AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le roseau est toujours plus vert dans le marais d'à côté. [END]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narcissus
avatar
Anya Rutherford
Narcissus

Féminin
Messages : 159
Age : 26

Âge du personnage : 17 ans
Nombre de Badges : Nope.

MessageSujet: Le roseau est toujours plus vert dans le marais d'à côté. [END]   Jeu 1 Nov 2012 - 12:19

Il pleuvait.

Une pluie pas forcément très forte, mais agaçante. Anya avait toujours détesté la pluie. Le froid ne la gênait pas plus que ça – elle n'était pas native de Frimapic pour rien- , mais la pluie.. franchement, non. Ca signifiait : pas d'entraînement pour aujourd'hui. Elle ne tenait pas à être trempée des pieds à la tête ou à patauger dans la boue. C'était désagréable, les vêtements mouillés, qui collent à la peau et grattent. Bien sûr, il y avait cette chose merveilleuse appelée parapluie, mais mener un entraînement ou un match dans ces conditions ne la tentait pas. Faisant contre mauvaise fortune bon cœur – comme si elle avait le choix- , elle avait décidé de passer son temps libre à la bibliothèque. Rester oisive toute une journée, ce n'était pas pour elle. Autant essayer de s'instruire autant qu'elle le pouvait.

Anya se détourna de sa fenêtre. Bon, ce n'était pas tout ça, mais il allait falloir qu'elle se bouge, sinon elle allait arriver au réfectoire à une heure de pointe, ce qui ne la tentait pas plus que ça, pour des raisons évidentes. De un, c'était trop bruyant, de deux, elle n'avait pas spécialement envie d'attendre longtemps pour être servie et s'installer à table. Fierté oblige. Et ce fut donc pourquoi elle sortit rapidement après avoir vérifié qu'elle n'avait rien oublié. Pokéballs, fait. Clé de la chambre, fait. Sac, fait. Rien ne manquait à l'appel.

Elle arriva juste avant l'heure de pointe. Mauvais calcul, mais au moins elle évitait la file. De toute façon, le calvaire auditif n'allait pas durer bien longtemps. Ignorer, rester impassible, comme si elle n'entendait rien, et terminer son repas tranquillement. C'était son habitude depuis son arrivée ici, et cela fonctionnait à chaque fois en une mécanique bien huilée. Bref, direction la bibliothèque. Et..chance, une table libre située vers l'entrée de la salle – au moins n'aurait-elle pas à beaucoup marcher. Elle y déposa ses affaires, avant de partir fouiller dans les rayons. Son objectif ? Chercher des ouvrages sur les différentes sortes de baies, afin de déterminer laquelle serait la plus avantageuse pour son Flamajou. Elle était déjà partie sur l'idée d'une baie Oran, mais on ne savait jamais. Elle n'avait jamais prétendu avoir la science infuse en matière de baies. Il en existait tellement après tout. Plus d'une cinquantaine, si sa mémoire était bonne, et aux effets variés. Une telle guérissait la paralysie, l'autre du sommeil, l'autre rajoutait des points de vie, l'autre affaiblissait des attaques de tel ou tel type...

Victoire. Elle avait trouvé exactement ce qu'elle cherchait.

La Narcissus fut tirée de sa lecture une vingtaine de minutes plus tard par le bruit de quelqu'un entrant dans la bibliothèque. Elle leva discrètement la tête de son livre et haussa un sourcil, avant de replonger dans sa lecture. Ben tiens. Qui avons-nous là ?


Dernière édition par Anya Rutherford le Ven 16 Nov 2012 - 16:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Messages : 194
Age : 26

Âge du personnage : 17 ans
Nombre de Badges : 0

MessageSujet: Re: Le roseau est toujours plus vert dans le marais d'à côté. [END]   Jeu 1 Nov 2012 - 13:10

ARE WE FRIENDS
I can't really tell you are so mean
C’était l’automne, à n’en point douter. L’air était humide ce jour-ci, et pour cause : il pleuvait. Autant dire que la journée commençait mal pour Rex, qui n’avait jamais aimé voir, entendre ou être sous la pluie. Bien qu’il savait cela être positif pour l’environnement, cela ne l’était pas pour lui. Les nuages grisonnants cachaient le soleil et cette baisse de luminosité lui donnait envie de dormir. Qui plus, il était dans ces conditions hors de question de poser le moindre pied dehors… sauf que depuis qu’il avait un cradopaud, ce dernier point était remis en cause. Et, ce matin en voyant le ciel orageux, le pokémon s’était montré tout heureux. Il voulait sortir. Aller se balader dehors, avec son dresseur. Dresseur qui refusa catégoriquement. Voilà une journée qui commençait très mal. Rex lui indiqua qu’il pouvait sortir seul, mais cela était bien moins amusant dans l’esprit de Bancroft, qui enviait tous ces pokémons qui dehors, jouaient dans les flaques avec les humains. Quand est-ce que leur relation s’arrangera ?

Ainsi, la matinée du brun fut ponctuée de « craaaa craaaa » plaintifs, ce qui finit par quelque peu l’énerver, le forçant à décocher au pokémon insistant un regard des plus noirs. Le pauvre Bancroft resta cloué sur place, à ruminer sa peine alors que Rex lui indiquait qu’il partait travailler à la bibliothèque. Le cradopaud, qui jugeait n’avoir alors rien à faire là, préféra retourner dans sa pokéball pour se morfondre en silence. C’était pour l’adolescent quelque chose de blessant – lui qui tenait à laisser Bancroft et Hypatia évoluer en toute liberté… par un geste qui se voulait tendre, Rex prit la pokéball qui alors gisait sur sa table de chevet et la mit dans sa poche, espérant que Bancroft parviendrait à saisir là toute la chaleur qu’il voulait lui transmettre. Mais non, il était hors de question que tous deux sortent dehors. La pluie était bien trop forte.

Enfin il arriva jusqu’à la bibliothèque, où il passa inaperçu – du moins, le pensait-il. C’est qu’un adolescent aux cheveux noirs, habillé quasiment tout en gris et noir, ce n’était pas le genre de chose qui fait lever des nez de livres. Pourtant, elle le regarda. Un bref moment, avant de se replonger dans sa lecture. Anya. Le damoiseau se demanda alors s’il devait s’étrangler d’horreur ou être heureux de trouver dans ce bâtiment quelqu’un qu’il connaissait. C’est que quasiment toutes les chaises étaient prises et face à celle de la blonde, s’en trouvait une libre. Et Rex préférait s’installer avec des gens qu’il connaissait… cela lui permettait d’être plus à l’aise lors de ses lectures.

Avant de venir s’installer auprès d’elle, le brun alla saisir quelques livres sur l’anatomie des pokémons électriques, qui avait déjà pourtant parcouru des dizaines de fois. Mais mieux vaut relire dix fois qu’oublier ce qu’on a survolé une fois, pour que le savoir reste frais. Puis, comme prévu, il se dirigea de nouveau vers la table où se trouvait Anya – avec la chaise devant elle, toujours libre. Faisait-elle si peur que cela, avec son air froid ? « Bonjour » chuchota-t-il en s’installant, posant ses livres sur la table et son sac sur le dossier de son siège. « Tu vas bien ? » Les habituelles questions de politesse.

thank you april (myfairtardis)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcissus
avatar
Anya Rutherford
Narcissus

Féminin
Messages : 159
Age : 26

Âge du personnage : 17 ans
Nombre de Badges : Nope.

