu importe. Pour le moment, le môme dévorait avec délice et envie ses deux boules de crème glacée. Il s'en mis un peu sur ses joues roses de gosse extatique devant son dernier jouet qui avait l'air encore plus merveilleux que le précédent.
    « Je suis sincèrement désolée pour ce silence. Je réfléchissais, je n'ai pas fais très attention, je... pardon. Je crois que ça heu... me bouscule un peu. Enfin tu HEU vous, vous, vous... »
    L'adolescent releva la tête vers la petite Nia, tassée sur sa chaise, avec surprise. Il avait été trop absorbé par le goût des deux glaces qu'il n'avait absolument pas noté le silence de sa compagne pendant plusieurs minutes. Pas très étonnant de quelqu'un capable d'avoir une discussion avec une pierre et de trouver cela tout à fait passionnant mais passons. Mais surtout, sa petite Nia, elle semblait vraiment toute retournée. C'était la première fois qu'elle le tutoyait et elle qui semblait si détendue une dizaine de minutes plus tôt, était soudain déboussolée. Pourtant l'aîné Marshall, il s'était vraiment appliqué à lui répondre quelque chose le plus précis et le plus complet possible. Il avait vraiment réfléchi dessus, utilisant tous ses neurones existant pour combler les interrogations de l'adolescente et pourtant, cela semblait avoir l'effet inverse. Mais elle ne lui laissa pas vraiment le temps de rétorquer quelque chose, d'assurément stupide.
    « Vous. Abattez mes certitudes. Je. Pour moi, l'amour c'est plus. Un prince et heu. Une princesse dans... un joli château avec... plein de chevaux blancs et l'idée que... c'est complètement différent... ça me... rend étrange... Tout le monde doit me prendre pour une. Pauvre enfant naïve et. Et un peu cruchotte. Toute banale. Alors de toute façon, moi, l'amour... je ne crois pas que ça... me concernera un jour. »
    Non l'amour ce n'est pas le beau prince sur son cheval blanc et la jolie princesse en détresse. Non ce n'est pas aussi parfait et facile que dans les contes. Oui, on dirait la description d'une petite fille qui rêve d'être une princesse un jour. Mais le môme, il ne la trouve ni naïve, ni cruche ou banale. Il la trouve attendrissante, Nia, adorable et toute fragile et il a l'inexplicable besoin de la rassurer, de la protéger comme le plus précieux de tous les trésors. Parce que Nia, même si elle essaye d'avoir l'air la plus terre à terre des deux, elle rêve encore beaucoup. Avec douceur, Jay lui ébouriffe les cheveux dans un geste qui se veut rassurant, arrêtant pour quelques secondes ses pitreries.
    « L'amour c'pas comme dans la Belle au Bois Dormant, non. Et c'pas toujours facile, parfois ça fait mal. Mais...je crois que c'est beaucoup mieux qu'un amour de conte de fées ! Qu'ça te donne le sourire jusqu'à là même si parfois ça te donne envie de pleurer. Très fort ! Et que...que y a pas de méchants à battre mais pleins d'obstacles t'vois. Et faut les surmonter ensemble, main dans la main. Parce que même si tout va pas toujours bien ben t'aimes toujours la personne. Même si elle est pas parfaite. »
    Un peu hésitant, un peu maladroit mais le plus sincère du monde. Non, il n'était pas la personne capable de lui faire croire qu'aimer n'avait que du bon, lui-même était tombé dans le piège. Et même s'il avait connu des tristesses dont il n'avait jamais soupçonné l'existence avant, il l'aimait beaucoup plus cet amour. Plus réel, moins factice. Il n'aimait pas seulement un Lucre qui sourit tout le temps, une Lucre qui va bien et avec qui tout est digne d'une idylle de prince et princesse. Il aimait une Lucre qui parfois pleure, qui parfois est en colère, qui parfois est triste, qui a besoin de lui et en même temps une Lucre indépendante, qui est courageuse, qui est forte, qui sait ce qu'elle veut ou où elle va, une Lucre qui éclate de rire. Il aimait sa Lucre toute entière avec ses qualités comme ses défauts, ses côtés lumineux comme ses coins sombres.
    «Moi, j'te trouve ni cruche, ni naïve, ni banale alors crois pas ça, d'accord ? » lance-t-il en s'affaissant pour être à sa hauteur, yeux dans les yeux et lui décocher le plus grand, le plus beau, le plus rayonnant des sourires. Parce que Jay, il n'aime pas la voir avec cet air triste Nia. Parce qu'il sait à quel point elle doit retourner les choses dans tous les sens et réfléchir dans sa petite caboche. Même s'il ne le fait presque jamais, il connaît la tendance de la jeune Antonelli à tout analyser jusqu'à s'en rendre malade quand elle veut. « Alors te prends pas la tête avec ça, tu comprendras et fais-moi ton plus grand sourire ! »
    C'est naïf, affreusement naïf de simplement lui demander de sourire mais c'est Jay. Il est comme ça l'aîné Marshall, à préférer faire un grand sourire que continuer à se torturer pendant des heures pour quelque chose qui a si peu d'importance. Il sait qu'elle finira par savoir, par comprendre ce qu'il tente de lui expliquer et qui si indéfinissable, si vague. C'était inexplicable.
    «Et pis, tu sais, si tout était parfait...Lucre, elle aurait eu un garçon beaucoup mieux qu'moi ! » tenta-t-il comme blague pour la réconforter bien qu'il n'y en soit, rien de très drôle. Un garçon très grand, très fort, très intelligent, au visage et au corps d'éphèbe. Un garçon parfait qu'il ne serait jamais. Un autre garçon que lui, aussi.
    «Tiens tu en veux ? » changea-t-il complètement de sujet en désignant ce qui restait de ses deux boules de glaces. L'adolescent s'étira de tout son long, esquivant un léger bâillement avant d'étendre ses jambes sous la table, se mettant encore un peu plus à l'aise. Les chaises lui semblaient si confortables qu'il avait l'impression de pouvoir rester dans le magasin des jours durant à se goinfrer de leurs délicieuses glaces jusqu'à ce que son ventre explose. Plan qui semblait assez tentant en vérité s'il n'avait pas la fâcheuse manie d'être aussi fauché. Il aurait même pu dormir sur les tables, la nuit.
    « J'sais pas toi mais les chaises sont si confortables que j'pourrai y rester toute ma vie ! C'est incroyable non? Passer toute sa vie ici à ne manger que des glaces ! J'suis sûr que ça doit amusant ! Mais...Lucre me manquerait aussi, je pense. Et pis je manquerai tellement de choses comme euh...l'été ! Les fêtes sur la plage, les sorties, les nouveaux films qu'ils sortiront, les nouveaux jeux vidéos et y aura pleins de gens à qui je pourrais plus parler. En un sens ça s'rait vachement triste. » Jay ou le sens des priorités, bis ♥

