AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A trop regarder le ciel, tu en oublies de poser les pieds à terre. - TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: A trop regarder le ciel, tu en oublies de poser les pieds à terre. - TERMINE   Dim 11 Nov 2012 - 23:26



C’était par une fraîche matinée de novembre, le deuxième samedi du mois pour être tout à fait exact. Le ciel était tapissé d’un gris hétérogène, sans lumières.
8h27 à la montre, Lansfeld se hâta de replonger son poignet dans la poche de sa veste rembourrée. La laine coupait le vent récurant, mais s’attardait sur son visage et il pouvait sentir ses lèvres se craqueler petit à petit sous l’effet du froid. Pour autant, il se refusa de rentrer à l’intérieur, le train devant d’arriver d’ici quelques minutes. Et de toute façon, il se sentait bien ridicule à ainsi trembloter devant une petit brise, face aux intempéries de sa vie passée à Frimapic. Les blizzards continuels lui manquaient, tout comme la sensation de confort extrême prodiguée par une simple chaleur…
D’un regard nostalgique, les yeux vaguaient le long de l’horizon, guettant au loin les montagnes de son enfance, imperceptibles. La neige incolore, flottant paisiblement lui rappelait ses moments d’innocence et de liberté, longtemps abandonnés pour une vie d‘adulte…

En cette journée de congé, l’envie de retravailler les bases avec Hypotrempe ne l’emballait pas outre mesure. Ses récentes rencontres ayant mis à mal provisoirement la confiance qu’il tenait en ses pokemon, se sentant frêle, désarmé devant la toute puissance des vétérans de l’académie. Astria en tête, leurs champions tenaient férocement leurs titres avec entrain. Mais il n’y avait pas qu’eux, des dresseurs se profilaient désormais, et la nouvelle de leurs premières victoires ont résonnées sans cesse dans les couloirs, certains professeurs y ont fait référence même. Une pareille notoriété pour quelques combats bien maigrelets. Lansfeld les a parcouru en biais, et si Evans a pu se défaire du premier badge aussi facilement, c’était bien la preuve que cet accomplissement ne valait rien.
Lorsqu’il avait visionné ces vidéos, il n’avait pu s’empêcher de se projeter dans l’arène, seul face à un adversaire empli de belligérance. Au centre d’attention, l’occasion de se faire un nom n’est une tentation trop grande pour les êtres rongés par l’ambition.
Bientôt, Hypotrempe foulera le sol de cette arène. Mais avant cela, Lansfeld considéra les partenaires éventuels du dragon de mer. Parmi les siens, Karknoix n’était pas un mauvais choix de par son type sol, mais sa débâcle dans la serre l’avait accablé devant sa faiblesse face à la plante.
Même si le type n’était pas courant, l’ouverture était flagrante. Par chance, il avait remarqué lors de son passage pour la visite médicale que l’infirmier en poste avait un Archeomire. Plus intéressant encore, celui-ci s’en moquait souvent et ne semblait pas très attaché à celui-ci. Il avait alors proposé un échange, lorsqu’il trouverai quelque chose d’intéressant. La raison derrière la catpure d’onix n’avait pas d’autre but.
La promesse d’un Steelix était séduisante, et convenait à sa carrure musclée. Un accord avantageux pour les deux partis, auquel il obtiendrai un pokemon pouvant aisément encaisser les attaques dragon, glace principalement… Archeomire était parfait…

Le temps semblait s’élonger, à mesure que ses réflexions internes lui occupait l’esprit de si bonne heure. Mais la résolution était déjà toute faite. La demande de match ne se fera pas sans ce pokemon.
Point.




Dernière édition par Arazer Lansfeld le Lun 24 Déc 2012 - 20:45, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Féminin
Messages : 652
Age : 24

Âge du personnage : 15 ans
Nombre de Badges : ///

MessageSujet: Re: A trop regarder le ciel, tu en oublies de poser les pieds à terre. - TERMINE   Mar 13 Nov 2012 - 19:26

