Partagez | 
 

 Un doux baiser de vengeance [PV Kean]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Un doux baiser de vengeance [PV Kean]   Mer 26 Sep 2012 - 20:13


CHARACTERS

MARGOT A.J. MAXWELL

KEAN S. MACNEIL
RÉSUMÉ DE L'AVENTURE

C'est inconsciente que Margot décida de fuir quelques heures la chaleur de l'établissement. Désirant se promener à l'endroit même où elle avait revu son frère pour la dernière fois, elle fit la rencontre d'un bien inquiétant jeune homme. Bref, un vilain pas beaux, roux, qui allait lui faire du mal ewe. Clive, au secours !



Loin fut le temps où elle avait vagué seule dans la clairière. Dans ses souvenirs, cela remontait au jour de la visite de l'établissement, une année avant son intégration. Son frère et sa mère s'éprenaient de l'environnement qu'offrait le lieu d'étude tandis que Margot songeait déjà à le quitter. Non pas qu'il ne lui était pas familier, non. Mais cette verdure environnante était bien plus agréable à explorer. Depuis la rencontre avec Clive et sa mise en garde envers une personne qui lui en tenait rigueur, Marguerite, car il ne faut pas oublié qu'est là son véritable prénom, n'était pas sortie de tout le mois (à pars deux trois fois), préférant se satisfaire de la quiétude de sa chambre, ou des bras protecteurs de son ami. C'est qu'elle s'était soudainement rapprochée de cet ennemi des Narcissus, non pas en tant que simple maitresse de ce dernier, mais plutôt en confidente, peut-être même en petite-amie ? À vrai dire, elle n'avait jamais osé lui poser clairement la question, préférant retarder au lendemain; ce qui n'était pas dans ses habitudes. Peut-être aurait-elle le courage nécessaire après sa promenade pour lui faire part de ses sentiments ? Peut-être que le dénouement en sera favorable et qu'elle trouvera le réconfort, la tendresse dont elle avait particulièrement besoin ? Elle en avait marre de cette ambiance de compétition digne des narcissus, et de la plupart de ses gens. Elle en avait subitement honte. Elle ne désirait plus avoir affaire à eux préférant passer son temps en compagnie des autres maisons. Elle le savait, cela n'avait pas manqué : elle s'était faite une réputation exécrable. Mais d'un autre côté, elle s'était profondément assagie. Plus de phrase plus haute que l'autre, plus de propos hautain dont elle avait si bien le secret. Elle avait même oublié de son vocabulaire les mots provocation et fierté qu'elle laissait avec grand plaisir aux autres. À vrai dire, elle semblait renaitre. Elle était devenue comme eux, mais un peu plus lui. C'est incroyable à quel point l'influence de la personne aimée était grande, à tel point qu'elle se demandait si cela était du à son amour ou tout simplement à son admiration pour lui. Il était donc remarquable pour elle de sortir de nouveau, comme si soudainement, cela lui était permis. Le sourire aux lèvres, elle parcourait l'immense étendu faisant bien attention à ne rencontrer aucun pokémon malveillant. Sans ses pokémons, elle ne se sentait pas en sécurité, bien au contraire. Les occasions où elle se passait de leur service étaient rares mais souvent nécessaires : ce jour n'échappait bien évidemment pas à la règle.