MessageSujet: Re: Le roseau est toujours plus vert dans le marais d'à côté. [END]   Jeu 1 Nov 2012 - 14:40

Et à nouveau, Anya leva les yeux de son livre. Rex s'approchait d'un pas qui aurait presque pu apparaître hésitant. Son visage même portait les traces de son doute: il avait l'air de se demander à quelle sauce elle allait le manger. Amusant. Avait-elle l'air si intimidante que ça? Visiblement. Elle n'avait pas compté le nombre de personnes qui avaient réalisé un large détour, préférant aller chercher des places libres au fond de la salle – quitte à ce que ce soit à une table déjà bien occupée, alors que la sienne était libre. Ma foi, ce n'était pas plus mal. Si cela pouvait lui apporter un peu de calme et de tranquillité pour travailler, elle n'allait pas s'en plaindre, c'était toujours bon à prendre.

« On aura peine à me persuader que l'histoire de l'enfant prodigue ne soit pas la légende de celui qui ne voulait pas être aimé». La citation de Rilke lui revenait en tête, comme souvent à ces moments-là. Elle ne voulait pas être aimée? En quelque sorte. Si c'était pour être entourée de braillards et d'autres nuisibles de ce genre, non, sans façon...Mais de toute façon, elle se suffisait bien à elle même, c'était un fait. Elle n'allait pas se plonger dans une longue introspection de sa substantifique moelle pour tenter de le démontrer par A + B, elle avait mieux à faire.

Toujours était-il que le Menthae était maintenant arrivé à sa table. Voilà qui était courageux, ou, au choix, complètement stupide - l'un n'excluant pas l'autre. Elle savait pourtant son vis-à-vis prompt à éviter les conflits, comme elle, mais pas pour les mêmes raisons. Il avait du sacrement prendre sur lui pour oser l'aborder. Trop soulagé de voir quelqu'un qu'il connaissait, peut-être, et heureux de trouver un point de repère dans cette foule. Ah oui, elle avait oublié de préciser, la bibliothèque était bondée, comme on pouvait s'y attendre un jour de pluie. Tous tentaient d'éviter la pluie ; peu étaient venus ici pour réellement travailler. Et, toujours comme on pouvait s'y attendre, la bibliothèque se retrouvait d'un coup bien moins fréquentée un jour où il faisait beau. Elle avait beau fréquenter l'école depuis des années, le phénomène la sidérait toujours.

Non, elle ne rêvait pas : il la saluait, tout en s'installant discrètement. Au moins avait-il la décence de chuchoter dans cet endroit dédié au savoir, alors que d'autres – particulièrement vers le fond de la salle, bizarrement- ne se gênaient pas pour parler fort. Bon, faisons un effort, en forçant un peu, elle pouvait presque entendre ses genoux jouer des castagnettes: elle hocha la tête en guise de salut. Cela pouvait paraître peu, mais c'était déjà plus que ce qu'elle faisait en temps normal.. Probablement parce que c'était elle qui avait pris l'initiative de l'aborder, lorsqu'ils s'étaient croisés pour la première fois. Petit miracle, pouvait-on dire : mais il y avait eu une bonne raison. Son Cradopaud. Elle se demandait bien comment le pokémon allait d'ailleurs. Et voilà qu'à présent il s'enquerrait de sa santé! Fichtre! La situation avait un côté plus que cocasse: elle, Anya, en train de parler presque normalement à quelqu'un. Allez, continuons sur notre lancée et répondons-lui, se dit-elle.

« Ca peut aller, merci. »

Réponse bien dans son style, laconique au possible. Sans doute qu'une personne normale aurait immédiatement rebondi pour expliquer en quoi ça allait si bien – oui, la capture de Nirondelle avait quelque chose de réjouissant, vu qu'elle souhaitait un pokémon Vol. Mais elle considérait que cela faisait partie des choses qu'elle n'était pas obligée de révéler : inutile de dévoiler son équipe. Non pas qu'elle fût tellement secrète ou impressionnante – en fait, sur le coup, c'était plutôt le contraire-, mais elle détestait parler d'elle.

Tournant légèrement la tête, elle observa la pluie par la fenêtre.

« Cradopaud doit être heureux, avec ce temps. » commenta-t-elle simplement.

Manière plus ou moins subtile de demander comment le pokémon crapaud allait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Messages : 194
Age : 26

Âge du personnage : 17 ans
Nombre de Badges : 0

MessageSujet: Re: Le roseau est toujours plus vert dans le marais d'à côté. [END]   Jeu 1 Nov 2012 - 16:10

ARE WE FRIENDS
I can't really tell you are so mean
Une voix froide lui répondit, sans lui retourner la question. Ce n’est pas comme s’il s’y attendait ou quoi que ce soit et de toute façon, Rex aurait lui aussi répondu brièvement. Tous deux n’aimaient pas beaucoup s’étaler sur leurs pensées intérieures, mais quelque chose les distinguait toutefois. Rex n’hésitait pas à s’intéresser aux autres alors qu’Anya s’en fichait royalement. Rex acceptait ce fait sans trop le comprendre, voyant chaque individu comme un livre pouvant lui apprendre quelque chose. C’est ce qui se passait d’ailleurs avec la blonde, qui lui permettait de progresser avec son cradopaud. C’était un peu violent, certes, mais cela n’empêchait pas Rex d’en redemander. Il était plutôt solide, physiquement et mentalement. Malgré ses airs timides et son introversion.

D’ailleurs, le sujet de Bancroft fut, sans subtilité, amené. Evidemment, le brun ne l’intéressait aucunement ; Anya semblant préférer les pokémons à ceux de sa propre race. Ce qui n’était pas embêtant, en soi-même. Juste que cette fois, l’adolescent aurait préféré que la conversation tourne autour d’autre chose. Parce qu’il savait qu’encore une fois, il risquait de se faire laminer d’une ou deux phrases bien placées. Pourquoi ne pouvait-il pas lui mentir, lui dire que Bancroft était extrêmement heureux ? Que tout allait pour le mieux… Cela lui éviterait un conflit de plus. Rapidement l’adolescent saisit un livre et sans même en regarder la table des matières, arriva au chapitre qui l’intéressait – à croire qu’il connaissait chaque page par cœur. Mais relire et relire la même chose avec quelque chose de reposant et lui permettait de se calmer. C’est qu’il en avait besoin. Une main passa sur son front, secouant sa frange dont la moitié resta en l’air. « Ouais… » Pas très convaincu.