    (Voilà ça fait une semaine que j'ai tapé ce rp et je le poste que now 8D) (I love youu with all my little heart ♥)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Messages : 540
Age : 22

Âge du personnage : 17 ans
Nombre de Badges : Zero

MessageSujet: Re: Aller cueillir les étoiles, c'est mieux à deux ▬ PV Jay    Jeu 21 Juin 2012 - 18:00

« And I wish I was a comet to crash on your field
Just to be remembered
And I wish I was a comet to crash at your feet
Just to be remembered... »

    Elle savait bien, Nia. Oui, elle savait bien qu'elle n'était pas jolie. Parce qu'elle avait ces points noirs impossibles à enlever, qu'elle n'était pas bien grande, qu'elle gardait ces formes rondes de son enfance. Parce qu'elle ne savait pas porter de talons, qu'elle n'arrivait pas à s'habiller avec autre chose que de vieux vêtements, qu'elle se rongeait les ongles encore et encore. Parce qu'elle ne connaissait pas la méthode pour avoir de jolis cheveux, et qu'elle se retrouvait avec des pointes fourchus. Parce qu'elle n'était pas née pour être jolie. Elle était née pour être banale. Voir un peu moche. A peine mignonne. Enfin voilà. Au début c'était difficile, mais au fur et à mesure des années, elle s'était fait une raison.
    « Je ne serais jamais mannequin, les garçons ne tomberont jamais à mes pieds, je ne serais jamais à l'aise en public. »
    Et à partir de là, elle avançait dans la vie, à petits pas de souris. Alors quand Jay posa sa main sur sa tête. Quand il ébouriffa ses cheveux abîmés par les shampoings anti-pelliculaires, la tirant de sa torpeur en noir et blanc. Quand il lui fit son joli discours sur l'amour, puis qu'il lui dit que lui ne la trouvait pas cruche. Quand il lui demanda de sourire, en la fixant droit dans les yeux avec son air de joyeux gamin. Elle ne crut pas un seul de ses mots. Mais elle ne put s'empêcher de sourire. Un petit sourire, pour ne pas montrer ses dents pas assez droites à son goût. Mais un sourire quand même. Parce qu'elle l'aimait bien, Jay. Il était gentil avec elle, même s'il lui faisait peur. Même s'il parlait trop, même s'il faisait un peu n'importe quoi, même s'il commandait une glace vanille-cookie sans avoir réfléchi à l'avance. Il restait le garçon le plus attentionné de sa connaissance. Et dans la petite tête de Nia, c'était l'essentiel. Aujourd'hui, elle ne le fuyait pas. Aujourd'hui, il lui avait offert un ballon, avant d'aller manger des glaces. Aujourd'hui, elle avait envie de lui parler. Aujourd'hui, qu'elle soit moche ou pas, Jay, c'était son ami. Ami.
    Voilà un bien joli mot. Il lui donnait envie de danser, de crier, de chanter, de voler jusqu'aux étoiles pour en attraper une et la transformer en feu d'artifices gigantesque. Oh, la belle bleue ! Oh, la belle rouge ! Elle pouvait presque les voir devant son regard rêveur.