Quelques feuilles dansaient gracieusement, au gré du vent matinal. Les pas hésitants d'une jeune fille se faisaient entendre, à la poursuite de cette verdure qui s'échappaient des arbres, qui s’enfuyaient, qui se déposaient par terre. Et qui se froissaient sous les chaussures de l'adolescente. Leanne se sentait... veule. Elle aurait aimé dormir plus en ce samedi matin. Mais dormir plus signifiait perdre quelques heures inutilement, des heures qu'elle pouvait passer à étudier. A découvrir, à contempler, à expérimenter. Et il en était hors de question. Elle s'était donc levée de bon matin pour se rendre au centre commercial pour s'approvisionner en livres. La seule idée de remplir sa chambre de ces grimoires sacrés la mettait de bonne humeur.
Huit heures sur l'horloge, la Menthae quittait donc son dortoir en tâchant de ne réveiller personne. Elle préférait éviter de se faire des ennemis. Le pas léger, elle se dirigeait ainsi donc vers les Gares sur l'eau. Le ciel gris, le silence, Alcea Rosea qui dormait encore – c'était un samedi bien apaisant. C'était un nuage doux et cotonneux autour de son visage, les brises qui étaient pourtant presque glaciales lui semblait être une caresse. Elle aimait ces journées calmes où l'on ne rencontrait personne sur la route. Où on avait l'impression que... le monde nous appartient. Elle se sentait libre. Elle se sentait oiseau. Alors... qu'était-ce donc qui l'empêchait de voler ? D'apprécier pendant quelques instants la sensation d'être libre dans le ciel...
Ah quelle bonne idée ! Elle allait réétudier la question l'après-midi même. Si elle n'avait pas réussi à s'envoler avec un Baudrive, elle y arriverait bien avec un autre Pokémon. Peut-être que si elle attachait le Baudrive à un autre Pokémon... Tout un tas de calculs surgissaient alors dans son esprit. C'était ainsi d'un air plutôt insouciant qu'elle gagnait les gares. Et elle se sentait tellement légère qu'elle était convaincue qu'elle pouvait se laisser emporter par le vent.

Avant même qu'elle ne s'en rende compte, la voilà donc arrivée à la station. Et une silhouette au loin se faisait apercevoir. Une grande silhouette. La carrure d'un homme. Une aura pas très chaleureuse. C'était... « Hey oh, le Narcissus ! » Arazer Lansfeld, une de ses connaissances. Une simple connaissance ? Difficile à dire. Pour la jeune fille, il était plutôt un hamster, une expérience. « Alors, ça se lève donc tôt un hamster ? » dit-elle sur un ton enjoué. Elle était toute sourire, bien qu'elle aimait être seule, elle ne disait pas non à un peu de compagnie. « Hey tu veux pas sourire un peu ? Qu'est-ce qui se passe, t'es de mauvaise humeur parce que tu te rends compte du niveau des élèves ici ? » Leanne ne savait pas trop si tel était le cas, mais elle ne pensait pas se tromper. Elle avait étudié sagement son sujet d'expérimentation. « Ah, bonjour au fait. »


4am Rain again
I'm just listening to the sounds
I'm just humming without lyrics
That moist melody
#2EAF7E
DC de Lucresia McQueen

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: A trop regarder le ciel, tu en oublies de poser les pieds à terre. - TERMINE   Sam 17 Nov 2012 - 23:09


Il y avait un bruit de bottines derrière. Seule, et silencieuse. D'ordinaire, les groupes de jeunes filles se trainant un weekend pour du shopping inutile se déplaçaient en bande, et ne sortaient que bien plus tard dans la journée...
C'est en se retournant qu'il haussa un sourcil avant de reconnaître la personne qui s'empressa de le rejoindre. Leanne Jung, évidemment. Une drôle de fille fraîchement arrivée du continent, et que le cours du temps a placé chez les menthae. Cependant, son aspect studieuse n'est qu'à demi assumé. Car si sa curiosité atteint des proportions parfois assez inquiétantes, elle n'a jamais témoigné d'intérêt à vouloir surpasser qui que ce soit. Bien au contraire, celle-ci semblait s'amuser à se jouer de gens comme Lansfeld, obnubilés par la gloire du titre de maître.
Pour preuve, à peine se sont-ils revus que déjà elle commence avec ses questions dérangeantes...



Ne sois pas ridicule Jung, des plus forts que soi, il y en aura toujours. Non, ce qui m'irrite, c'est cet enjouement autour de quelques dresseurs pour un match d'arène qui relève plus de la blague que d'autre chose.Je n'ai rien contre le fait d'imposer des épreuves facile, mais là on croirait qu'ils sont parés pour le championnat national...


