AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Après-midi pluvieux [PV Natsu Konpaku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narcissus
avatar
Yuki Tsukiyo
Narcissus

Féminin
Messages : 169
Age : 23

Âge du personnage : 18ans

MessageSujet: Après-midi pluvieux [PV Natsu Konpaku]   Ven 9 Nov 2012 - 2:29


Une danse faite d'acier
Au rythme d'un battement de coeur

Le bout des doigts coincés dans les poches de ton short de sport, tu déambules dans les couloirs de l'institut, l'air complètement perdue. Ca doit te faire bizarre de ne pas réussir à retrouver ton chemin, hum Yuki? Toi qui es habitué aux immenses édifices à la décoration ostentatoire, aux interminables couloirs en tous points semblables.
Tu soupires doucement en tournant à l'angle d'un couloir, ton sabre battant paresseusement ton dos au rythme de tes pas. Tu n'as pas tenu plus de deux jours sans toucher à ton arme chaton. Un manque de contrôle flagrant, sûrement. Ou bien est-ce un simple besoin d'extérioriser ta frustration? Oui... C'est bien cela. Laisse moi deviner qui peu bien malmener ton pauvre petit cœur. Il s'agit d'une jeune fille, narcissus de surcroît, à la chevelure auburn et aux langages très imagés. Sarah, c'est cela?
Oh, j'imagine bien que ce n'est pas la peine qui t'étreint lorsque tu songes à son joli minois. L'aversion serait plus exact, à moins que tu valorise le mot haine. Qu'importes, cette fille possède tout simplement un don certains pour te mettre les nerfs à vifs.

Et tu détestes ça, lorsqu'un être que tu juges insignifiant hante les moindres recoins de ton esprit. Ca te frustres, t'agaces. Et plus le temps passe, plus ça devient invivable. Alors tu utilises toujours la même méthode pour te débarrasser de ce.... léger inconvénient. Un entrainement. Dur et intensif. De ceux qui vous épuisent jusqu'à l'excès et que vous finissez par regretter le lendemain au réveil. C'est cela qui t'attendais sur ce terrain d'entrainement.
Ou tout du moins, c'est ce qui aurait dû t'attendre, si tu n'étais pas tomber sur une vision pour le moins surprenante.
Un kata, exécuter par une parfaite inconnue.
Un enchaînement vieux comme le monde, qui raconte par les gestes l'élévation du guerrier jusqu'à la dernière caste. Celui qui de simple larve devint le plus élégant des papillons.
Tes sourcils se froncent. Ce kata devait être exécuté à deux. Deux corps qui au fur et à mesure des étapes devenaient qu'harmonie.
S'il n'y avait qu'un épéiste, l'éclat s'en trouvait ternit.
Inacceptable.
Tu tires ta lame dans son fourreau. Et sans qu'un mot ne soit échanger.
Te joint à elle, effleure sa joue du plat de ton épée, imite ses gestes. Dans une danse rythmée par des siècles de traditions.





Dernière édition par Yuki Tsukiyo le Dim 18 Nov 2012 - 13:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Messages : 10
Age : 30


MessageSujet: Re: Après-midi pluvieux [PV Natsu Konpaku]   Ven 9 Nov 2012 - 17:45


Des lames qui s'entrechoquent.


Des tâches blanches envahissent davantage mon esprit et ce de jour en jour. Je ne sais pas quoi faire. Je ne sais comment réagir face à ce trouble qui s’acharne sur moi depuis quelques années. Les médecins n’ont jamais trouvé une solution à mes déboires, ni même de me rassurer. Ces tâches qui sont effaçables, qui sont des cailloux semés par le petit Pouce sont à chaque fois absorbé par un trou noir, un ogre avide d’engloutir mes souvenirs et cela me pèse. Ce qui me répugne encore plus c’est d’être dans l’ignorance. C’est frustrant rageant de voir des personnes diplômées s’avérer être que des hommes et des femmes sont des incompétents mais le pire dans tout cas c’est ma propre bêtise, mon besoin d’être rassurée par ses professionnels, mon incapacité de trouver une solution par moi-même. Je dois me débrouiller mais comment puis-je y remédier seule alors que je suis plongée dans les méandres de l’inconnu ?