    «Tiens tu en veux ? »

    Le geste en direction de la glace restante du garçon la fit revenir sur Terre. Elle eut un moment de vide total, où elle continua de sourire, pendant qu'elle se remémorait la question et se la répétait pour la comprendre. « Tuuu en veuuuux ? » De quoi ? De la glace ? De sa glace ? Mais il en avait déjà mangé la moitié ! Elle ne pouvait pas manger l'autre moitié, si ? Non, non, c'était impoli, ça ne se faisait pas, elle ne pouvait pas faire ça devant des gens, en plus. On la prendrait pour une mal élevée, et elle ne pouvait pas faire cette honte à sa mère, n'est-ce pas ? D'un autre côté, elle avait encore faim. Elle avait fini sa glace. Et son ventre, devant le cône non terminé de Jay, grommelait méchamment. Désespérée, Nia se tordit un peu les mains, le regard fixé sur la glace de son accompagnateur, avant de détourner les yeux et de se concentrer sur un point quelque part sur le nez de Jay. Son nez rond.
    Ciel, que la vie était dure !

    « J'sais pas toi mais les chaises sont si confortables que j'pourrai y rester toute ma vie ! C'est incroyable non? Passer toute sa vie ici à ne manger que des glaces ! J'suis sûr que ça doit amusant ! Mais...Lucre me manquerait aussi, je pense. Et pis je manquerai tellement de choses comme euh...l'été ! Les fêtes sur la plage, les sorties, les nouveaux films qu'ils sortiront, les nouveaux jeux vidéos et y aura pleins de gens à qui je pourrais plus parler. En un sens ça s'rait vachement triste. »

    Enfonçant son pouce dans sa bouche, elle se cala plus confortablement dans son fauteuil. Elle commençait à s'habituer aux changements de sujet brutaux de son accompagnateur, et se contenta d'écouter chaque mot prononcé en hochant sa petite tête, remettant son chapeau en place de sa main libre Elle avait peur de l'oublier, elle aimait beaucoup son bonnet. Elle n'aurait jamais survécu aux précédents hivers sans lui. Et puis... et puis elle se disait qu'il faudrait sûrement bientôt qu'elle songe à rentrer. La nuit arrivait tôt, elle ne tenait pas à retourner à sa chambre dans le noir.
    Elle avait peur du noir.
    Il lui arrivait de se tourner et de se retourner mille fois dans son lit, le soir, à cause d'une ombre étrange aperçue avant d'éteindre la lumière. Cachée sous ses couvertures, elle se répétait encore et encore que ce n'était rien, qu'elle se faisait des idées, qu'il n'y avait pas de monstre. De toute façon, les monstres, ça n'existaient pas ! Mais elle n'arrivait jamais à s'en convaincre. C'était comme les mots de Jay. Il la rassurait un peu, mais elle ne pouvait pas s'en imprégner suffisamment pour y croire. Dans un sens, c'était un peu triste. Elle se sentait seule, dans sa tête. Elle avait l'impression d'être un fantôme. Une ombre, terrifiante, aperçue dans un coin de chambre. Recommençant avec ses habitudes de gosse, elle secoua sa bouille ronde de droite à gauche pour chasser les idées sombres, puis fit glisser son pouce hors de ses lèvres pour parler.

    « Vous savez, moi... je ne participe pas aux fêtes. Je ne suis pas heu. Comment dire ? Jolie ? Brillante. On ne m'invite pas. Et puis je ne sais pas danser, ni porter des talons, et j'ai davantage de points noirs qu'une mouche, alors. Ce n'est pas grave. Je pourrais très bien rester là jusqu'à ma mort. »

    Elle eut un petit sourire en s'imaginant, minuscule ermite chez son glacier préféré. Elle se roulerait en boule dans les fauteuils molletonnés et s'endormirait là, en rêvant au Prince Charmant. Ou alors elle se l'inventerait, tout en mangeant des sorbets de toutes les couleurs. Il n'y aurait personne pour la déranger, personne pour la regarder avec des yeux moqueurs, personne pour siffler « hey, t'as trouvé où tes fringues, dans une maison de retraite ? ». Elle ne put empêcher un petit rire de lui échapper.