C'était vrai. Le problème de cette montée de popularité au sein de l'école état qu'elle ne différenciait pas les talents entre eux, et qu'il était très facile pour un imposteur de se faire passer pour un dresseur confirmé. Et en toute franchise, ce comportement ne lui 'inspirait que dégoût et mépris. Si tout le travail qu'il s'était imposé pouvait se faire remettre en question par un énième tire au flanc, il devrait alors rendre des comptes à ses propres pokemon pour son incapacité à imposer sa puissance au sein de l'établissement.
Mais à bien y repenser, comment se déclarer fort si tous sont faibles ?
Tout compte fait, la situation l'arrangerait bien. Grace à ce nouveau titre, les dresseurs pourront difficilement se soustraire à un combat et lui même en profiterai pour évaluer la progression de son équipe.
De toute façon la liste des dresseurs ayant défié une arène lui était déjà connue, et son choix se porta en premier lieu sur Utako. Du fait qu'ils se connaissent déjà, le contact serait plus naturel et la confrontation sans complications inutiles. A cette pensée, il laissa pendouiller un sourire imperceptible.





De toute façon s'il n'y avait pas de dresseurs plus forts que moi, je ne serait pas resté à Alcea.
Et bonjour au passage...

Revenir en haut Aller en bas
Féminin
Messages : 652
Age : 24

Âge du personnage : 15 ans
Nombre de Badges : ///

MessageSujet: Re: A trop regarder le ciel, tu en oublies de poser les pieds à terre. - TERMINE   Mar 20 Nov 2012 - 19:12

Leanne clignait plusieurs fois des yeux, elle avait le regard pétillant, et puis, ce sourire sur ses lèvres, cette bonne humeur... C'était le signe que la curiosité se réveillait en elle. Tel un monstre qui somnolait dans son petit corps, et qui s'animait, qui scintillait lorsqu'il y avait quelque chose à étudier. Une flamme qui brûlait, qui ne s'éteignait jamais. C'était une curiosité presque dangereuse, malsaine... Une curiosité qui faisait de l'adolescente une personne vraiment excentrique. Certains la pensaient même folle. Mais elle n'était pas méchante, Leanne. Non, elle ne se rendait juste pas compte que cette soif d'apprendre pouvait nuire aux autres... En fait, même si elle s'en apercevait, cela n'arrêterait pas ses folies pour autant. Elle se moquait un peu de l'opinion des autres. Elle n'avait que pour but sa seule satisfaction personnelle.

Elle se souvenait d'ailleurs, de ce jour où elle avait rencontré le Narcissus. C'était une journée morose, elle n'avait fait aucune découverte ce jour-là. Elle était allée voir le professeur Leone, et celui-ci avait refusé de répondre à sa question (elle voulait savoir pourquoi ce dernier se laissait pousser une barbe alors que c'était affreusement laid). La jeune fille était plutôt de mauvaise humeur, jusqu'à... qu'elle croise le regard d'Arazer. Et puis, elle avait eu cette intuition, cette illumination en elle. Elle sentait qu'il ferait une bonne expérience. Qu'il y avait quelque chose. Elle n'avait pas su dire quoi. Puis, elle était allée l'aborder. Tout comme elle venait de le faire à l'instant même.

« De toute façon s'il n'y avait pas de dresseurs plus forts que moi, je ne serais pas resté à Alcea. » Leanne laissa échapper un petit rire, elle était amusée. Elle aimait beaucoup Lansfeld, il était un bon sujet de divertissement. Il était en bonne santé physique et morale, il était encore en bas de l'échelle, il comptait gravir les échelons. Et puis, elle, elle allait pouvait observer tout cela, prendre des notes sur son comportement, ses tactiques, ses défaites. C'était vraiment amusant. « C'est vrai. Enfin de toute façon, tu savais bien ce qui t'attendait en venant ici, Alcea Rosea ne manque pas à sa réputation. » Un vrombissement annonçait l'arrivée du train, coupant la parole à l'adolescente, un peu surprise par le bruit sourd. Elle revint à ses idées très vite. « Mais tes paroles manquent un peu de conviction je trouve. Je pensais pas que t'étais du genre à pas avoir confiance en toi. Mais je me trompe peut-être, t'es sûrement juste fatigué, ça m'étonne aussi que les hamsters se lèvent tôt, tu sais. » Le regard interrogatif, elle attendait une réponse tandis que le train s'approchait petit à petit.


4am Rain again
I'm just listening to the sounds
I'm just humming without lyrics
That moist melody
#2EAF7E
DC de Lucresia McQueen



Dernière édition par Leanne K. Jung le Jeu 22 Nov 2012 - 23:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: A trop regarder le ciel, tu en oublies de poser les pieds à terre. - TERMINE   Mer 21 Nov 2012 - 10:57


Levant les yeux vers elle, son regard incisif se plongea aussi droitement qu'un vecteur dans le sien. Ses couleurs claires et peu éclatantes trahissaient son caractère ingénue et candide, surmontées de fausses lunettes. Malgré la brusquerie de son geste, il n'en déscella aucune peur, si ce n'est cette éternelle volonté de comprendre.. Curieuse créature, ses clignements incessants lui donnait des airs de jeune fille épurée, sans aucune souillure.
Sa bouche formait des questions enfantine à la réflexion courte, et dont les aboutissements pouvaient se révéler parfois assez cocasses. Mais dans sa rigueur, Lansfeld ne pouvait résster de réorienter ses question vers une réponse qu'il jugeait plus satisfaisante. Pour finir en débat universel, inorexablement...