Il avait envie de confier son désarroi par rapport à son cradopaud. Qu’il n’arrivait toujours pas entrer en symbiose avec. Est-ce que sa relation avec son tutafeh était particulière ? N’arriverait-il jamais à créer une entente similaire avec son second pokémon ? Anya était bien placée pour pouvoir lui donner des conseils mais le faisait toujours d’une manière si détestable. N’avait-elle aucune notion de tact ? Se comportait-elle ainsi avec tous, ou avait-il quelque chose de particulier contre lui ? Le brun n’avait jamais pu l’observer interagir avec une autre personne que lui-même parce qu’il n’y avait jamais personne auprès d’elle. C’était un peu triste, mais cela semblait être le choix de la jeune femme. Elle n’avait besoin de personne, elle. Se suffisait à elle-même…

Rex la fixa un moment, visage inquiet. Avant de se replonger dans sa lecture, désolé. Il n’avait aucune envie de se faire lyncher, le regard triste de son cradopaud lui avait suffi. Qui plus est, il savait ce qu’il devait faire pour plaire à son pokémon. Juste qu’il ne voulait pas, car il pleuvait des cordes. C’était un choix qu’il devait supporter et peut-être… cacher ? Il pinça ses lèvres de ses dents, espérant aucune autre question. Mais c’était marqué sur son corps entier que quelque chose le rendait mal à l’aise.

thank you april (myfairtardis)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcissus
avatar
Anya Rutherford
Narcissus

Féminin
Messages : 159
Age : 26

Âge du personnage : 17 ans
Nombre de Badges : Nope.

MessageSujet: Re: Le roseau est toujours plus vert dans le marais d'à côté. [END]   Jeu 1 Nov 2012 - 17:47

Anya reboucha son stylo et observa son interlocuteur en attendant sa réponse. Celle-ci mit du temps à venir – et encore, sous la forme d'un « Ouais.. » qui voulait tout dire. Avant même que Rex ne réponde, elle avait compris. Inutile d'être un génie pour ça. Si vraiment les choses s'étaient arrangées entre lui et son Cradopaud, il aurait répondu plus vite, et surtout, d'une voix moins éteinte.

« Ce n'est pas encore ça, pas vrai? »

Question purement rhétorique. Elle passait pour insensible en ayant l'air d'enfoncer le clou de cette façon, elle le savait. Mais ce n'était pas par pur plaisir. Elle avait beau être consciente de ses défauts – froide, distante, égoïste, absolument pas diplomate -, la volonté de nuire à d'autres personnes n'en faisait pas partie. Si elle avait l'air de passer pour une espèce de harpie -l'image la fit sourire mentalement-, c'était uniquement parce qu'elle s'inquiétait, d'une certaine manière, pour Cradopaud, fibre d'éleveuse oblige. Les Pokémons avaient beau avoir leurs défauts, ils restaient quand même moins insupportable que les humains. En tout cas, les humains qu'elle avait côtoyés pendant la plus grande partie de sa vie. Son père. Sa belle-mère. Son demi-frère – enfin, celui qu'elle ne supportait pas. Tout le monde s'était payé sur sa personne, et après, on osait lui reprocher son attitude actuelle. Elle aurait dû rester un punching-ball toute sa vie, c'était ça ?

Mais ça, plutôt crever que l'avouer à haute voix.

« Ca viendra..on ne se fait pas des amis en une journée, pas vrai? Pour les pokémons, c'est pareil... »

Assez ironique venant de quelqu'un qui passait l'essentiel de son temps seul, n'est-ce pas ? En tout cas, elle avait pu témoigner, lors du dressage de son Goupix, qu'au début, tout n'allait pas forcément pour le mieux. Il avait fallu du temps pour qu'elle et son pokémon apprennent à se connaître, à s'apprécier. Il en irait sans doute de même pour Rex et Cradopaud. Peut-être que lui et sa Tutafeh passaient trop de temps ensemble, elle ne le connaissait pas encore assez pour pouvoir en témoigner. Cradopaud devait se sentir un peu..rejeté. Normal, en ces circonstances. Et pourtant, elle savait que son interlocuteur voulait vraiment s'entendre avec son deuxième pokémon. Sans même qu'il lui ait dit directement, elle le savait, elle le sentait. Elle pouvait au moins lui reconnaître ça : il était un peu perdu, mais il essayait vraiment. Comme son Flamajou lors du combat contre Nirondelle : il n'était pas le meilleur pokémon du monde – il était trop lent et ses coups manquaient de puissance - mais il avait fait de son mieux. Réellement.

Oui, mais. Il semblait mal à l'aise, et se mordait la lèvre inférieure. Si ce n'était pas un signe de culpabilité, ça . Il avait quelque chose à se reprocher.

« A moins qu'il n'y ait autre chose que tu ne veuilles pas dire... »

Le regard de la future éleveuse s'était fait inquisiteur. Le message était clair : elle le ferait parler quoiqu'il arrive.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Messages : 194
Age : 26

Âge du personnage : 17 ans
Nombre de Badges : 0

MessageSujet: Re: Le roseau est toujours plus vert dans le marais d'à côté. [END]   Ven 2 Nov 2012 - 8:25

ARE WE FRIENDS
I can't really tell you are so mean
Non, ce n’était pas encore cela. Rex ne répondit toutefois pas, que ce soit par des mots ou le moindre signe. Seul le silence, qui pouvait être interprété comme un signe de culpabilité, s’installa. Néanmoins, les paroles qui suivirent rassurèrent l’adolescent. Non, on ne se fait pas des amis en une journée. Mais en même temps, si au bout de plusieurs mois la relation est toujours chaotique, peut-on encore continuer d’espérer y voir naître une relation plus agréable ? Le brun n’avait jamais mis autant d’effort dans une relation sociale. Avant, quand quelqu’un ne lui plaisait pas dès les premiers instants, Rex se contentait de l’éviter… C’était toutefois là une situation différente. On lui avait confié un pokémon et le mignon se sentait obligé d’en prendre soin. De s’impliquer dans leur relation, plus qu’il ne l’avait jamais fait avec n’importe quel humain. Comment lui reprocher de parfois alors, avoir des doutes et des rétractations face au cradopaud ? Même, de temps en temps, Rex se désespérait à penser que Bancroft ne faisait aucun effort et certainement faisait tout pour que Rex le relâche. Puis il se remémorait comment le monstre de poche tirait sur ses manches, pour attirer son attention. Ses regards humides, tendres. Comment il n’avait jamais été violent ou ne serait-ce que méchant avec son dresseur. Rex finit par redresser la tête, posant son menton dans le creux d’une main, coude posé sur la table. Son regard se dirigea vers une fenêtre, qui laissait entrevoir le ciel pluvieux.

Non, on ne se fait pas des amis en un jour. Rex voulut demander à Anya si elle avait des amis – lui ne se voyait pas comme un camarade de la blonde. Juste comme une connaissance qui parfois croisait sa route. C’était une façon de se dire qu’il n’était pas un poids pour la jeune femme et qu’elle n’en était pas un pour lui. Une relation qui ne passait que par de brefs moments de solidarité, autour d’échanges parfois un peu trop lapidaires au goût de Rex. Il gratta encore ses lèvres du bout de ses dents et faillit se mordre quand encore Anya prit la parole.