    « Hm, je crois même que je m'y plairais bien. Il faudrait que j'y songe, pour plus tard. Je suis incapable de devenir une dresseuse exceptionnelle alors... je deviendrais Nia, ermite glacière. Hi hi. Je vous inviterais, si vous voulez. »

    Puis elle replaça son pouce dans sa bouche, un sourire aux lèvres. C'était bête. Mais dire des choses idiotes, ça la changeait et ça l'amusait bien. C'était peut-être ça, avoir un ami. S'installer dans des fauteuils confortables, manger des glaces, et se raconter des bêtises. En souriant.

    (j'ai mis quatre ans à répondre.)(et c'est genre un post qui sert à rien hu hu.)(mais je t'aiiime.)(8D ♥)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Préfet - Lychnis
avatar
Jay K.A. Marshall
Préfet - Lychnis

Féminin
Messages : 368
Âge du personnage : 18 ans o/

MessageSujet: Re: Aller cueillir les étoiles, c'est mieux à deux ▬ PV Jay    Lun 25 Juin 2012 - 12:46

« every day's the same, she fights to find her
way. she hurts, she breaks, she hides, and
she wonders why, does anyone ever hear
her when she cries
    «- Vous savez, moi... je ne participe pas aux fêtes. Je ne suis pas heu. Comment dire ? Jolie ? Brillante. On ne m'invite pas. Et puis je ne sais pas danser, ni porter des talons, et j'ai davantage de points noirs qu'une mouche, alors. Ce n'est pas grave. Je pourrais très bien rester là jusqu'à ma mort.
    - Mais si tu restais là, on se verra presque plus ! Je crois que ça me manquerait ! Et puis j'aurai plus personne à qui parler aussi souvent non plus ! »
    Il l'aimait bien sa petite Nia, aussi frêle qu'une souris, qui aimait se faire toute discrète, qui aimait se cacher dans un coin et qui rougissait comme une pivoine dés qu'il l'appelait au détour d'un couloir, son visage d'enfant et ses manières trop polies. Il se sentait presque responsable de cette petite chose maladroite et qui semblait encore plus vulnérable que lui. Alors, si elle disparaissait chez ce glacier pour le restant de ses jours, elle lui manquerait beaucoup et il éclaterait de rire un peu moins souvent aussi. Ce serait triste une rue sans un Jay qui déblatère pendant des heures, qui s'écrie et s'émerveille pendant qu'une petite Nia le suit en rougissant et en lui demandant intérieurement d'être moins bruyant parce que tout le monde les regarde.
    « Hm, je crois même que je m'y plairais bien. Il faudrait que j'y songe, pour plus tard. Je suis incapable de devenir une dresseuse exceptionnelle alors... je deviendrais Nia, ermite glacière. Hi hi. Je vous inviterais, si vous voulez. »
    L'adolescent ne pût retenir un éclat de rire. C'était peut-être l'une des choses les plus idiotes que lui avait raconté Nia, d'habitude c'était plutôt son rôle mais, c'était drôle. Une ermite glacière, cela sonnait comme une blague. Et pour une fois, elle avait même ri. Evidemment qu'il se doutait qu'elle avait déjà ri avec d'autres personnes mais, c'était le première fois avec lui. Ce petit instant magique où le ciel aurait même pût être couleur arc-en-ciel et la vie semblait rose bonbon : ils étaient calés bien au chaud dans des fauteuils confortables à manger les meilleures glaces du quartier et ils riaient en se racontant des bêtises. Même si l'aîné Marshall vivait dans une quiétude et une insouciance évidente, il rencontrait toujours des obstacles, des obstacles qui semblaient ne plus exister le temps de quelques heures.
    « Alors tu crois que je devrais y penser aussi ? C'vrai, j'sais pas vraiment quoi faire plus tard... »
    A part se réveiller un matin avec des supers pouvoirs et sauver le monde d'un super méchant, Jay il n'avait pas beaucoup d'idées pour plus tard. Il avait de l'ambition mais pas vraiment la motivation et il était plutôt feignent le môme. Ce n'était pas non plus le plus intelligent, ce n'était pas comme s'il pourrait devenir un professeur et faire de longues études. Il se plaisait dans sa position actuelle, il avait encore le temps et des années pour se décider mais, au fond, il ne se voyait vraiment pas devenir adulte un jour. Fonder une famille, avoir des enfants, gérer une maison, avoir un travail. Devenir une de ces personnes ennuyeuses avec toutes leurs obligations et leurs responsabilités au lieu de pouvoir faire tout ce qui lui passait par la tête, librement. Jay, il avait envie de rester un enfant toute sa vie.
    « Mmh... » entama-t-il, d'un air pensif, avant de continuer : « Je crois que si j'sais toujours pas quoi faire, j'vais faire le touuuuur du moonde ! Et puis j'emmènerai pleiins de gens avec moi ! Dis ! Dis! Tu viendras faire le touuur du monde ? T'imagine, on verra pleins de choses et on découvrira pleins d'endroits ! On saura presque autant de choses que les professeurs pokémons et on aura vécu pleins d'aventures. Tu sais les histoires que tu racontes au coin du feu. On pourrait devenir des légendes d'avoir fait le touuur du monde non ? ♪ »
    Pour le petit Marshall, qui n'avait vu qu'Arabella et ses alentours, que le monde pouvait semblait vaste et il ne semblait attendre que d'être découvert. Il avait des étoiles pleins les yeux alors qu'il imaginait les centaines de pokémons qui ne demandaient qu'à être découverts, les vastes plaines à chevaucher un Ponyta, les mers traversées à dos d'Axoloto et les airs fendus sur un Roucarnage, les soirées au coin d'un feu de camps contre un Caninos et évidemment ses deux grands amis : son Pikachu et son Abra. Des combats qui font battre le coeur jusqu'à l'explosion, l'adrélaline qui coule dans les veines, frôler la mort plus d'une fois. La véritable vie des aventuriers qui fait rêver et qui laisse rêveur.
    « C'est mieux que d'rester toute sa vie ici non? Doit y en avoir pleeeins pleins des glaces dans le monde entier ! Et des gâteaux ! Et des brioches ! Je me demande si on peut devenir riche comme ça. T'en penses quoi ? On pourrait acheter notre propre usine de glaces et faire les meilleures de tout l'u-ni-veeers ! » continuait-il à s'emporter, accompagnant ses propos de grands gestes dans tous les sens, presque debout, submergé par son enthousiasme. Jay, il avait des idées pleins la tête et il changerait rapidement. Dans trois jours, il voudrait devenir pompier, médecin, chômeur, journaliste, romancier, photographe, astronaute, extra-terrestre, jardinier, confiseur, espion secret, marin. Malheureusement, après s'être emporté plusieurs minutes sur le sujet, ses idées s'envoleraient et il en trouverait de nouvelles toutes aussi irréalisables ou farfelues. Comme un enfant.
    « Tu veux faire quoi maintenant ? » s'arrêta-t-il assez brusquement, revenant lentement à la réalité et à son bol de glace fondue.