Cela n'a rien à voir avec la confiance. Admettre qu'il existe meilleur que soi est un prérequis pour avancer.


En ce monde, il est des gens plus jeunes que les cadets de l'académie et plus redoutables que nos seniors. C'est ainsi et rien ne peut changer l'ordre de ce monde. Dans l'absolu, tout ce qu'un individu peut bien faire, c'est progresser. Sa mortalité le rend inconstant, il est dans la nature de l'homme de naître petit pour grandir et atteindre son seuil avant de finalement s'éteindre. Seule la mort empêche l'accroissement naturel, aller contre son développement revient donc à renier jusqu'à la nature même de ce cycle.

Lansfeld se tourna vers le train arrivant en gare, l'annonce vocale demandait alors d'attendre l'arrêt avant de monter à bord. Les pieds posés à une proximité critique des portières, il apprécia le vent balayer ses cheveux au passage.
Au bout de longues secondes, le train s'immobilisa pour laisser ses portes automatiques s'ouvrir, mais personne n'en descendit. Rien d'étonnant à une heure pareille.
La porte la plus proche s'était arrêtée net devant Lansfeld qui ne se fit pas prier d'entrer le premier, sans prêter attention à celle qui l'accompagnait pour le voyage. Ne sachant où trop s'asseoir, il alla s'adosser à ue barre dans le milieu du wagon en attendant Jung. La regardant avancer, il poussa un petit soupir...




Et si tu pouvais éviter de m'appeler hamster à tout bout de champ.. Je ne me prêterai pas à devenir un sujet de tes curiosités étranges.



Revenir en haut Aller en bas
Féminin
Messages : 652
Age : 24

Âge du personnage : 15 ans
Nombre de Badges : ///

MessageSujet: Re: A trop regarder le ciel, tu en oublies de poser les pieds à terre. - TERMINE   Jeu 22 Nov 2012 - 12:21

Leanne ne détachait pas son regard de celui d'Arazer, il était l'un des rares qui ne semblait pas être particulièrement perturbé par son comportement. D'habitude, les gens ne savaient pas quoi répondre, ils étaient étonnés de ses questions, ahuris devant ses réflexions qui sortaient du commun. Personne n'osait trop la regarder dans les yeux. Ils n'arrivaient pas à se comporter naturellement avec la Menthae dans les alentours. Mais pas Arazer. Il avait l'air d'être fait de pierre : les répliques de la jeune fille le frôlaient, l'effleuraient, et se faisaient emporter par le vent – et il répondait comme si de rien n'était. Il était lui. Et parfois, Leanne trouvait cela frustrant. Etait-ce déjà comme ça lors de leurs dernières interactions ? Elle n'aurait pas su dire.

« Un prérequis pour avancer.. blabla. Oui bien sûr. Oui oui oui. » Leanne haussait des épaules. Elle n'appréciait pas ces paroles qui faisaient preuve de sagesse. Des paroles de vieux. Leanne ne réfléchissait pas à ces questions de pouvoir, elle ne cherchait pas à surpasser les autres, à se surpasser, elle n'y trouvait aucun... amusement. Pourtant, son potentiel n'était pas moindre, si seulement elle s'y intéressait.
D'ailleurs, il fut des jours où elle aussi s'était demandée si elle ne voulait pas prouver être une grande dresseuse. Elle se demandait d'où venait son mépris envers ces préfets qui exhibaient leur puissance. Elle se demandait pourquoi elle fuyait tant les combats, la compétition. Etait-ce de la jalousie, était-ce de la peur, était-ce un manque de confiance ? Etait-ce les trois facteurs réunis ensemble, qui repoussaient son envie de combattre, qui la poussaient à esquiver toute cette concurrence autour d'elle ? Peut-être juste aussi parce qu'elle trouvait tout cela trop superficiel, trop... inutile.
Pour autant, si elle avait fait du Narcissus son hamster de compétition, c'est qu'elle était curieuse de voir si l'investissement apportait réellement quelque chose. Elle voulait vérifier si son ascension en valait le coup, s'il s'en sentait heureux, si cela lui était bénéfique ou non. Et tant qu'elle n'obtenait pas de réponse, elle ne ferait aucun pas en ce sens. Alors, elle observait.