J’ouvre les yeux, je me rends compte que j’étais assise sur une estrade qui surplombe l’un des terrains du complexe sportif de l’académie. Je me pince l’arête du nez pour reprendre mes esprits. Si je suis venue ici, ce fut pour me détendre, me calmer et surtout penser à autre chose que ce champ miné qu’est mon trouble de la mémoire. Je me relève, prenant avec moi mon katana posé sur le côté. Je descends les escaliers tout en ayant le tic de relever légèrement la garde, extrayant de quelques centimètres la lame avant de relâcher le tout, rengainant mon arme. Il faut que je m’entraîne pour avoir l’esprit clair. J’avance près du terrain et le saluer en m’inclinant avant d’y entrer. Je respecte énormément les règles de bienséance, même s’il n’y a personne aux alentours.

J’arrive en son centre et me positionne tranquillement, ancrant mes pieds au sol, pliant légèrement mes genoux pour obtenir un bon équilibre. Je place mon katana au niveau de ma hanche, soulève de la même main la garde et prenant la poignée de l’autre puis je dégaine le plus rapidement possible la lame d’un geste brusque, fluide et droit. Mon visage se cripse, j’ai été lente. Mon esprit n’est pas encore prêt, mon corps semble rouillé. Je remets l’arme japonaise dans son fourreau et répète quelques fois mon geste. Je me concentre mieux et encore mieux j’oublie mes problèmes. Je fuis cette peur, ce trouble qui m’empêche de vivre correctement.

Je jette un regard aux alentours, personne. Parfait. La fraîcheur des lieux ne me rebute pas au contraire elle m’anime, réveillant mes muscles. Je choisis ensuite des réaliser des katas que j’ai appris, que je dois toujours travailler. Rien n’est parfait mais je veux m’en rapprocher le plus possible. Heureusement je possède encore tous mes souvenirs dans ce domaine. Je ferme les yeux et commence à me mouvoir avec légèreté. Je me sens affreusement bien dans un monde différent de l’académie. Alors que je termine mon enchaînement, mon instinct me dit de me retourner mais je l’ignore complètement. Je dois paraître monomaniaque à me focaliser ainsi mais j’en ai besoin. Mais c’est une lame froide qui effleure ma joue qui me me fait sortir de ma torpeur.

Je jette un coup d’œil quelque peu courroucé vers la personne qui a osé m’interrompre tout en étant curieuse de savoir qui était le détenteur de cette épée dont la lame semble bien afutée. Je souris et croise un regard bleu cyan. Je ne m’étonne pas pour le cache œil, concentrée sur les actes de la demoiselle. Je n’attends pas les présentations. Je n’ai pas fini mon kata et le reprend comme si rien ne m’a perturbé. Je souffle un peu et recommence à danser comme j’aime le dire avec ma lame. Je n’ai pas besoin de regarder l’inconnue pour savoir qu’elle m’accompagne dans mes mouvements. C’est limite agréable. Pas besoin de parler, juste besoin de faire briller nos lames, entendre le léger sifflement de ces dernières quand elles tranchaient l’air. C’est comme si nous nous découvrons à travers nos gestes.

Une fois le kata fini, je réalise un mouvement rapide du poignet et sort un tissu brodé pour nettoyer mon katana avant de le rengainer avec précaution. Je me retourne doucement vers la nouvelle venue et m’incline pour la saluer et la remercier d’avoir partagé ce moment avec moi :

« - Enchantée, je me présente Natsu Konpaku, de la maison Narcissus, Je vous remercie de m’avoir tenu compagnie et offert une belle séance d’entraînement. Excusez-moi d’être indiscrète mais que faites-vous en ces lieux ? »


Code by NatK.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcissus
avatar
Yuki Tsukiyo
Narcissus

Féminin
Messages : 169
Age : 23

Âge du personnage : 18ans

MessageSujet: Re: Après-midi pluvieux [PV Natsu Konpaku]   Dim 11 Nov 2012 - 23:13


Le calme, enfin
Les premiers éclats d'un intérêt enfantin

Ta lames regagne son fourreau dans un chuintement métallique. Tu fais craquer ta nuque, détend les muscles de ton dos. Tes mouvements avaient été brusques, agressifs. Trop, beaucoup trop. Nul doute qu'Ikuto sensei t'aurait fait recommencé l'exercice jusqu'à ce que tu tombes d'épuisement. Ternir cette danse ancestrale pour une futilité telle qu'une dispute d'adolescente? Pure hérésie. Voilà une faute qu'il n'aurait pas su pardonner.
Mais, la pratique avait au moins eu le mérite d'évacuer ce trop-plein d'émotion. Car en définitive, cette danse qui de base aurait dû être le symbole de la fusion parfaite du corps et de l'esprit, s'était subtilement transcendée en oraison funèbre une fois entre tes mains.