    (Je suis sur ce post depuis 11h...j'ai galéré ma vie à l'écrire D:) (Comprends que c'est sûrement pourri) (Mais je t'aime ♥)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Messages : 540
Age : 22

Âge du personnage : 17 ans
Nombre de Badges : Zero

MessageSujet: Re: Aller cueillir les étoiles, c'est mieux à deux ▬ PV Jay    Mer 22 Aoû 2012 - 15:29

« To ten million fireflies
I'm weird cuz I hate goodbyes
I got misty eyes as they said farewell... »

    Il riait. Et dans le cœur de Nia, ça faisait comme un soleil. Un immense soleil la réchauffant tout entier. Elle avait réussi à la faire rire. Elle. La petite chose sans importance.
    Si ce n'était pas un exploit, alors.
    En tout cas, elle en était très fière. Peut-être qu'elle commençait à prendre une peu plus de place, dans la vie ? Ce serait bien. Elle en serait heureuse. Découvrir qu'elle provoque ne serait-ce qu'un peu d'intérêt chez les autres... elle n'osait même pas y songer.

    « Alors tu crois que je devrais y penser aussi ? C'vrai, j'sais pas vraiment quoi faire plus tard...
    - Vous avez encore le temps, vous savez... Beaucoup sont dans la même situation que vous, actuellement. Il est normal d'hésiter sur son avenir. C'est important. Je crois... »

    Elle parlait de sa petite voix fluette, tatillonne. Elle hésitait. Elle choisissait toujours ses mots avec le plus grand soin, se faisant un devoir d'employer un vocabulaire approprié. Elle n'aimait pas les quiproquos et autres discussions alambiquées. Elle aimait que tout soit clair dans ses paroles. Déjà qu'elle s'embrouillait avec ses pensées, si en plus elle se mettait à dire n'importe quoi, elle n'était pas sortie de l'auberge !

    « Mmh... »

    Timidement, la jeune fille reporta son attention sur Jay. Il avait l'air pensif de celui qui ne sait pas trop où aller. Et dans un coin de sa petite tête, Nia se disait qu'elle non plus, elle ne savait pas trop où il pourrait aller. Jay, pour elle, c'était un peu comme... Peter Pan. À ne pas vouloir grandir, quels que soient les événements. Elle ne l'imaginait pas en salarié, ni en champion d'arène. La seule place qu'il lui paraissait pouvoir prendre, c'était celle à côté de Lucresia. Sinon, pas grand chose. Peut-être qu'elle ne le connaissait pas assez bien.