Et elle observait le train qui arrivait enfin à quai. Les portes s'ouvrant enfin, son camarade entra dans le wagon, suivi de près par l'adolescente, qui choisit de s'installer dans un strapontin en face de lui. « Un hamster est un hamster, je n'y peux rien, ce n'est pas moi qui décide de cela. » Le train démarrait alors lentement. Et déjà, Leanne ne se sentait plus d'humeur à rester assise, immobile. Elle avait besoin de dépenser toute cette énergie en elle. « Hey hey, Lansfeld, approche toi. » Mais elle n'attendit pas qu'il fasse quoi que ce soit, elle s'approcha de lui. « On échange de lunettes ? » Elle n'attendit pas non plus sa réponse pour dérober sa paire de lunettes, et lui tendre les siennes. Et lui adresser un sourire à la fois espiègle, et si innocent.


4am Rain again
I'm just listening to the sounds
I'm just humming without lyrics
That moist melody
#2EAF7E
DC de Lucresia McQueen

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: A trop regarder le ciel, tu en oublies de poser les pieds à terre. - TERMINE   Jeu 22 Nov 2012 - 15:47


Figé sur place, Lansfeld eu le réflexe de rester parfaitement stoïque face à la maneuvre de Jung. Peu habitué aux caractères enfantins, la patience lui faisait trop souvent défaut.
L'éxaspération montait devant l'inutilité de ce geste, montrant par la même occasion que ces lunettes féminines étaient fausses. Quand bien même, il n'était pas question qu'il porte une seule seconde ces montures débordant d'excentricité.
Une fois les lunettes complètement otées, il leva la tête en arrière pour apprécier le fait de ne plus sentir leur poids sur son nez. Son regard se laissa éblouir légèrement par l'absence de verre protecteur.
Sans trop comprendre, le visage de Jung sans lunettes également était.. différent. Peut être plus posé et mature qu'elle ne l'était vraiment, mais toujours est-il que sa tête lui faisait drôle à chaque qu'elles n'étaient plus en place, ce qui pouvait le rendre irritant.



Jung, la prochaine fois que tu fais ça sans demander, je jure que ton Beaudrive éclatera comme un ballon...


Avançant sa main en sa direction, son regard autrefois perdu retrouva l'assurance de se fixer au devant. Le visage blême, il resta sur ses positions, attendant un mouvement quelconque de sa part. Et au vu de sa réactivité, l'attente ne s'éternisera probablement pas.
Au final, l'importance en était moindre. Jung ne l'obéirait probablement pas, elle ne l'a jamais fait.
Mais là où certains montent sur leurs grands chevaux à la moindre estocade verbale, ses réponses ingénues et d'une effronterie enfantine empêchent tout dénouement conflictuel.
Pourquoi, il n'en savait rien...





Maintenant rend les moi, à moins que tu ne sois tenté par l'expérience ?



Revenir en haut Aller en bas
Féminin
Messages : 652
Age : 24

Âge du personnage : 15 ans
Nombre de Badges : ///

MessageSujet: Re: A trop regarder le ciel, tu en oublies de poser les pieds à terre. - TERMINE   Jeu 22 Nov 2012 - 22:12

Leanne se sentait toute victorieuse. Elle essaya sans plus attendre les lunettes dérobées. Et le monde se transforma. Il n'était plus le même. Le train gagnait à présent de la vitesse, et la jeune fille sentit un mal de tête s'emparer d'elle, une étrange sensation... Ce n'était plus le monde qu'elle avait connu. Et l'inconnu avait le don de faire peur aux gens. Leanne n'échappait pas à la règle. Elle ne garda pas les montures plus longtemps, elle préférait les siennes.
Elle fit un peu la moue tandis qu'elle se réhabituait à la vision qu'elle avait d'habitude. Le visage un peu assombri, les lunettes et l'agitation en moins, la miss Jung paressait être une toute autre personne. Un peu froide, difficile à approcher, un peu moins 'pile électrique'. Cela laissait presque à croire que porter des lunettes lui donnait une sorte de courage et d'enthousiasme... qu'elle pouvait s'identifier dans un personnage grâce à cela, être moins introvertie, être un peu plus libre dans ses mouvements... C'était un bon sujet de dissertation tiens. « Les lunettes permettent-elles un changement de personnalité ? »