Lui, cacher quelque chose ? Jamais, voyons. Ce n’était pas comme s’il était un individu retors qui prenait un malin plaisir à toujours tourner autour du pot. Si différent de la jolie, qui était toujours franche et directe. De quoi le mettre à rude épreuve. Timidement, l’adolescent alla croiser le regard dur de son interlocutrice et, malgré sa timidité et le fait qu’il se savait coupable, il le soutint. Il n’était pas si faible que cela, le mignon. Et il était assis, ses jambes ne risquaient pas de se dérober sous son poids et celui de l’air menaçant d’Anya. Néanmoins, il lui fit comprendre d’un gémissement qu’il n’aimait pas qu’elle le regarde ainsi.

« Je n’aime pas la pluie » lâcha-t-il en retournant se concentrer sur la fenêtre. Ne disant ce qu’il se reprochait à lui-même qu’à demi-mots, toutefois certain qu’elle comprendrait. Sinon, elle n’aurait qu’à encore lui décocher une vilaine flèche. Faire ressortir ses doutes, son manque d’espoir et sa flemmardise du moment. Mais vraiment, qu’est-ce qu’il haïssait la pluie ! Il ferma un instant ses yeux turquoises, pensant à combien son cradopaud, lui, aimait les averses de ce genre.

thank you april (myfairtardis)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcissus
avatar
Anya Rutherford
Narcissus

Féminin
Messages : 159
Age : 26

Âge du personnage : 17 ans
Nombre de Badges : Nope.

MessageSujet: Re: Le roseau est toujours plus vert dans le marais d'à côté. [END]   Ven 2 Nov 2012 - 13:05

De nouveau, ce silence lourd, pesant, empreint de culpabilité. Elle avait visé juste, ce qui n'était guère étonnant en soi. L'attitude du Menthae était assez explicite comme ça, il aurait fallu être aveugle pour ne pas voir qu'il cachait quelque chose. Cependant, elle ne se sentait pas plus affectée que ça par le silence. Tant que Rex finissait par répondre, cela ne la dérangeait pas d'attendre.Têtue comme une mule, elle? Si peu. Donc, il n'aimait pas la pluie. C'était une réponse à demi-mot, mais une réponse malgré tout. Il lui fut facile de reconstituer la situation. Il n'aimait pas la pluie. Or il pleuvait. Donc il ne voulait pas sortir. Cependant, Cradopaud, lui aimait ce genre de temps. Si on additionnait sa réponse plus que réduite de tout à l'heure, cela donnait : Cradopaud aurait voulu sortir alors que Rex, non. Bravo, Sherlock. Quel sens de la déduction. A vrai dire, d'un côté, elle pouvait le comprendre : elle-même haïssait la pluie. Mais de l'autre..il aurait quand même pu faire un effort. Former une bonne équipe avec son pokémon nécessitait quelques sacrifices, du temps et des efforts.

« Je vois. »

Qu'il interprète cela comme il voulait. Anya se replongea ensuite dans sa lecture. De toute façon, il avait rompu le contact visuel pour se retourner vers la fenêtre. Même question que tout à l'heure : elle était si effrayante que cela quand elle se décidait à fixer quelqu'un dans les yeux ? La preuve, il avait certes réussi à soutenir son regard pendant quelques instants, mais avait fini par laisser tomber. Bah, de toute façon, ce n'était pas comme s'ils allaient passer la journée à se regarder en chiens de faïence. C'eût été du dernier ridicule.

« Tu aurais quand même pu faire un effort. Je l'aurais fait, moi. »

Chassez le naturel, il revient au galop. Elle n'avait jamais eu la fibre diplomatique de toute manière.Mais point de méchanceté dans sa voix – à moins qu'on ne considère sa froideur naturelle comme de la méchanceté. Cela pouvait paraître surprenant de sa part, mais elle avait toujours pour principe d'être franche. Même si parfois, son interlocuteur pouvait être blessé par ses propos. Souvent, en fait. Elle aurait pu apprendre à modérer ses propos, à les tourner d'une manière plus supportable. Elle aurait pu, mais ne l'avait pas fait. Si certaines n'étaient pas capable de supporter la vérité, tant pis pour elle, ce n'était pas à elle de s'adapter.

Elle dit ensuite, d'une voix basse – presque hésitante, au fond-, tout en gardant ses yeux fixés sur son livre :

« Quand la pluie sera moins forte... »

Allez, ce n'était pas si dur à dire. Encore un effort. Il n'y a rien à craindre. Elle avait connu bien pire que ça dans sa vie. Quoique. Elle avait l'impression de faire preuve de faiblesse. Ce Cradopaud l'inquiétait plus que ce qu'elle voulait bien croire. Autant pour elle qui croyait ne lui laisser que la place qu'elle voulait bien lui donner. Était-elle trop impliquée, maintenant ? Mer..credi. Elle se sentait à deux doigts de haïr le jeune homme en face d'elle. Elle serra les poings jusqu'à ce que ses jointures blanchissent. Elle ne voulait pas s'attacher mais ne pouvait s'empêcher de ressentir de la sympathie pour le batracien. Seul, mal-aimé. Il lui faisait penser à elle dans son enfance, et ça, c'était horrible. Alors peut-être, dans un élan de pitié, elle voulait faire ce qu'on n'avait jamais fait pour elle. Re-mer..credi. Elle s'amollissait, ce n'était pas bon..

Reprendre la parole lui arracha presque la bouche.

« Quand la pluie sera moins forte...si tu veux, je t'accompagnerai pour sortir Cradopaud. J'ai à faire dehors. »

Et mauvaise menteuse, avec ça. Mais qu'il essaye de faire un commentaire ou se moquer d'elle, elle lui arracherait les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Messages : 194
Age : 26

Âge du personnage : 17 ans
Nombre de Badges : 0

MessageSujet: Re: Le roseau est toujours plus vert dans le marais d'à côté. [END]   Ven 2 Nov 2012 - 16:38

ARE WE FRIENDS
I can't really tell you are so mean
Evidemment, Anya comprit rapidement ce qui n’allait pas. Rex baissa les épaules alors qu’un « je vois » inquisiteur s’abattit sur lui. Ensuite, il y eut encore un de ces silences dont tous deux avaient le secret. Bien supporté d’un côté, angoissé de l’autre. Qu’y faire ? L’adolescent tourna quelques pages de son livre, n’arrivant pas à se concentrer pour vraiment s’intéresser aux mots posés sur le papier. Evidemment, le véritable reproche vint. La blonde l’aurait fait. C’était facile à dire quand on n’était pas réellement à la place de Rex. Vraiment, le brun n’avait aucune envie d’aller dehors. Il pleuvait, il faisait froid, il y avait un peu de vent. C’était l’automne, quoi. Et à la moindre goutte de pluie ses cheveux bouclaient encore plus, pour ensuite graisser plus vite que d’habitude. Sans parler du fait que Rex adorait avoir froid… qu’il aimait se retrouver dehors, en plus ! Lui qui avait toujours vécu en choisissant minutieusement des activités qui ne se passaient qu’à l’intérieur. Si cradopaud voulait prendre un bain ou quelque chose du genre, pourquoi pas… aller à la piscine, oui. Mais dehors, par un temps pareil… certainement pas. Même si les autres iraient, Rex n’était pas els autres. C’était triste dehors, qui plus est.