    « Je crois que si j'sais toujours pas quoi faire, j'vais faire le touuuuur du moonde ! Et puis j'emmènerai pleiins de gens avec moi ! Dis ! Dis! Tu viendras faire le touuur du monde ? T'imagine, on verra pleins de choses et on découvrira pleins d'endroits ! On saura presque autant de choses que les professeurs pokémons et on aura vécu pleins d'aventures. Tu sais les histoires que tu racontes au coin du feu. On pourrait devenir des légendes d'avoir fait le touuur du monde non ? ♪ »

    Nia se sentit rougir, puis un large sourire envahi son visage. Faire le tour du monde. Savoir un milliard de choses et bien plus encore. Devenir des légendes. C'était bien une idée à la Jay, ça. D'ailleurs, rien qu'à voir ses yeux plein à craquer d'étoiles, elle pouvait deviner tout ce qu'il s'imaginait. Un avenir chaleureux, palpitant, époustouflant. Un avenir où elle prenait un peu de place. Parce qu'il lui avait proposé. Il lui avait proposé de faire parti des gens qui l'accompagneraient. Et rien que ça, pour elle, c'était le plus beau cadeau du monde. Même si elle savait très bien que le lendemain, il aurait déjà oublié tout ça. Parce qu'il était ainsi, Jay. Il s'emportait, rêvait, parlait vite, proposait une tonne d'idées, bougeait les bras dans tous les sens ; et puis d'un seul coup de baguette magique, pensait à autre chose et laissait de côté tous ses autres plans. C'était un de ses côtés encore très enfant. La mémoire de poisson rouge. L'enthousiasme éphémère.

    « C'est mieux que d'rester toute sa vie ici non? Doit y en avoir pleeeins pleins des glaces dans le monde entier ! Et des gâteaux ! Et des brioches ! Je me demande si on peut devenir riche comme ça. T'en penses quoi ? On pourrait acheter notre propre usine de glaces et faire les meilleures de tout l'u-ni-veeers !
    - Je... Je pense que c'est une excellente idée. Ce doit être formidable de découvrir le monde ainsi. Je suis persuadée que nous arriverions à trouver des glaces excellentes ! Je serais ravie de les déguster avec vous. Lucresia viendrait avec nous. Ce serait probablement la chose la plus incroyable de ma vie... »

    Voilà qu'elle se mettait à rêver aussi. Elle avait beau savoir que tout ceci ne se réaliserait jamais et que Jay ne l'écoutait probablement plus, plongé dans ses pensées, elle ne pouvait s'empêcher de partir loin. Très loin. Vers ce futur extraordinaire, qu'elle chérirait comme le plus précieux des trésors. Elle le rêvait, l'embellissait, le paraît de milles couleurs toutes plus chatoyantes les unes que les autres. Cet avenir se devait d'être le plus beau de tous les temps.

    « Tu veux faire quoi maintenant ? »

    La voix de Jay la ramena doucement sur la planète Terre. Elle cligna des yeux. Une fois, deux fois, trois fois. Comme une petite fille sortant du sommeil. Elle fixa son interlocuteur d'un air un peu perdu. Et étrangement, c'est là et seulement là qu'elle réalisa. Elle avait mangé une glace avec Monsieur Jay. Elle lui avait parlé normalement, comme à un ami. Ils avaient partagé des ballons, des rêves et des coupes glacées. Sans trop y réfléchir, elle avait agi comme une jeune fille tout à fait banal. Ou presque. Elle avait vécu un songe. Et venait juste de s'en rendre compte. C'était assez dingue, non ? Lentement, elle laissa la situation intégrer tout son esprit. Puis elle regarda au dehors. Puis elle se remémora la question de Jay. Puis, après une nouvelle seconde de silence, elle répondit. Il ne fallait pas trop la presser, Nia.

    « Je crois que je vais rentrer. »

    Elle n'avait même pas buté sur les mots. Elle n'avait même pas eu peur avant de parler. Elle n'avait même pas eu ce petit ton incertain qui la suivait depuis toujours. Elle avait asséné sa phrase comme une grande, elle qui d'habitude avait tant de mal à prendre congé. Non pas qu'elle était pressée de partir ! Au contraire, si elle avait pu, elle serait restée là indéfiniment. Mais elle savait ses limites face à la nuit noire. Elle savait aussi la pile de devoirs l'attendant sur son bureau. Et elle savait qu'elle n'était pas assez déraisonnable pour laisser son travail en plan plus longtemps. Elle commençait à se connaître, Nia.