La grimace toujours sur son visage, elle tendit les lunettes à Arazer en tournant sa tête sur le côté – comme si elle ne voulait admettre sa faute. « Je te les rends, j'en veux plus. Les miennes sont plus jolies. » Sur ces paroles, elle remit alors les siennes. Elle se sentait beaucoup mieux soudainement. « Mais j'suis intéressée par l'expérience quand même. Si on peut pas voler avec mon Baudrive, il sert à rien alors. On peut pas le cuisiner. » L'adolescente leva alors un peu les yeux en l'air, perdue dans sa réflexion. Oui, il ne devait y avoir que de l'air dans le Baudrive, alors ce n'était pas très intéressant à inclure dans une recette. Par contre, elle s'imaginait un steak de Frison... Un sourire se dessinait sur son visage à cette idée. Et une autre lui traversa alors l'esprit. C'était comme ça dans la tête de Leanne : jamais une seconde de répit. « Hey dit monsieur Arazer ? Tu t'es jamais demandé... si les choses ne se passent pas comme tu le voudrais parce que tu souris pas assez ? Jsuis sûre que si tu souriais un peu plus, ça t'aiderait pas mal. » Et pour une fois, Leanne était très sérieuse.


4am Rain again
I'm just listening to the sounds
I'm just humming without lyrics
That moist melody
#2EAF7E
DC de Lucresia McQueen

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: A trop regarder le ciel, tu en oublies de poser les pieds à terre. - TERMINE   Ven 23 Nov 2012 - 19:40


L'échange optique terminé, Lansfeld réajusta ses lunettes par automatisme.
Le dos redressé, il dépassait aisément Jung d'une demi tête. De cette façon, s'il n'inclinait pas la tête son regard apparaissait comme condescendant et s'y prenait même de manière involontaire.
Pourtant, à l'écoute de ses remarques le ton de conversation changea radicalement.
Sur ses lèvres ne se lisaient plus cette fantaisie espiègle mais bien d'une curiosité bien plus profonde... et dangereuse. Ce sérieux n'apparaissait jamais très fréquemment, mais pour ce qu'il en était Lansfeld préférait de loin cet aspect de Jung. Les conversations étaient alors d'un niveau plus élevées pour ce que proposaient la plupart des étudiants.



Le sourire auquel tu fais référence est un artifice pour tromper son monde. Un jeu d'acteur, et qui dit comédie suppose forcément.. le mensonge.


Le théâtre, toute une science étrange dont il gardait peu de réceptivité. L'être humain ayant un comportement bien stéréotypé en société, les vrai pensées se terrent loin de leurs faux-semblants. Dans le cadre actuel, Lansfeld ne voyait pas d'intérêt à mentir au monde, ni à réprimer ses acquis personnels.
Pour ainsi dire, si l'écrasante majorité considérait ses manières comme présomptueuses, c'était parce qu'eux mêmes n'avaient pas le courage de s'affirmer bien promptement. En quoi serait-ce de sa faute ?
Lansfeld songea à la question, avant de conclure que l'individualité n'était peut être pas une chose aisée à porter, et que la protection de groupe était si confortable.
Tellement, qu'il ne parvenait même pas à s'en faire une image...





Mais pour tout te dire, si tu ne me vois jamais sourire... C'est parce que je n'y arrive pas.



Revenir en haut Aller en bas
Féminin
Messages : 652
Age : 24

Âge du personnage : 15 ans
Nombre de Badges : ///

MessageSujet: Re: A trop regarder le ciel, tu en oublies de poser les pieds à terre. - TERMINE   Sam 1 Déc 2012 - 16:42

Les petits yeux de la jeune fille ne clignaient plus autant, le sourire insouciant qui la caractérisait tant n'était déjà plus qu'un souvenir. Il n'y avait plus aucune expression sur son visage. Elle fixait Arazer dans l'attente d'une réponse, et il y avait cette aura, cette insistance qui émanait d'elle... Une telle présence, une présence imposante qu'elle n'avait que trop rarement. Mais elle était convaincue d'avoir touché un point sensible, un problème réel. C'était le résultat de sa réflexion sur cette expérience.
Il y avait un espèce de silence oppressant qui régnait dans ce wagon. Comme si tous les deux venaient de s'engager dans le jeu du roi du silence, pendant que le paysage défilait lentement. Leanne s'en sentait presque stressée, elle n'aimait pas beaucoup cette situation dont elle était pourtant à l'origine. Avait-elle posé la mauvaise question ? Aurait-elle du réfléchir avant de parler ? Mais non, elle était sûre de ce qu'elle faisait, et elle maintenait fermement son regard.
Le Narcissus apporta donc finalement des réponses. La première, qui lui semblait peu satisfaisante, fut tout simplement ignorée. Elle ne voulait pas se prêter à ces jeux d'analyse du sourire mensonger, et c'était là que se trouvaient les artifices à ses yeux. Non, ce n'était pas la réponse qu'elle attendait. Mais la seconde lui révéla donc que son sujet d'étude avait bel et bien des points faibles. Et elle comptait bien y remédier.