Voilà que la blonde reprit la parole. Agacée par le silence et l’inaction de Rex, bien décidé à ne pas bouger de sa chaise ? Quand la pluie sera moins forte, il devra aller balader son cradopaud ? Quand il ne pleuvra plus tout court, plutôt. Et encore, cela n’était pas certain. Et puis, l’adolescent ne se sentait pas obligé de respecter chaque ordre qui franchissait les lèvres d’Anya. Il était indépendant et ne respectait que ce qui lui semblait justifié et à portée de ses compétences. D’avance Rex fronça les sourcils, peu disposé à attendre la suite.

Mais quand cette dernière vint, ce fut son visage, incrédule et aux joues rosies, qui se releva vers Anya. L’adolescente proposait de l’accompagner pour balader cradopaud. C’est qu’elle tenait vraiment au bien-être de ce pokémon pour aller aussi loin… Non, Rex ne se faisait pas d’idées. Ce n’était aucunement une proposition de sortie entre amis, pour observer les feuilles rougeoyantes, tombant doucement des arbres. Peut-être même que la belle avait une idée derrière la tête. Observer comment il interagissait avec Bancroft ou tenter de le pousser à combattre un pokémon sauvage pour observer leurs réactions ? Tout un tas d’idées plus improbables les unes que les autres défilaient dans l’esprit du brun. Elle avait à faire dehors… oui, elle devait le surveiller, c’est cela. Et puis, c’était la première fois qu’Anya lui proposait quelque chose de ce genre.

Pour cacher son embarras, Rex cacha son visage derrière une de ses larges mains. Anya avait dit que c’était s’il voulait. Anya avait dit qu’elle l’accompagnerait quelque part. de son propre gré. Néanmoins, cela n’empêchait pas qu’il faisait toujours moche dehors. Et que la blonde n’était ni un parapluie, ni un imperméable. Toujours embarrassé, Rex chercha comment s’enfuir. C’est que la situation était pesante. Ce n’était pas grand-chose, pourtant. C’était même bénéfique. Peut-être que la froideur de la blonde effrayerait celle de dehors et permettrait à Rex de supporter un peu plus la grisaille.

« Ce serait bien mais… mais j’ai pas pris mon manteau avec moi. » Parce qu’il n’aurait jamais imaginé devoir mettre un pied dehors. Reprenant contenance, l’adolescent reposa sa main sur son livre. Son regard, timide, se leva vers celui d’Anya. C’était si adorable… s’en faisait-elle tant pour Bancroft ? « Et si je te laisse Bancroft ? » Proposition absurde, un dresseur prêtant un de ses pokémons à un autre pour qu’il aille le balader… Bien que cela, sur le moment, lui avait semblé tout à fait possible, la seconde d’après lui cria qu’il n’était qu’un idiot. Bancroft voulait se balader avec Rex. Il appréciait Anya, certainement. Mais Rex était l’individu avec lequel le crapaud voulait s’amuser. Alors, sa main, avec embarras, revint cacher son visage. Allez, vas-y Anya. Mange-le.

thank you april (myfairtardis)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcissus
avatar
Anya Rutherford
Narcissus

Féminin
Messages : 159
Age : 26

Âge du personnage : 17 ans
Nombre de Badges : Nope.

MessageSujet: Re: Le roseau est toujours plus vert dans le marais d'à côté. [END]   Sam 3 Nov 2012 - 10:53

Anya manqua de rouler des yeux en entendant la réponse du grand brun. Maintenant, il avait l'air de se chercher des excuses pour ne pas avoir à sortir. Tout pour retarder le moment de se bouger, hein. Quel dresseur faisait-il là. Pitoyable, pathétique, encore plus qu'elle ne l'avait été en inventant un faux prétexte pour l'inciter à sortir. Elle n'était pas complètement idiote, non plus. Pitié, ce n'était pas parce qu'elle restait tout le temps seule qu'elle était prête à gober la première imbécillité venue. Mais elle ne comptait pas en rester là. Puisque la motivation directe ne marchait pas, elle allait devoir employer les grands moyens. Stratégie déjà amorcée avec le « Moi, je » de tout à l'heure. Et puis passer autant de temps sans faire de réflexions par rapport à quelque chose qui l'agaçait, ça ne lui ressemblait pas. C'était pire qu'un besoin impérieux, c'était presque une nécessité. Le flot de paroles se déversa comme autant de venin.

« C'est bon, j'ai compris. Tu n'as pas envie de sortir, c'est tout, ne te cherche pas des excuses . Ce genre de choses ne marche pas avec moi.»

Première salve, comme une petite mise en bouche. Des vacheries prononcées d'une voix toujours aussi polaire qu'à l'ordinaire. D'un point de vue extérieur, pourtant, ils avaient presque l'air de converser normalement. Il ne fallait pas provoquer d'esclandre, voyons. Cela attirerait l'attention des autres étudiants présents ici, et cela, elle préférait l'éviter. Elle n'aimait pas se donner en spectacle. Surtout qu'une telle conversation, normalement, s'apparentait plus à une dispute. Et passer pour une hystérique ne lui disait rien.

« C'est juste dommage pour Bancroft. Comment veux-tu que votre relation s'améliore si tu n'y mets pas un peu du tien? »

Deuxième rafale. On s'arrête là ou on continue ? Allez, encore un tour, la dernière proposition de son interlocuteur valait le détour. Lui prêter son pokémon, franchement. Et puis quoi encore ? Et pourquoi ne pas carrément lui donner, puisqu'on était dans les propositions absurdes ? Ce n'était pas parce qu'elle s'inquiétait pour Bancroft qu'elle allait faire tout son travail à sa place. Comme si elle n'avait pas déjà assez à faire avec ses propres pokémons. Et puis tout simplement, ce n'était pas son rôle. Aider un peu Rex, oui. Lui mâcher le travail, non. Il n'y avait pas marqué bonne poire sur son front. A lui de prendre ses responsabilités en tant que dresseur, elle s'en lavait les mains. Que lui avait-il pris, ce fameux jour, de lui adresser la parole, aussi? Si elle avait continué à s'occuper de ses petites affaires, comme d'habitude, elle ne serait pas dans cette situation.

« Et non, je ne me promènerai pas avec lui. C'est ton travail, pas le mien. Ce n'est pas mon pokémon. »

A la fin de l'envoi, je touche.

L'as des relations publiques avait parlé. Mine de rien, ça soulageait de dire ce qu'elle avait sur le cœur, d'autant plus que ça la démangeait depuis le début de leur conversation. Mais ce n'était, une fois de plus, par pas méchanceté gratuite. Il s'agissait simplement de secouer un peu Rex pour le faire réagir. Qu'il l'insulte, parte ou elle ne savait quoi d'autre. Mais qu'il ait l'air moins abattu et avachi. Qu'il ait moins l'air battu d'avance. Parce que les gens qui partaient battus d'avance, elle ne les supportait pas.