    « Je suis navrée. Je ne veux pas paraître impolie, mais. J'ai une dissertation à achever pour demain matin, et je. Je n'aurais jamais fini si je ne rentre pas... »

    Son petit air triste des au revoirs était revenu. Elle ne pouvait pas tenir très longtemps en étant assurée. Enfin. Au moins ainsi, on la reconnaissait. Timide, rougissante, se faisant un devoir de s'expliquer convenablement avant de s'en aller. Retardant le moment de partir. Pour ne pas connaître trop tôt la nostalgie de la solitude.

    « Je voulais vous dire que. Je suis réellement ravie d'avoir pu passer du temps ainsi avec vous, aujourd'hui. C'était très agréable. Et j'espère que nous nous reverrons bientôt. Merci pour tout, vraiment. »

    Elle eut un petit sourire, avant de se lever, de prendre ses affaires et de filer jusqu'à la porte. Elle marchait vite. Elle marchait vite parce qu'elle avait peur de regretter d'être partie. Elle marchait vite parce qu'elle savait que si elle marchait lentement, elle se retournerait. Elle marchait vite parce qu'elle ne voulait pas que tout son courage s'envole, la forçant à s'arrêter. Sans ralentir, elle passa la porte. Fit trois ou quatre pas. Et puis eut un hoquet de stupeur. Dans un mouvement vif, elle fit un tour sur elle-même et retourna jusqu'à la porte qu'elle ouvrit d'un coup.

    « Monsieur Jay ! »

    Silence dans la salle. Tous ces regards sur elle. Toute cette attention sur sa petite personne. Elle eut envie de rétrécir suffisamment pour se cacher dans un trou. Ses joues virèrent au rouge tomate. Tant pis. Elle ne pouvait pas partir en oubliant quelque chose d'aussi essentiel.

    « Je. Je. Je ne vous avais pas dit au revoir. Ah ! Et je vais garder le ballon, promis. Voilà. Alors. Au. Au revoir ! Et encore merci. Je. J'y vais. »

    Le cœur battant à trois mille à l'heure d'avoir osé parler aussi fort devant autant de personne, elle tourna les talons et quitta pour de bon la petite boutique du glacier. Un long moment elle marcha, sans trop faire attention à où elle allait, les yeux perdus dans le vide, encore choqué par ce qu'elle venait de faire. Songeant à sa journée comme si tout n'avait été qu'un merveilleux rêve. Et puis, arrivée dans sa chambre par on ne sait quel miracle, elle constata que la nuit venait finalement de tomber. Avec des gestes précautionneux, elle attacha son précieux ballon jaune à un bord de son lit. S'installa à son bureau. Se demanda ce que Monsieur Jay pouvait bien faire, à présent. Eut un sourire. Observa les étoiles par la fenêtre. Pensa au planétarium, immense dôme perdu dans le quartier des Menthae.

    Et se dit que bizarrement, malgré la magnifique journée qu'elle venait de passer, elle avait l'impression d'avoir encore oublié quelque chose.

    (tududu !)(j'ai fini, parce que je pense qu'il vaut mieux qu'on termine là.)(je reviendrai te stalker, de toute manière, t'sais.)(j'espère que ça te plairaaa.)(LOVE ON YOU.)(♥♥♥)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Préfet - Lychnis
avatar
Jay K.A. Marshall
Préfet - Lychnis

Féminin
Messages : 368
Âge du personnage : 18 ans o/

MessageSujet: Re: Aller cueillir les étoiles, c'est mieux à deux ▬ PV Jay    Sam 1 Sep 2012 - 17:32