« Tu n'y arrives pas ? » La voix de la jeune fille était tout d'un coup moins énergétique, elle était désormais très posée. « J'ai le droit de demander pourquoi ? » Leanne savait très bien qu'il devait y avoir une raison qui se cachait derrière. C'était tout bonnement impossible de ne pas arriver à sourire, il devait avoir vécu dans des conditions qui avaient forgé ce caractère si... froid.
« Hey je te raconte une blague ? Eum... Ah je sais ! Quel Pokémon rate le plus ses attaques ? » C'était une blague qu'elle n'estimait elle-même pas très drôle, mais elle voulait quand même faire le test. Et elle attendait.


4am Rain again
I'm just listening to the sounds
I'm just humming without lyrics
That moist melody
#2EAF7E
DC de Lucresia McQueen

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: A trop regarder le ciel, tu en oublies de poser les pieds à terre. - TERMINE   Sam 22 Déc 2012 - 23:54




Son regard insistant commençait à légèrement agacer Lansfeld. Pour ainsi dire, il n'appréciait pas la proximité sociale qu'il jugeait inutile et contre productive. A trop s'attacher aux phénomènes sans importances, l'on perd de vue l'essentiel. La douleur du coeur, n'est-ce pas là une punition pour avoir accordé trop de crédit à une chose inexistante ?
La relation humaine est un artifice contraignant prédisposé à l'échec. Pourquoi dès lors s'acharner et se complaire dans une finalité aussi puérile...
Toujours dans cette idée de pragmatisme froid, il remarqua les changements de Jung avec intérêt.
Une telle versatilité d'esprit était certes divertissant mais pouvait à la longue se révéler dangereuse... Il ne doit s'en rapprocher à aucun prix, car les esprits instables de part leur imprévisibilité sont souvent sources de calamités dont on ne saurait voir le bout.
Tout en taisant intérieurement l'origine de cette leçon de vie, il opta pour un comportement plus passif. Pourquoi s'emporter ? Il ne s'agit que d'une enfant en mal de jeux, complètement imperméable à l'opulence des paroles de narcissisme. Surtout, ne pas se laisser délier la langue à tout prix.
Question de fiertée, ou simple peur passagère ?
Il ne saurait dire, mais sa présence étrangère ne l'inspirait guère, et préféra l'observer encore. Jouons donc à son petit jeu, suivant ses règles jusqu'à pouvoir dresser un tableau concret du personnage.
Ensuite seulement, il prendra ses mesures.


Sur ces pensées, Lansfeld haussa les épaules à l'égard de Jung, lui posant la réponse la plus logique à son sens...






Un Lokhlass avec Glaciation, Abîme et Empal'Korne. J'ai du mal à voir ce qu'il y a de drôle à ça, mais fais donc...



Dernière édition par Arazer Lansfeld le Dim 23 Déc 2012 - 0:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Féminin
Messages : 652
Age : 24

Âge du personnage : 15 ans
Nombre de Badges : ///

MessageSujet: Re: A trop regarder le ciel, tu en oublies de poser les pieds à terre. - TERMINE   Sam 22 Déc 2012 - 23:59

A sa grande déception, le Narcissus ne semblait pas prêt à répondre à ses questions. Et Leanne n'hésita pas à montrer qu'elle n'approuvait pas ce comportement distant, elle n'arrivait pas à le comprendre. Elle ne voulait de mal à personne après tout. Bien sûr, elle était bien loin d'être altruiste. Mais son cœur n'était pas juste voué à la curiosité, elle voulait réellement connaître la raison de l'absence de sourire chez cet être. Mais il y avait comme un mur invisible entre les deux. Un mur qui les séparait car ils vivaient dans deux mondes bien distincts. Car ils n'étaient même pas amis à la base. Quel était le lien qui les unissait ? Elle n'en savait trop rien. Il était son hamster. Et puis c'était tout, elle ne s'était jamais posée la question plus sérieusement... Et aujourd'hui, elle s'en sentait un peu déconcertée, car elle n'avait pas la réponse à portée de main. Elle ne savait pas. C'était frustrant.

C'était frustrant.
Et c'était encore frustrant.