Sa crainte, c'était lui. Bien trop d'honneur qu'elle lui faisait là ? Oui. Non. Qui sait ? Il était cet homme à s'attaquer psychologiquement à sa victime. Lui laisser à vu ses pokémons auraient été lui servir sur un plateau d'argent ce qui était à même de la détruire. Ne dit-on pas qu'il est préférable de subir soit-même la torture plutôt que contempler l'être aimé sombrer dans la douleur ? C'était bien égoïste de sa part, il est vrai. S'il devait lui arriver quoi que ce soit, elle le savait, les êtres qui l'aimaient en seraient les premiers chagrinés. C'est donc en toute conscience des risques qu'elle avait quitté l'établissement seule laissant Clive, de nouveau dans son lit, dans le monde des rêves; de ses jolis rêves. Habillée d'une robe blanche simple mais très élégante, et il fallait avouer, digne de son rang de Narcissus, elle contemplait le monde et ses merveilles. Un poncho lui couvrait les épaules tandis que ses bottes fines et longues avaient pour mission de recouvrir une partie de ses mollets. Margot était tout en beauté aujourd'hui, et elle avait une raison à cela. Son frère lui avait écrit. Enfin. Après deux si longues années, voila qu'il donnait de ses nouvelles. Il viendrait la voir, la couvrir d'attention, mais aussi surveiller ses manières et son paraitre. Car si son frère avait quitté la maison à cause d'une sombre histoire étudiante, il n'en restait pas moins très exigeant sur les uses et coutumes de la famille. Bien évidemment, il saurait pardonner à sa pauvre sœur en manque d'une figure fraternelle, mais mieux fallait éviter une confrontation entre les deux individus qui tourneraient à la dispute familiale. C'est ainsi que, malgré son penchant pour un autre clan, elle continuait méthodiquement à surveiller son paraitre et à faire état de son éducation. Soudain un bruit, un second, puis un troisième derrière elle. Surement un pokémon sauvage qu'il valait mieux ne pas embêter. Augmentant le pas, elle sentit cependant son corps se raidir, comme si chaque mouvement était devenu bien plus fatiguant, bien plus éreintant. C'est alors qu'elle reconnut une odeur à laquelle elle avait déjà eu affaire lors d'un combat pokémon. Éberluée, elle se retourna et vit non loin d'elle une créature qu'elle connaissait trop bien pour deviner l'attaque dont elle était victime. À ses côtés, une silhouette. Cette silhouette qui lui était familière, bien trop d'ailleurs pour se sentir à l'aise. Il était là. Elle n'était pas véritablement étonnée de la situation dans laquelle elle se trouvait. Il n'avait pas oublié, elle le savait.

MARGOT/
Monsieur Macneil...
Dit-elle de manière à le saluer.

Après tout, pourquoi se complaire à le féliciter de sa réussite en tant que préfet ? Elle qui était loin d'en être ravie... .










Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un doux baiser de vengeance [PV Kean]   Ven 28 Sep 2012 - 15:58


NEVER FORGIVE ME
Never forget me
La rancœur.
Ce sentiment amer qui nourrit même la vengeance. Un mécontentement, dégoût que laisse après elle une déception, une mésaventure, une injustice. Dans ce cas-ci, peut-on parler de justice ? Non, bien évidemment que non. Pour vous, il s'agit là d'un simple caprice. D'une simple vengeance de bas étage. Le genre de choses auquel on se dit que ça ne mérite pas de se prendre la tête pour une telle histoire. Oui, bien sûr, vous avez le droit de penser ainsi. C'est tout à fait sage, c'est même mâture et raisonnable.
Mais pas lui.