▬ Yuki Tsukiyo. Tout le plaisir était pour moi.

La bienséance aurait souhaité que tu t'excuses de t'être immiscé dans sa séance d'entrainement sans y être invitée. Que tu t'excuse d'avoir modifié un kata aussi important en un dérisoire préambule d'une vendetta enfantine.
Oui, la bienséance exige bien des choses de ton humble personne. Mais dans la vie, on n'obtient rarement ce que l'on désire, n'est ce pas Yuki?

▬ J'avais besoin d'évacuer un amalgame de sentiments négatifs. Je comptais m'acharner sur un poteau quelconque jusqu'à ce que les bras m'en tombent mais cet exercice fut beaucoup plus... salvateur si je puis dire.

Et tu souris, de ce petit sourire malicieux qui en temps normal, ne présage rien de bon. T'intéresse-t-elle Yuki? Oui. Non. Peut-être.


▬ Tu as une très bonne technique. Pratiques-tu depuis longtemps?





Dernière édition par Yuki Tsukiyo le Dim 18 Nov 2012 - 13:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Messages : 10
Age : 30


MessageSujet: Re: Après-midi pluvieux [PV Natsu Konpaku]   Lun 12 Nov 2012 - 0:42


Yuki Tsukiyo, drôle de demoiselle.


La sérénité retrouvée, j’observe l’inconnue qui répond au nom de Yuki Tsukiyo. Son corps semble tendu et ses gestes confirment mes doutes. Je ne dis rien préférant ne pas faire ce genre de remarque. Je me contente de la regarder en silence sans que cela soit ostentatoire. J’écoute cette jeune femme qui se présente à moi et explique la raison de sa présence ici. Si je montre mon étonnement ? Si j’ai envie de me moquer d’elle ? Certainement pas. Bien que cela ne soit pas sérieux d’utiliser l’art de l’épée comme défouloir, n’ai-je pas fait la même chose seule avec d’être rejointe par celle qui se tient devant moi ? Je ne peux me permettre de la juger injustement. La gratuité n’est pas mon fort surtout si je peux me retrouver dans des sables mouvants.

J’esquisse un sourire amusé, l’une de mes mains posées sur la garde de mon katana. J’essaye sans le vouloir de l’imaginer en train de réduire en charpie un poteau qui n’aurait pas demandé son reste. Cette image d’elle ne lui va pas. Elle a un certaine présence et allure. Aurait-elle subi quelque chose de désagréable pour avoir cette nécessité de jeter son dévolu sur un morceau d’écorce. Surement. Si j’ai envie de savoir pourquoi ? Pas vraiment. Je n’ai pas envie qu’elle me demande pourquoi suis-je ici aussi. Ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas qu’on te fasse est l’adage que je respecte le plus. Ma main passe sous mon menton, satisfaite d’avoir pu aider Mlle Tsukiyo à déverser sa rancœur à travers la lame sans effluve de violence. Si elle m’a dérangé ? Non. Cela aurait pu mais elle a éveillé mon intérêt. J’ai rarement pu croiser quelqu’un maniant une lame et ma curiosité quelque peu enfantine m’a vaincu. Je ne fais aucune remarque, préférant la laisser terminer.

Brusquement lorsque je la vois sourire, mon cœur rate un battement comme pour me prévenir, ma vision se trouble légèrement. Je me mords l’intérieur de la joue pour que Mlle Tsukiyo ne s’aperçoive de rien. Je ne sais pas pourquoi mais j’ai souvent ce genre de mal être venu de nulle part. Je fronce les sourcils. Mes espoirs ont été vains, mes souhaits n’ont été qu’éphémère. Ce mal qui s’enserre tel un vil et sinueux serpent. J’essaye de garder ma respiration calme mais je ne peux m’empêcher de serrer ma garde avec plus de hargne. Je parviens tout de même à entendre des bribes de sa réplique. Tant mieux. Je n’aurais pas l’air ridicule à le faire répéter. Je me redresse imperceptiblement droite pour lui répondre sur le ton de la conversation bien que mon esprit me tiraille encore :

« - Ce fut ma mère qui m’apprit les bases et ma famille adoptive, les Konpaku. »