« Je sais ce que tu penses de moi. Tu penses sûrement que je ne suis qu'un glaçon qui passe son temps à te critiquer pour son plaisir. Mais les motivations des gens ne sont pas toujours ce qu'elles sont, tu sais. »

Et ça aussi, Anya l'avait sur le cœur depuis longtemps. Elle releva les yeux pour planter son regard dans le sien, attendant sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Messages : 194
Age : 26

Âge du personnage : 17 ans
Nombre de Badges : 0

MessageSujet: Re: Le roseau est toujours plus vert dans le marais d'à côté. [END]   Lun 5 Nov 2012 - 9:38

ARE WE FRIENDS
I can't really tell you are so mean
Il avait envie de rétorquer que ce n’était qu’une demi fausse excuse. Il n’avait vraiment pas son manteau et cela l’embêtait. … En même temps, il aurait très bien pu dire qu’avant, il devait aller chercher son manteau. Donc, véritablement, le fait que Rex ne voulait pas mettre le moindre pied dehors ressortait comme une baleine dans la savane. Il sentit tout son être se crisper, âme comme corps, au long des mots qui échappaient de la petite bouche d’Anya. Lui disant qu’il n’y mettait pas du sien… alors qu’il avait l’impression de trop en mettre, si peu habitué à faire le moindre effort dans les relations sociales. Son visage toujours caché derrière sa main devint livide, au fur et à mesure que le sentiment de honte enveloppait son cœur. De honte et d’ego blessé. Son autre main finit par rejoindre la première. Ses doigts s’entremêlèrent, sa tête se baissa. Ses cheveux, légèrement bouclés, touchaient presque le livre qu’il avait ouvert. Ses épaules restaient immobiles, signe qu’il avait stoppé sa respiration - cherchant à ne plus donner signe de vie. Cherchant à disparaître.

C’était si horrible, de se faire ainsi malmener. Lui qui revenait toujours vers Anya. Qui voulait lui confier ses doutes, ses mésaventures. Ecouter ses conseils. Mais pas pour autant les suivre ; toujours. Il fallait que cela lui convienne, aussi. Rex n’était pas du genre à se sacrifier entièrement pour quelqu’un. Qu’importe la nature de cet être. Qu’importe qu’il soit Bancroft ou même, Hypatia. Ou sa propre mère. Ou, tiens, Anya. L’adolescent était plutôt du genre à n’en faire qu’à sa tête, finalement. Qu’est-ce qu’elle le blessait… Le voilà qui préparait sa défense. Qui faisait remonter les souvenirs de quand, un peu plus tôt dans la semaine, il avait emmené Bancroft avec lui, aux thermes. Pour se baigner, profiter de l’eau et jouer ensemble à la balle. Il ferait mieux d’éviter de dire qu’il détestait l’effet déplorable que la pluie produirait sur sa crinière, la blonde était du genre à ne pas comprendre ce genre de réticences purement coquettes et malvenues en de telles situations. Devait-il dire qu’il avait passé plus de deux ans sans jamais poser le pied hors de chez lui et qu’il avait toujours du mal, depuis, à évoluer à l’air libre sans se sentir oppressé ? En danger permanent, faible et sans protection ? Non, cela était sa vie privée. Ses problèmes, qu’il ne souhaitait confier à personne. De plus, Anya devait certainement avoir d’autres choses à faire que le plaindre. Comme sortir dehors sous la pluie, tiens. Devait-il plutôt lui dire à quel point il la trouvait agressive et vilaine ?

A croire qu’elle lisait dans ses pensées ; la voilà déjà niant le fait d’être une cruelle sorcière. Rex l’écouta silencieusement puis finit par relever son visage hagard, pour de nouveau se retrouver à faire face au regard franc de sa congénère. Cela ne dura qu’une fraction de seconde, le brun baissant de nouveau les yeux. Puis, il posa ses bras sur la table, doigts toujours tressés entre eux. Embarrassé. « Ce n’est pas vraiment ça… » Commença-t-il, avant de s’accorder, encore, une longue pose. Ses yeux fixaient les mains blanches d’Anya, faute d’oser soutenir son regard. « Juste que… que tu es si cassante. » Un haussement d’épaules. Si elle le critiquait juste pour son plaisir, Rex ne serait plus là. Mais elle lui apportait des conseils et des lignes à suivre. Des conseils ? Juste que la façon dont ils étaient dits les faisaient un peu trop ressembler à des blâmes. Et la narcissus n’hésitait pas à dire ce qu’elle pensait. A le critiquer. Chose que le damoiseau supportait mal. Chose devant laquelle il avait toujours préféré fuir. Ah, finalement, elle n’avait rien de mignon !

« Et cela me met mal à l’aise. » Comme s’il avait besoin de préciser ce fait… Cela crevait les yeux. Rex finit par s’affaler sur sa chaise, appuyant son dos contre le dossier de sa chaise pour s’y laisser couler. Ses iris se dirigèrent vers une fenêtre. « J’essaye juste de faire cohabiter les besoins de Bancroft et les miens sans qu’aucun d’entre nous n’ait à souffrir la moindre peine… mais cela ne fonctionne pas. »

Ses mains se séparèrent, pour qu’une vienne accueillir son menton. Ses paupières se fermèrent, ses sourcils se froncèrent. « Parfois, j’ai juste envie de me pendre. » Tellement le devoir de coexister avec autrui lui pesait. Ce n’était pas des paroles à prendre au pied de la lettre, mais le ressentiment était là. Rex avait bien souvent envie de baisser les bras et se demandait bien ce qui le poussait encore à continuer. L’espoir, sans doute. Ce sentiment qui fait vivre, dit-on. Un lourd soupir échappa au brun. Il adorait Bancroft… mais aimait aussi sa tranquillité solitaire.

thank you april (myfairtardis)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcissus
avatar
Anya Rutherford
Narcissus

Féminin
Messages : 159
Age : 26

Âge du personnage : 17 ans
Nombre de Badges : Nope.

MessageSujet: Re: Le roseau est toujours plus vert dans le marais d'à côté. [END]   Mer 7 Nov 2012 - 15:17

Et Rex finit par réagir. Devenant de plus en plus pâle à chaque mot qu'elle prononçait – au point qu'elle se demanda s'il n'allait pas finir par s'évanouir. C'aurait été une première. Anya Rutherford, celle qui est capable de faire s'évanouir les gens rien qu'en leur parlant. Un volontaire ? Non ? Dommage. Mais au moins, les paroles qui s'échappaient de ses lèvres ne finissaient pas dans le vent. C'était dans des moments comme ça que la jeune fille se rendait compte du pouvoir dévastateur des mots. De cassante à Cassandre, il n'y avait qu'un pas, qu'elle franchit allègrement dans son esprit. Elle se sentait pareille à la troyenne, à dire des vérités sans qu'on ne la croie. Elle savait qu'elle avait raison ; mais comment le faire comprendre à son interlocuteur ? Si elle cherchait l'épreuve de force par la confrontation physique, elle n'avait pas beaucoup de chances , elle si petite et fragile. De plus, elle n'était pas tentée par le fait de se battre. Ce genre de choses n'arrivaient que dans les séries TV, voyons ; deux personnages à la vision opposée se battant pour leurs convictions, et celui qui gagnait finissait par changer l'autre. On était dans la vraie vie, et Anya avait payé pour le savoir, que tout n'était pas aussi beau et rose qu'ils le prétendaient dans les séries et les films.