Lui. Ce roux aux airs arrogant et insolent, celui qui se donne une attitude hautaine et narcissique, alors qu'il en est rien de tout ça. Ayant eu une éducation noble et digne d'un jeune homme de son rang, Kean a tout pour être le prince charmant aux yeux de certaines jeunes femmes. Mais une jeune femme, c'est quoi ? Du moins, pour lui, c'est quoi une jeune femme ? Une personne élégante, respectable, celle qui fait attention à son allure et aux regards de son entourage ? Une femme comme sa mère et dans ce cas, il est atteint du complexe d'Œdipe, comme beaucoup d'entre nous.
    MARGOT ▬ Monsieur Macneil...
Mais ça, c'était pas une jeune femme. Ce n'était rien d'autre qu'une vile bourgeoise de rang médiocre qui se donnait des airs de princesse pour mieux se valoriser. Dans le fond, qu'est-ce qu'elle est, honnêtement ? Deux ans dans cette école et toujours avec des pokémons médiocres ? Que diable, c'est une belle plaisanterie. Elle a tout d'une novice et rien d'un master. C'est censée être une narcissus ? Faut vraiment revoir la sélection auprès de l'administration.
    KEAN ▬ ... Monsieur MacNeil. Tu fais dans l'hypocrisie maintenant, miss grande gueule ?
Pourquoi un tel langage et un ton aussi sarcastique ? Pour la simple et bonne raison que lui, il n'était pas faux-cul comme elle. Mist - son mystherbe - à ses côtés, il fixa la jeune femme qui peinait à avancer convenablement. Ce qui était naturel, depuis que l'air est infecté du paraspore du pokémon plante.
    KEAN ▬ Il fait froid, n'est-ce pas ? N'importe quel pokémon peut attaquer et tu peux vite te retrouver coincée, surtout si tu ne marches pas droit.
D'un simple geste de la main, sa pokéball tomba pour libérer son Abo. Pour montrer son affection, le pokémon s'enroula autour de son dresseur et posa sa tête sur son épaule. Ekans était bel et bien le seul de son équipe à pouvoir s'offrir un tel privilège. Pokémon au départ agressif et peut collaborateur, Kean a su l'apprivoiser en promettant de faire de lui un pokémon fort et beaucoup plus imposant.
    KEAN ▬ Cependant... On peut aussi expliquer le fait que tu te fasses culbuter par un vulgaire bâtard. C'est pour ça que tu ne marches plus droit ?
La partie la plus amusante, selon lui ; l'humiliation à petit feu. Certes, elle va soit nier ou alors se montrer un peu plus agressive, mais vu son état, elle ne pourrait pas faire grand chose.
Mais lui, si.

© css Nine
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un doux baiser de vengeance [PV Kean]   Mer 3 Oct 2012 - 13:25


CHARACTERS

MARGOT A.J. MAXWELL

KEAN S. MACNEIL
RÉSUMÉ DE L'AVENTURE

C'est inconsciente que Margot décida de fuir quelques heures la chaleur de l'établissement. Désirant se promener à l'endroit même où elle avait revu son frère pour la dernière fois, elle fit la rencontre d'un bien inquiétant jeune homme. Bref, un vilain pas beaux, roux, qui allait lui faire du mal ewe. Clive, au secours !



Miss grande gueule ? Alors il était toujours en proie à la rancœur depuis tout ce temps ? Elle ne voulait pas y croire. C’était impossible. La peur avait laissé place à l’exaspération. Il allait lui faire vivre un sale quart d’heure uniquement parce qu’elle lui avait manqué de respect. Et encore ! Est-ce lui manquer de respect que se défendre contre des paroles trop blessantes ? N’y-a-t-il pas légitime défense ? N’y-a-t-il pas prescription ? Ceci était tout bonnement ridicule. Pourtant Clive l’avait prévenue. Rancunier le gaillard ce qui faisait de lui un être encore plus… Encore plus. Immature ? Oui, immature. Monsieur se vantait de la classe noble dont il était issu mais en était-il vraiment digne pour se comporter ainsi ? Peut-on se soustraire du raisonnement aristocrate du simple fait que la personne a jugé digne ou non une autre de ce comportement ? Etait-il Dieu ma parole pour réfléchir ainsi ? Et voila qu’il était préfet. Qu’y avait-il de plus beau pour satisfaire son égocentrisme et son sentiment de supériorité envers les autres. L’administration… Les autres préfets. Etaient-ils aveugle à ce point ? Qu’en serait-il lorsqu’elle irait se plaindre auprès d’eux ? Allaient-ils la croire ? La prendre au sérieux comme tout élève normal ? Ou au contraire allaient-ils se ranger à ses côtés et la pousser à se taire ?