Les Konpaku… Ma famille d’adoption. Une famille connue pour son dojo. Une famille qui ne m’a jamais acceptée. Une famille qui m’a vu comme une moins que rien au point que je devienne une domestique. Une famille qui m’est inconnue. Quel souvenir lugubre. Au moins, mes précepteurs ont été bons et justes pour que je puisse atteindre un bon niveau d’études, de pratiques des arts et des activités sportives. Cela devait être les seuls moments de cette demi-vie avec eux qui ont été les plus supportables. Mon esprit défaille à nouveau. Le passé reste ancré en moi et me travaille encore facilement. Mais je garde contenance et déclare d’une voix claire et nette :

« - Vous n’êtes pas novice non plus. Votre maître doit être très doué. »

Je m’incline légèrement pour m’excuser de l’affront que je vais avoir mais ma curiosité et ma passion m’emportent au point de dissiper ce mal être qui m’envahit. J’esquisse un sourire bienveillant sans la moindre trace d’animosité et lui demande sur le ton de la conversation :

« - Puis-je jeter un regard sur votre lame si vous me le permettez ? Je ne peux m’empêcher d’apprécier sa valeur… »

Avant que je puisse obtenir une réponse, Funécire sort de sa pokeball, fâché de voir que je reporte notre entraînement prévu et programmé. Il flotte dans les airs, atterrit sur mon épaule et salue Mlle Tsukiyo par politesse. Je le rassure en déposant un simple baiser sur sa joue. Je n’ai pas oublié, il n’a pas à s’inquiéter. Je relève le visage, fixe mon interlocutrice et présente mon pokemon, qui se met au garde à vous. Je réfrène un sourire. Si je peux paraître ancrée dans mon éducation et guindée, Hichan est complètement dévergondée :

« - Mlle Tsukiyo , voici Hichan, mon compagnon de toujours. »


Code by NatK.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcissus
avatar
Yuki Tsukiyo
Narcissus

Féminin
Messages : 169
Age : 23

Âge du personnage : 18ans

MessageSujet: Re: Après-midi pluvieux [PV Natsu Konpaku]   Mer 14 Nov 2012 - 0:50


Une ouverture sur l'âme
Le pouvoir d'un regard

Elle semble tourmentée, la demoiselle Konpaku. Usée, comme une poupée de cire trop souvent raccommodée. Assez pour piquer ta curiosité, de toute évidence.
Tu l'observes de ton œil unique, la détaille, la scrute, silencieuse et désespérément pensive. Qu'y a-t-il Yuki? Devines tu les lésions psychiques sous ce masque placide? Ou bien cet éclat t'est-il trop familier pour que tu puisse prétendre n'avoir rien vu?

▬ Oui, mon maître est l'homme le plus incroyable qui m'est été donner de voir.

Mais beaucoup trop clairvoyant pour son propre bien, hum? Et un peu trop perspicace pour que tu te risques à le côtoyer en dehors de tes heures de cours. Après tout, il était le seul à t'avoir vu.
Réellement vu.
Toi.
Et non pas cette héritière dont personne n'avait voulu parce qu'elle avait eu le malheur de naitre dans le corps d'une femme. Alors tu l'avais haï, à tel point que sa présence t'était devenu intolérable, presque douloureuse. Car quoi que tu fasses, quoi que tu veuilles, cet homme parvenait toujours à voir au delà des masques. S'en était devenu désespérant.

▬ Ma lame...

Ton regard coule vers l'arme finement ouvragée.
Ta lame hein, celle là on ne te l'avait jamais faite. Mais seule une pratiquante saurait apprécié le tranchant du fil d'une épée, mais seule une combattante pouvait en décelé la qualité d'un simple regard au plein milieu d'un kata.
Tu la tires de son fourreau avec précaution et la tend à ton interlocutrice, manche pointé vers l'avant. Puis ton regard croise celui de son pokémon, qui aborde un air condescendant, voir même contrarié.
Tu esquisses un sourire moqueur, exécute une petite révérence.

▬ Enchanté messire. C'est un honneur, de faire votre connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Après-midi pluvieux [PV Natsu Konpaku]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Après-midi pluvieux [PV Natsu Konpaku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pour occupper un après midi pluvieux
» [Les éditions Le cherche midi] Le livre des morts de Glenn Cooper
» Temps pluvieux, occupations russes
» [Le Cherche Midi] Le bourreau de Pierre Boulle
» Après midi dansant oriental samedi 30 mai 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alcea Rosea ♣ :: Campus d'Alcea Rosea :: Espace sportif :: Terrains-