« Cassante, hein..J'ai toujours été comme ça, et il est trop tard pour changer.( Sa voix devint ensuite d'une douceur si appuyée que cela eut un côté franchement menaçant, pour quiconque connaissait la native de Frimapic.) Tu aurais préféré que je devienne hypocrite, que je loue des choses qui en réalité me répugnent ? (Elle reprit sa voix normale.) Pitié. Je connais mes défauts, mais laisse-moi au moins la franchise comme qualité. Si tu n'es pas capable de le supporter, ce n'est même plus la peine de m'adresser la parole. »

Radicale, elle? Si peu. Elle n'avait pas l'habitude de parler autant. Elle se sentait s'échauffer, malgré tous ses efforts pour garder une expression calme. Et ses paroles qui continuaient à s'échapper, comme un flux incessant. Comme si elle avait besoin de rattraper des années et des années de silence glacial. Ou peut-être que c'était parce que pour une fois, elle avait l'occasion de se justifier.Elle le mettait mal à l'aise? A la bonne heure. Juste retour des choses par rapport à son enfance, où c'était elle qui était mal à l'aise devant la froideur collective de ses différents camarades de classe faisant bloc contre elle, et qu'elle avait fini par s'aigrir.

« Sais-tu qu'il y a eu une époque où j'étais timide ? Si tout s'était passé sans accroc , tu aurais sans doute en face de toi une Anya en train de rougir à chaque phrase, de lancer des banalités et de compatir à tes malheurs, mais sûrement incapable de t'apporter des solutions concrètes par peur d'échouer. Mais ce n'est pas le cas. Tu n'aimes peut-être pas mon attitude, mais n'empêche que je suis là et que je t'aide en prenant sur mon temps, que tu suives mes conseils ou non. Une fois de plus, si tu n'es pas content, tu n'as qu'à aller voir quelqu'un d'autre. Moi, je m'en lave les mains, ce n'est pas mon problème. A toi de voir.»


Et cette Anya timide, je ne suis pas sûre que je l'aurais supporté, avait-elle eu presque envie d'ajouter. Le pire étant qu'elle n'avait même pas exagéré. Elle aurait sûrement été solitaire, comme aujourd'hui, mais timide, mais pleine de bonne volonté. Mais là, elle ne pouvait pas, elle ne pouvait plus. Trop de désillusions, trop de pertes, trop de rancœurs, pour qu'elle puisse faire semblant à ce point. Elle était trop mauvaise actrice pour cela. Allons, laisse-moi être trop franche, trop directe, trop sauvage, pensa-t-elle. C'était devenu sa marque de fabrique. Manière de voir si son interlocuteur était digne de son attention, peut-être. Ou plus simplement qu'elle ne savait pas ne pas être rude.

« Dans ce cas-là, il y a un problème, et je vais te dire lequel. Ce que tu fais là, c'est du travail bâclé. Quand on s'engage dans une vie avec les pokémons, c'est tout ou rien. Ou tu t'y consacres pleinement, ou tu t'en fiches, il n'y a pas de compromis possible ni de demi-mesure. Et abandonner n'est pas une solution. Si tu plies à la première difficulté, à savoir créer des liens avec tes pokémons, qu'est-ce que tu vas faire par la suite? Tu vas fuir? »

Après cette tirade enflammée, elle se sentait presque vidée. Qui aurait cru que converser, défendre son point de vue, pourrait être aussi fatiguant? Pas elle en tout cas. Raison de plus pour éviter de trop renouveler l'expérience. Ce fut d'une voix basse, presque lassée, qu'elle reprit la parole :

« Je ne te demande pas d'aller courir au fond des bois. Je ne te demande même pas de sortir de cette partie du campus. Il doit bien y avoir une cour pas trop loin où on peut rester quelques minutes tranquilles. Tu ne risques rien. Je ne dis pas non plus que je suis la meilleure dresseuse du campus, loin de là, mais tu peux compter sur moi, je ne te poserais pas de lapin ou ne te laisserais pas tomber. J'ai mes principes.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Messages : 194
Age : 26

Âge du personnage : 17 ans
Nombre de Badges : 0

MessageSujet: Re: Le roseau est toujours plus vert dans le marais d'à côté. [END]   Jeu 8 Nov 2012 - 21:44

ARE WE FRIENDS
I can't really tell you are so mean
Hypocrite ? Pourquoi pas. Même si c’était des mensonges, des contes et des fables. Rex acceptait facilement que la fausseté soit la meilleure solution. Il était lui-même hypocrite. Faux. Et ne jugeait pas l’être plus qu’un autre. Ce n’était pas quelque chose de mauvais, à ses yeux. Une façon de vivre en tentant de ne faire aucun éclat. Qu’importe les non-dits, les cachotteries… Tout était bon pour que l’ordre règne – chose bien plus importante que la vérité. La vie d’Anya devait être terrible si elle refusait de, quelquefois, tromper. Est-ce qu’elle arrivait vraiment à supporter le regard de tous les gens qu’elle blessait ? Arrivait-elle à soutenir le regard de Rex ?

Sans douter ; oui. En même temps, le brun n’osait pas lutter… éternel fuyard. Yeux baissés. Il ne faisait rien pour la contrer et même, provoquait ses foudres. Par son comportement, par sa façon d’être. Le pire, c’est que le brun savait quoi faire pour éviter de telles situations. L’éviter tout court serait un bon début. Ne plus rien lui confier. Ne plus jamais lui donner l’occasion de le conseiller. Mentir, tiens. Etre hypocrite.

Rex, embarrassé, tenta de passer des mèches rebelles derrière son oreille – sans vraiment y parvenir. Un geste pour s’occuper, pour se concentrer sur autre chose. Cette situation était si gênante.

Puis, elle vint à lui faire des confidences. Qu’un jour elle avait été une jeune fille craintive. Qui aurait été incapable de l’aider. Vraiment ? Cela aurait peut-être été mieux… peut-être qu’elle ne l’aurait jamais mise mal à l’aise, ainsi. Et qu’au lieu de trembler, il lui aurait souri. Qu’est-ce qui était le mieux. Une aide sincère ou une amitié possible ? Rex penchait pour l’aide, au courant de son désir de toujours tirer une utilité des gens. Mais Anya était si sincère que c’en était choquant pour l’âme de Rex, si peu habituée aux critiques. Ce n’était pas qu’il n’en avait jamais reçues. Il en avait même souvent reçues. Presque tous les jours, chez ses parents. Rex, cesse de mentir. Rex, cesse de disparaître. Rex, soit un gentil garçon. Rex, as-tu des problèmes ? Tu dois en avoir. Tu es si bizarre, Rex. Et on cherchait à le faire changer plutôt que de tenter de le comprendre. Lui qui voulait rester immuable. Etre son propre point de repère. Stable et éternel – tout du moins, aussi durable que lui le sera. Une bouée de secours qui, en changeant avec lui, semblera être la même qu’au premier jour. Parce qu’on ne se voit pas évoluer. Depuis quand était-il cet adolescent à la peau terne, avec du poil autour des oreilles ? A la voix grave et aux doigts épais ? Depuis quand était-il un individu qu’on pensait suffisamment âgé pour être responsable ?