Cet homme était devant elle. Mais ce n’était plus lui qu’elle craignait. Cette heure, peut-être deux, allait être horrible pour elle. Elle le savait. Elle le sentait. Mais qu’en serait-il du courroux de Clive lorsqu’il allait comprendre ce qu’il s’était passé ? Comment allait-il réagir à cette provocation ? Comment allait-il réagir à cette humiliation ? Elle le connaissait trop bien pour comprendre que cela n’allait pas rester impuni. La vengeance. Il n’y avait que cela pour soulager un cœur en peine. Que pouvait répondre la pauvre Margot ? Allait-elle avoir la dignité nécessaire pour refuser tout aide de la part de son aventure ? Elle en doutait. Après tout, n’allait-elle pas souffrir ? N’allait-elle pas gouté au monstrueux goût amer de l’humiliation elle aussi ? Mais le plus dur dans tout ceci est qu’elle ne savait pas. Elle ne savait rien. Qu’allait-il lui faire ? Qu’allait-il lui arriver ?

MARGOT/
Il ne me semble pas que nous ayons élevé les cochons de ferme ensemble. Vouvoyer quelqu’un n’a rien à voir avec l’hypocrisie. Malgré ce que vous pouvez penser de moi, nous sommes tenus à une certaine dignité. Nous ne sommes pas des enfants des rues

Oui. Elle aurait pu le supplier encore et encore de la laisser partir. Hurlé à son grand désarroi qu’elle présentait ses excuses au grand seigneur MacNeil. Mais aurait-elle eu le courage de se regarder dans une glace ? Voila ce qu’était la pire des humiliations : l’assouvissement. Elle préférait mourir digne. Il n’en faisait aucun doute.

MARGOT/
Il y a des manières plus glorieuses pour parler d’un homme. Vous qui vous vantez corps et âme de votre supériorité, ne pouvez-vous pas avoir pitié de deux âmes égarées ? Dit-elle d’un ton ironique. Je suis peut-être une femme volage comme vous devez le penser mais mon lit n’est jamais froid. Peut-on en dire d’avantage pour le votre ? En quoi coucher est-il un acte répugnant ? Allez le dire à tout étudiant qui se respecte en âge de comprendre, il vous rira au nez en vous accusant de n’avoir jamais goûté à la chair d’une femme. Êtes-vous jaloux ? Envieux de cet homme qui est votre opposé ? Il est aimé, respecté, non pas parce qu’il inspire la peur, bien au contraire, mais parce qu’il est apprécié. Alors que vous. Vous n’avez rien de plaisant. Alors, continuez à me détester monsieur, je ne le prendrai que trop bien. Avoir ne serait-ce qu’une once de bonté à mon égard, et là oui, je n’en serai que salie. Monsieur MacNeil.

Elle ne le laisserait pas entrer en elle. Son âme ne sera pas salie par ce vil individu.








Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un doux baiser de vengeance [PV Kean]   Mer 3 Oct 2012 - 14:54