hapiness is a hot chocolate on a cold day ♥
    « Je crois que je vais rentrer. »
    Jay eut l'air surpris, un peu comme un gamin qu'on aurait réveillé. Il posa son regard sur l'horloge. Ils avaient marché, parlé et parlé pendant des heures, surtout lui, en fait. Ils avaient discuté et le temps avait fait son petit bout de chemin sur sa bicyclette rouge, un peu trop vite. Il nous rappelait toujours un peu trop la journée qui s'écoule et les obligations de la nuit, du corps. Et on pouvait que faire la moue d'un air déçue, la moue d'un gamin et vaguer à ce que l'on devait faire. Lui aussi ne devait pas trop tarder s'il voulait retrouver ses quartiers avant que la nuit ne tombe complètement.
    « Je suis navrée. Je ne veux pas paraître impolie, mais. J'ai une dissertation à achever pour demain matin, et je. Je n'aurais jamais fini si je ne rentre pas... »
    Elle lui arracha un sourire. S'il n'était pas inconnu que l'aîné Marshall était un véritable tire-au-flanc, sa camarade était elle quelqu'un de sérieuse et assidue comme toute bonne Menthaea se devait de l'être. Et puis, avec son caractère timide, sa façon de tout prendre un peu trop à cœur et un brin trop au sérieux (au contraire de lui), cela ne pouvait pas l'étonner. Il imaginait parfaitement sa petite silhouette chétive penchée sur son bureau, l'encre sur les mains, en train de rédiger consciencieusement sa dissertation jusqu'à tard la nuit. Il ne voulait pas qu'elle soit fatiguée en se couchant trop tard à cause de lui. Elle était un peu comme une enfant, à trop en faire. Il lui ébouriffa gentiment les cheveux pour lui signifier que ce n'était pas un problème.
    « Je voulais vous dire que. Je suis réellement ravie d'avoir pu passer du temps ainsi avec vous, aujourd'hui. C'était très agréable. Et j'espère que nous nous reverrons bientôt. Merci pour tout, vraiment. »
    Et la petite souris quitta le singe, prenant ses affaires avant de filer jusqu'à la sortie. Le Préfet esquissa un bâillement et s'étira, engourdi par tout ce temps en position assise. Il repoussa son bol de glace à présent vide sur la table, attrapant son écharpe rouge tricotée par les soins de sa grand-mère et commença à la nouer autour de son cou. Il faisait encore plus froid maintenant que quand ils étaient arrivés. La porte s'ouvrit d'un coup, tapant contre le mur, ce qui lui fit relever les yeux. Nia. Minuscule petite fille emmitouflée dans ses habits trop larges se tenait dans l'encadrement de la porte.
    « Monsieur Jay ! »
    Toute la salle se retourna vers la petite fille. Les voix s'étouffèrent, les conversations moururent alors que la surprise se lisait sur les visages des clients. Tous sauf Jay qui lui fit son plus grand sourire. Parce qu'elle était encore plus rouge que son écharpe, il se demanda si elle n'avait pas de la sauce tomate dans la tête pour être aussi rouge. Elle semblait hésiter. Un peu.
    « Je. Je. Je ne vous avais pas dit au revoir. Ah ! Et je vais garder le ballon, promis. Voilà. Alors. Au. Au revoir ! Et encore merci. Je. J'y vais. »
    Il n'y avait même pas songé, pas fait attention comme si c'était sans l'importance, une vulgaire banalité. Il avait eu à peine le temps de lui dire quoi que ce soit qu'elle avait déjà disparu dehors. Seconde fois. C'était comme si elle lui échappait avant qu'il ne puisse lui dire quoi que ce soit. A chaque fois. Il secoua la main sans être sûr qu'elle ait pu le voir. Les regards des clients la suivirent disparaître dans les silhouettes sombres de la ville semblables à des monstres prêts à la happer dans les ténèbres. Elle ne changerait jamais, elle serait toujours incroyablement mignonne. Un peu comme une peluche que les filles aiment câliner. Il se sentait attendri. Et désireux de la protéger, en un sens, sa fragilité lui rappelait vaguement Alice. Ou une princesse dans un conte pour enfants.
    Jay finit d'enrouler son écharpe, enfila son manteau qu'il boutonna rapidement avant de sortir à son tour quelques minutes après. Il était temps. Il était l'heure. Laissant derrière lui les deux bols, seuls reste de leur passage, les souvenirs de cette après-midi pleins la tête. L'adolescent enfonça ses mains dans ses poches en sentant l'air frais de l'hiver lui brûler les poumons, s'engouffrant enfin dehors. Il remonta un peu son écharpe, se sentant comme le Père Noël sur le point de faire sa tournée, errant seul dans les rues d'un monde inconnu. Il devenait soudain un aventurier. Et ses divagations n'avaient plus de sens, il devait être plus fatigué que ce q'il ne pensait.
    L'aîné Marshall s'engagea dans la rue étroite, la nuit faisant son chemin, un large sourire sur le visage, les yeux pleins d'étoiles. L'étrange sensation d'avoir oublié quelque chose sans savoir quoi qu'il finit par reléguer dans un coin de sa tête, songeant plutôt à cette plaisante après-midi. Et à un chocolat bien chaud. Parce qu'il faisait franchement froid et que c'était bon, le chocolat.

    ( JE TAIME AUSSIIII FUUUH ♥)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Aller cueillir les étoiles, c'est mieux à deux ▬ PV Jay    

Revenir en haut Aller en bas
 

Aller cueillir les étoiles, c'est mieux à deux ▬ PV Jay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» un petit jeu enigme
» The Cure (Rock Gothique, Rock Britannique, etc...)
» comment soigner la gastro sans aller chez le docteur ?
» les toiles
» Les toiles Etamine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alcea Rosea ♣ :: Campus d'Alcea Rosea :: La grande arche Menthae :: Planetarium-