Rex pouvait supporter l’attitude d’Anya. Dresser des remparts, il savait le faire. Néanmoins, le brun n’en avait pas envie. Et puis, s’il faisait ainsi. Oui, s’il cessait de lui parler, la froide blonde n’aurait plus à souffrir de sa présence qui semblait l’incommoder. Et lui n’aurait plus ces pics de stress si détestables. C’était mieux… non. Dans ce cas-là, il y a un problème. Il y avait un problème ? C’était à s’arracher les cheveux. Anya le perdait, à partir dans un sens puis dans l’autre. C’est comme si elle venait de le repousser pour lui dire qu’il ferait mieux de rester. Néanmoins, Rex n’était pas d’accord avec la vision de l’adolescente. Il ne pouvait s’y consacrer pleinement car resterait toujours un individu distinct de ses pokémons. Avec ses propres pensées, allant ici et là-bas. Ses propres désirs, parfois tournés vers des sujets bien éloignés des pokémons. Mais ; ce n’était pas pour autant qu’il ne voulait pas se consacrer à ces derniers. Et puis, il n’était pas Anya. Qui semblait n’avoir que ses pokémons. Qui ne semblait pas même avoir elle. Comment pouvait-on se dévouer corps et âme à ces monstres de poche, autrement qu’en existant que par eux-mêmes ? Se sentir vivre par le biais de quelque chose. Anya arrêtait-elle de penser, de vivre en l’absence de pokémons ?

Si Rex l’enfermait dans un placard – qu’adviendrait-elle d’elle ? Voilà quelque chose à tester. Enfermer Anya dans un placard ; seule. Et s’il pouvait enfermer son âme, aussi. L’empêcher de penser aux pokémons. Deviendrait-elle une coquille vide et sans vie ? Oh, que c’était triste de ne vivre totalement que pour quelqu’un d’autre ! Rex était incapable d’un tel dévouement. Etait-il égoïste pour autant ?
Il l’était complètement, comparé à Anya. Je t'aide en prenant sur mon temps. Tu peux compter sur moi. Je ne te laisserai pas tomber.

Gloups. Et lui, en retour – qu’offrait-il ?

Rex essuya son visage de ses deux mains, lentement. Que devait-il penser de tout cela. Cela le mettait profondément mal à l’aise. « Anya » chuchota-t-il. Avant de la regarder, le bas de son visage caché dans ses paumes, ses bras accoudés sur la table. Anya et sa brutalité orale, Anya et ses idées bien arrêtées. Anya et sa longue chevelure blonde. Anya et ses lèvres pincées… Anya. Anya et sa volonté. Anya et son désir de l’aider. Vraiment ? N’était-ce pas un mensonge ?

C’était trop. Il devait fuir – comme à chaque fois qu’il ne comprenait pas une situation. Qu’il ne savait pas trop comment réagir. Qu’il avait la trouille. « Merci… » Il replongea son regard dans son livre, y cherchant de vagues réponses. « Mais c’est bon. J’irai seul. » Ou pas. Il ne savait pas encore vraiment. Ah, le beau discours et les confessions de la demoiselle n’avaient rien changé, finalement. Rex restait le même. Néanmoins, l’idée faisait petit à petit son chemin. Lentement. Peut-être à la prochaine pluie… tant pis s’il la décevait. Rex avait eu assez d’émotions pour sa journée, le vent et la pluie n’avaient pas à s’y rajouter. Allons, il ne mentait pas ! Il ira. Un jour. « Tu n’as pas à me materner, uh. » Puis surtout, il ne le voulait pas. Le brun ferma ensuite son livre, doucement. Signe qu’il s’apprêtait à partir. A fuir, oui. Lui n’avait pas beaucoup de beaux principes…

thank you april (myfairtardis)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcissus
avatar
Anya Rutherford
Narcissus

Féminin
Messages : 159
Age : 26

Âge du personnage : 17 ans
Nombre de Badges : Nope.

MessageSujet: Re: Le roseau est toujours plus vert dans le marais d'à côté. [END]   Ven 16 Nov 2012 - 16:14

Eh bien quoi, « Anya.. »? Elle connaissait son prénom, merci pour elle. Ce qu'elle disait n'avait rien de si exceptionnel. On pouvait bien lui reprocher ce qu'on voulait – avec raison, Anya n'avait rien d'un ange et , d'ailleurs, ne s'était jamais présentée comme telle -, mais il fallait reconnaître qu'une fois qu'elle sortait de sa tour d'ivoire pour s'intéresser à quelque chose, elle s'y consacrait jusqu'au bout, sans compromis ni compromission. Que son entêtement soit un défaut ou pas -ou du moins que d'autres le perçoivent comme tel-, là n'était pas la question. Comme si elle se préoccupait de ce qu'on pouvait penser d'elle – et pourtant, il y aurait eu du dossier à sortir. Elle était comme elle était, point, et n'allait pas changer pour plaire à qui que ce soit. De toute façon, Anya ne pouvait pas s'imaginer autrement que comme elle était actuellement. Elle était relativement satisfaite d'elle et de la façon dont elle menait sa vie. En ces conditions, tout ce qu'elle put offrir comme réponse aux remerciements de Rex fut un simple haussement d'épaule. Elle ne voyait pas ce qu'elle avait fait de tel qui méritait de tels remerciements. Pouvait-on vraiment être remercié de s'être comporté comme d'habitude, en un mot , d'être soi-même ? Cela avait un côté un peu absurde. Mais cela ne l'empêchait pas d'apprécier le geste. Un peu de gratitude, qu'elle fut sincère ou non, faisait toujours plaisir..

Il lui annonça que finalement, il irait seul promener Bancroft. Visiblement, elle n'avait pas manqué perdre son calme pour rien ; elle se sentait donc assez satisfaite. Oui. En théorie. Qu'il fasse comme il voulait, elle, elle avait accompli sa part de travail. Elle n'y pouvait rien, s'il ne suivait pas ses conseils. Elle n'allait pas rester sur son dos toute la journée pour vérifier ses faits et gestes, elle avait un peu mieux à faire. C'aurait été une perte de temps considérable, et, soyons francs, cela manquait totalement d'intérêt. Voir la progression du Menthae quand ils se croisaient, oui, le suivre sept jours sur sept et vingt-quatre heures sur vingt-quatre, non.

« Je ne te materne pas, cesse donc de dire des bêtises. J'ai autre chose à faire que de rester perpétuellement sur ton dos.»

Allez, une dernière pique bien dans son style, pour lui signifier clairement que même si elle acceptait de l'aider, elle restait fidèle elle-même: froide, n'accordant aux gens qu'une place limitée, de telle manière qu'ils n'entravent pas sa progression, d'un sens de la diplomatie frôlant le pathétique. Et ce fut pour cela qu'elle ne réagit pas quand Rex commença à ranger ses affaires, puis s'en alla, se contentant de reprendre la lecture de son livre.

Bref. La journée reprenait son cours.

[ Fin ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le roseau est toujours plus vert dans le marais d'à côté. [END]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le roseau est toujours plus vert dans le marais d'à côté. [END]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» faire l'eau
» Photos dans les marais de la presquîle de Rhuys
» Saunier, travail dans les marais salants
» Papillon vert
» Le roseau et le chêne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alcea Rosea ♣ :: Campus d'Alcea Rosea :: La bibliothèque centrale-