NEVER FORGIVE ME
Never forget me
Qu'elle continue.
Elle pouvait jacter pendant des heures et des heures, il n'écoutait pas une miette. Ca suffit de tenter de le dissuader qu'il est dans le faux et que l'autre est dans le vrai. Elle ose parler, mais pour qui se prenait-elle ? Regardez la, franchement. À faire la morale sur la grandeur d'âme, elle est quoi pour se permettre ça ? Une grande femme ? Celle qui va changer les cours des choses ? Ou encore mieux ; la future dirigeante d'un quelconque pays ? Il en est rien. Elle n'est rien et Kean n'écoute pas les gens qui sont rien. Elle est censée être Narcissus et la vision des choses du jeune préfet concernant cette maison n'est que grandiose.
Pas ça.
    MARGOT ▬ Êtes-vous jaloux ? Envieux de cet homme qui est votre opposé ? Il est aimé, respecté, non pas parce qu’il inspire la peur, bien au contraire, mais parce qu’il est apprécié.
Rien qu'à ce passage, son sourire ne pouvait que s'élargir en entendant ça. Jaloux de Clive ? Pourquoi serait-il jaloux de ce bâtard ? Il n'a rien retenu à part ça, le reste, c'était vain. Sans doute tentait-elle de le provoquer ou de le rabaisser pour glorifier son image. Les femmes au mauvais fond font toutes ça. Bla bla bla, t'es méchant. Bla bla bla, tu fais un truc mal. Il sait ce qu'il fait, quand même.
    KEAN ▬ C'est fou. Pour une bonne à rien, tu l'ouvres beaucoup. Surtout pour ne rien dire, en fait.
Et ses pas s'avancèrent, doucement. Tournant autour d'elle accompagné de son serpent aux écailles violets. C'est tout ce qu'elle avait là ? Des paroles ? Des pseudos paroles de grandeur d'âme ? Mais pitié, seigneur, tu pouvais pas être plus clément pour ses oreilles ?
Quelle ironie, vraiment.
    KEAN ▬ Tu sais pourquoi Clive ne me ressemble pas ? C'est un bâtard. C'est tout. Il n'a pas eu l'amour d'une mère, il va donc chercher de l'affection entre tes cuisses et je peux pas être jaloux de ça, pitié...
Sans prévenir et sans attendre une seconde, le Abo s'enroula autour de la jeune fille, usant alors de ligotage pour l'asphyxier progressivement. Pourquoi ne pas lui briser les os, par la même occasion ? Elle ne pouvait rien faire - en étant dans un état pareil - face à un serpent de 2 mètres de long. Un vrai anaconda, ce Ekans. De toute façon, il n'allait pas la toucher de ses mains. Au risque de lui fournir une preuve qu'il l'a bel et bien agressé.
Il sait ce qu'il fait, lui.
    KEAN ▬ Pour ce bâtard, j'ai fait pleurer ma mère. Pour ce bâtard, j'ai menti à mon père. Pour ce bâtard, j'ai gagné un oeil de verre. Tu crois que cet oeil jaune est naturel ?
Chaque mots qui en sortait ne faisait qu'inciter au pokémon de serrer son étreinte autour d'elle. Surtout que c'est bien connu que les pokémons sauvages n'ont aucune règle, elle ne pourra s'en prendre qu'à elle-même. Impossible d'appeler de l'aide, surtout dans un endroit pareil.
    KEAN ▬ Je n'aime pas les petites donneuses de leçons alors qu'elles ont rien foutues pendant deux ans dans une école d'élite. La preuve, comme une cruche, tu viens dans un endroit dangereux et sans tes pokémons...
Il sortit sa paire de ciseau, ainsi qu'une mèche de cheveux et la coupa à l'arrache. Sans soin, ni rien. Les cheveux longs représentaient une certaine carrure, une magnificence digne d'une véritable jeune femme. Et ces cheveux étaient trop bien pour ça. Plus ça va, plus il commence à se sentir bien haut au-dessus de son perchoir.

© css Nine
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un doux baiser de vengeance [PV Kean]   Dim 14 Oct 2012 - 14:57


CHARACTERS

MARGOT A.J. MAXWELL

KEAN S. MACNEIL
RÉSUMÉ DE L'AVENTURE

C'est inconsciente que Margot décida de fuir quelques heures la chaleur de l'établissement. Désirant se promener à l'endroit même où elle avait revu son frère pour la dernière fois, elle fit la rencontre d'un bien inquiétant jeune homme. Bref, un vilain pas beaux, roux, qui allait lui faire du mal ewe. Clive, au secours !