Elle se sentait totalement impuissante, elle ne savait pas quoi faire. Il y avait à peine un instant, elle était déterminée à le faire sourire. Maintenant, elle voulait tout laisser tomber et juste lui demander gentiment d'aller se faire voir chez les écureuils volants qui imitaient les Emolgas.

« La réponse était Rattatac. »

Le visage de Leanne était toujours dénué de toute expression, et elle ne prenait même plus la peine de regarder son interlocuteur. Elle croisait les jambes, était affalée sur son siège, et attendait dans le calme d'approcher sa station. Le train était bien lent aujourd'hui.


4am Rain again
I'm just listening to the sounds
I'm just humming without lyrics
That moist melody
#2EAF7E
DC de Lucresia McQueen

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: A trop regarder le ciel, tu en oublies de poser les pieds à terre. - TERMINE   Dim 23 Déc 2012 - 0:58




Son regard, d'ordinaire ingénu et allègre luisait désormais d'une froideur comme il en voyait rarement chez elle. Cet état de sérieux vint alourdir l'atmosphère déjà tendue, pour son plus grand confort. Laissant volontairement un blanc brutal de conversation à la suite de sa vaine tentative sociale, leurs verres optiques se croisèrent en un contact de défi.
Valait-il vraiment de continuer un dialogue sans retour ? La réponse était évidemment non.
Sans encouragements, les chances que Jung insiste en dépit des conditions atroces qu'il imposait étaient minces.
Lansfeld n'appréciait pas les mots. Sans pour autant manifester une quelconque forme de comportement anti-social, l'usage des mots l'agaçait. Il avait maintes fois éprouvé l'insuffisance du langage humain, trouvé ses limites et s'en lamentait silencieusement.
Comment accepter de devoir continuellement poser des mots concrets et précis sur soi et ses sentiments ? A moins d'encourager une superficialité de l'esprit, il s'agissait d'un non-sens flagrant.
Lui qui était contraint par la douleur afin de se forger, un irrépréssible mépris se formait autour de gens insoucieux et légers, à priori incapable de comprendre la dure réalité.
Sans pour autant lâcher Jung du regard, il se demanda si elle était vraiment aussi légère d'esprit...



Revenir en haut Aller en bas
Féminin
Messages : 652
Age : 24

Âge du personnage : 15 ans
Nombre de Badges : ///

MessageSujet: Re: A trop regarder le ciel, tu en oublies de poser les pieds à terre. - TERMINE   Dim 23 Déc 2012 - 14:08

La frustration restait hantée en elle. Dans son cœur, sur son visage, sur le bout de ses doigts. Elle était une enfant qui n'appréciait pas que son jouet ne fasse pas comme elle l'entendait. Que son jouet soit cassé. Qu'il ne soit pas drôle. Elle venait de tendre une main. On venait de lui tourner le dos. Et la conséquence en était très simple : Leanne n'avait pas de temps à perdre avec un sujet aussi peu coopératif. Elle n'abandonnait pas pour autant, elle réessayerait sans doute un autre jour, lorsque le hamster serait mieux disposé à la parole. Mais pour le moment, l'adolescente n'arrivait pas à chasser cet agacement qui avait trouvé refuge dans son esprit.

Dépitée, elle retira ses lunettes de son visage, pour en laisser apparaître seulement une expression encore plus froide. Elle lança un dernier regard tranchant au jeune homme, un regard bien plus expressif que n'importe quel discours. Jung était devenue muette, mais ses yeux semblaient dire « Bouge toi de là, homme, tu gênes ma vue » - et d'ailleurs, il en fallut de peu pour qu'elle ne le dise réellement. Mais l'annonce que le train allait bientôt entrer en gare du Pokévillage se fit retentir, et les mots qu'elle était sur le point de prononcer furent aussitôt avalés.
Leanne se leva brusquement pour se poser devant les portières. Sans adresser un quelconque mot à Arazer. Il lui était étranger, elle lui était étrangère. Elle s'en alla.


4am Rain again
I'm just listening to the sounds
I'm just humming without lyrics
That moist melody
#2EAF7E
DC de Lucresia McQueen

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: A trop regarder le ciel, tu en oublies de poser les pieds à terre. - TERMINE   

Revenir en haut Aller en bas
 

A trop regarder le ciel, tu en oublies de poser les pieds à terre. - TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Entre ciel et terre
» Le ciel en Seine-et-Marne ce soir
» Milk-shake au chocolat
» -Les mangas cultes qui font peur et qui dérangent-
» One Piece 754

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alcea Rosea ♣ :: Campus d'Alcea Rosea :: Les Gares sur l'Eau-