Pour Clive, cet homme qui aimait me voir soumise. Ce rp est pour toi. Et aussi pour me faire pardonner le fait de t'avoir dit que tu étais un boulet, que tu frisais comme une fille... Et que tu avais un avion de bébé pour ta lumière de chambre éè Let's go mon chéri 8D

Son intention envers elle ne changea pas. Il désirait la faire souffrir. Peut-être l'entendre le supplier. Pour le moment, elle n'y était pas. Enfin pas encore. Le sujet fâcheux avait été abordé. Clive. Clive. Clive. Pauvre garçon qui devait entendre ses oreilles siffler à l'heure qu'il était. Après tout, à quoi bon ouvrir sa bouche, ça n'apportait que trop d'importance à cet homme bouffé par son passé. Il désirait la punir ? C'était fait. Voila qu'il lui parlait de son enfance. Non. De sa douloureuse enfance. Bon Dieu. Mais qu'on lui coupe la tête. Les oreilles ! Mais que quelqu'un fasse quelque chose... Et voila qu'il en venait à sa mère. Mais abruti ! Pourquoi me parler de ça ? Répétait-elle dans sa tête. Han. Peut-être allait-il la tuer... Ou même pire. L'enterrer vivante. Elle serait retrouvée deux ou trois mois plus tard en pleine décomposition. Clive ne l'aimerait plus. Peut-être aurait-il trouvé quelqu'un d'autre ? Peut-être qu'il se sera réconcilier avec son bourreau et qu'ils vivront une fraternité digne des séries américaines tels les frères Scott. Cette idée était écœurante. Mais attendez. Il ne parlait plus là. Il avait terminé ? Sérieux ? Il avait terminé. Cela enlevé un mal. Bon, il est vrai que se faire étreindre par un abo était loin d'être relaxant, bien au contraire, elle souffrait. (Tu vas kiffer Clive 8'D) . Quelques gémissements montraient bien à son agresseur qu'elle était à bout de souffle. La jeune femme étouffait. Un cri. Puis un autre. Son cœur battait à toute allure. Cette situation devenait un peu trop inconfortable à son goût. Et Clive qui ne venait pas à son secours. Adieu rêve de petite fille de voir accourir son prince charmant. Ça aussi ça faisait mal. Un autre cri. Pas puissant. Elle était bien trop essoufflée pour vociférer à son aise. Ses yeux se fermaient à chaque contraction de l'animal. Elle n'avait plus le choix à présent. Elle devait se résoudre à présenter ses excuses. Ou du moins, lui montrer qu'il avait gagné. Elle n'était pas folle. Ce n'était pas son heure. Alors qu'elle allait s'exprimer pour lui donner ce qu'il désirait, une mèche de ses cheveux tomba au sol. Sa chevelure blonde, celle que Clive aimait toucher et humer, s'éparpillait au pied du pokémon.

Ce pauvre homme était fou. Non pas une folie qui effraie mais une folie qui nous fait s'interroger sur l'avenir humain. Après tout, n'était-elle pas mieux à sa place ? Certes, elle était une pauvre victime dont les horreurs n'étaient pas terminées, mais elle était sans doute plus saine que lui. Était-ce une victoire ? Avait-il eu sa victoire ? À son retour dans le pensionnat, il n'en serait pas plus heureux. Peut-être fier au début. Content d'avoir eu sa vengeance. Mais allait-il pour autant vivre apaisé ? Moins contrarié ? Voila Kean les récoltes de ce que tu as semé. Tu ne le sais pas. Margot se taira. Mais cette image de toi dépasse ton désir de la détruire. Les larmes qui coulent ses joues ne sont pas pour elle; mais bien pour toi. Pitié. C'est uniquement ce que tu lui inspires.









Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un doux baiser de vengeance [PV Kean]   Dim 14 Oct 2012 - 16:33


NEVER FORGIVE ME
Never forget me
Et on coupe.
Oui, couper. Que c'était facile d'en faire n'importe quoi. Cette chevelure trop belle pour elle, cet air de petite garce qu'elle arrivait à se donner. Regretter ? Il n'y a rien à regretter. Pour Kean, tout était de sa faute à elle. Vouloir se mêler de ce qui ne nous regarde pas et voilà le résultat. Elle croyait vraiment qu'on ne l'entendait pas dans sa chambre ? C'est bien, elle savait jouir, mais lui, il voulait dormir. Merci seigneur, elle avait apparemment appris à se taire. Malgré ses petits cris plaintifs, Kean n'y faisait pas attention, il s'en foutait.
Tant qu'il obtient ce qu'il souhaite.

Dans sa tête, ça s'enchaînait ; Elle n'avait qu'à se mêler de ses fesses, elle n'avait qu'à se mêler de ses fesses. Il ne va pas changer sa façon d'être pour elle, il a toujours détester qu'on se mêle de ses affaires et elle, elle a osé presque lui avouer ce qu'elle ne devrait même pas savoir. Alors il va se mêler des siennes ; mais d'une manière plus directe. D'abord, ses cheveux, les coupants n'importe comment, en faisant n'importe quoi. Son but n'était pas de la rendre jolie, juste de la punir comme il faut. Et encore, il n'était pas question de s'arrêter là. Bien sûr que non, on n'allait pas s'arrêter là.
Ça serait trop facile.
    KEAN ▬ Serre bien ton étreinte.
Qu'elle soit sur le point de mourir n'était pas un soucis. Quelle idiotie de sortir sans ses pokémons, c'était comme se donner à un leviator, sans hésiter. Et il regarda la scène. Ressentir de la peine ? Encore moins. Plus le pokémon étouffait cette fille, plus elle n'avait plus aucun intérêt pour lui. Elle doit être amusante, sans plus, mais malheureusement pour elle, il est dans l'obligation de faire attention à elle. Sauf si elle change de maison, ce qui ne serait pas bête.
    KEAN ▬ Tu devrais songer à changer de maison. Histoire qu'on ne se croise plus jamais. Après tout, ta place n'est pas parmi-nous.
Il lança sa pokéball en l'air pour ensuite faire place à son feurisson. Son plan était le suivant ; lui causer des brûlures de premier degré au niveau des jambes. Les flammes du purgatoire pour laver la pécheresse de ses péchés, que ça sonnait divinement bien. Il n'y avait personne dans les alentours et personne ne pouvait témoigner pour ce qui allait se passer. La parole de cette fille contre la sienne ? Pas moyen. Faisant bien attention de ne pas livrer le nom de ses pokémons à la pauvre victime de sa cruauté.
Que de grands mots.
    KEAN ▬ Attaque Flammèche.
Pyromane sur les bords ? Bien sûr. Bien que le pokémon fut sceptique au début, il s'exécuta. Au début, ça brûlait les vêtements, mais à force, ça touchait la peau. Cependant, ça forçait le Abo à bouger, à relâcher son étreinte. De toute façon, le paraspore doit encore la paralyser, du moins, elle ne peut pas vraiment bouger. L'avantage d'avoir une bestiole plante dans sa poche.

Par la suite, MacNeil ordonna à son serpent de partir, de s'éloigner de cet endroit le plus possible pour ensuite jeter un coup d'oeil à la jeune brûlée. Pourquoi aller jusque là ? Par envie, tout simplement. Enfin, il sorti son téléphone et composa le numéro de l'école, prenant une voix un tant soit peu paniqué. Quel comédien il peut être.
Quand il le souhaite.
    KEAN ▬ O-Oui allô je suis dans la forêt. Une de mes camarades est grièvement blessée, je voulais la sauver, mais je l'ai touché et. Oui, venez vite !
Et voilà, il venait d'avouer son crime, à moitié. Prenant bien soin d'empêcher. Sa version des faits sera sans doute plus possible à croire que la sienne. C'était entièrement de sa faute, sortir sans ses pokémons et être la proie de la nature. Au pire, elle pourra dire ce qu'elle veut, Kean mettra ça sous le coup de la démence. Sous la frayeur qu'elle a ressenti, etc etc...

© css Nine
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un doux baiser de vengeance [PV Kean]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un doux baiser de vengeance [PV Kean]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 24 avril ~ Baiser doux comme un papillon
» le bruit du baiser
» doux leurres
» Poèmes tous doux...
» Père brave, père doux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alcea Rosea ♣ :: Paysage environnant :: Forêts :: Clairière-