Partagez | 
 

 Ethan D. Tanner # Terminée #

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Féminin
Messages : 590
Age : 103

Âge du personnage : 17.

MessageSujet: Ethan D. Tanner # Terminée #   Dim 25 Mar 2012 - 12:03


♫ Ethan D. Tanner ♫



    Nom : Tanner.
    Prénom : Ethan Dexter.
    Date de naissance/Âge : 17 ans, né 22/12/1995
    Région d'origine : Jothô.
    Groupe : Spiraea

    Pokémon 1 :
    Héricendre ♀
    Pokémon 2 :
    Tarsal ♂

PHYSIQUE

Taille : 1m77 précisément. Comment est-ce qu'il le sait ? Disons qu'il s'ennuie souvent...
Poids : 65 kilos et des poussières.
Couleur des yeux : Ils sont d'une couleur noisette claire, presque liquide.
Couleur des cheveux : D'un noir ébène.
Signe distinctif : Monsieur n'est pas particulièrement remarquable. Oui, il n'est pas laid à voir. Oui, il est musclé. Mais en dehors de ça, qui irait le remarquer dans une grande foule ? J'oubliais, son teint de peau non plus n'est pas spécifique ; hâlé par le soleil, il n'a aucun problème durant l'été. Mais si je devais vous parler d'un détail... Hé bien disons qu'il a une grande cicatrice sous sa jambe droite, qui le fait souffrir assez souvent, même s'il ne le montre pas.



Caractère

Qualités : Possède un grand sang-froid • Agréable • Il peut analyser les réactions des gens à la perfection • Plutôt intelligent • Sportif • Rusé • Empathique • Généreux • Respectueux • Souriant • Stratège • Charismatique • Bienveillant • Honnête • Sens aigu de la justice • Protecteur •
Défauts : Têtu ♦ Rêveur ♦ Impatient ♦ Lorsqu'il s'énerve, il devient très sec, sarcastique et ironique ♦ Légèrement prude ♦ Goinfre ♦ Rancunier ♦ Possessif ♦ Méfiant ♦ Lunatique (parfois) ♦ Curieux ♦ Fainéant lorsqu'il ne fait pas de sport ♦ Maladroit ♦ Procrastinateur ♦ Casse-cou ♦
Signe distinctif : Sa grande passion reste le dessin. Depuis qu'il est tout petit, il passe son temps à faire le portrait des pokémons qu'il rencontre, ce qui fait qu'il a de grandes connaissances sur les ceux de sa région natale.


HISTOIRE

« Oh, qu'il est mignon !
- Regardez-moi la, c'est le portrait craché de sa mère !
- Oui, elle a son nez et ses yeux, ça se voit !
- Et lui, celui aux yeux bruns, vous avez vu comme son visage est identique à celui de son père ? »

Des mensonges. De jolis petits mots, enveloppés dans des adjectifs flatteurs, mais tout de même des mensonges. On assomme de compliments le jeune couple, on leur souhaite une vie simple et heureuse, sans vraiment les connaître. On les regarde les yeux pleins d'envie, alors qu'ils se baladent avec leur enfants en affichant un grand sourire. Le garçon est un petit ange au grand sourire, qui rit d'un rien et illumine le visage des habitants de son village ; la jeune fille est le cliché même de l'enfant timide et adorable. Mais tout le monde le sait, tout le monde connaît cette horrible vérité ; comment est-ce que quelqu'un aurait pu oublier ? Qui donc aurait pu oublier le visage de cette femme à qui on a arraché ses enfants avant qu'elle ne s'endorme à tout jamais ? Mais la culpabilité fait son effet et personne n'en parle, on couvre l'horreur de la situation avec des paroles rassurantes et des mots doux. Les parents le savent, tous le savent. Mais personne n'en parlera aux deux enfants innocents des crimes de leurs parents, mais est-ce bien leurs parents ?

Car oui, ce vilain secret est bien là : les deux enfants sont l’œuvre d'un adultère. Leur mère biologique, éleveuse dans une pension de la ville, entretenait une relation avec un homme marié, leur père, en secret. Les deux ne s'aimaient pas, mais leur attraction était bel et bien là. Ils tiennent ceci secret, personne ne doit le savoir ; que se passerait-il si cela était découvert ? Ils n'y pensent pas, l'ignorent et se content de s'embrasser lorsque l'un des deux ose poser des doutes sur ce qu'il faut faire. Mais les secrets ne peuvent pas le rester longtemps, et le pire arriva : elle tomba enceinte, de jumeaux. De faux jumeaux. L'homme tente de la convaincre d'avorter, que c'est trop dangereux pour eux de conserver les bébés, mais l'instinct maternel a déjà fait son petit bout de chemin dans l'esprit de la femme aux cheveux noirs : elle gardera les enfants et les protégera contre quiconque tentera de les lui enlever. Et lui est obligé d'abandonner : qui est-il pour aller contre la protection et l'amour d'une mère pour sa progéniture ?

Les deux enfants naissent une journée d'hiver, un vingt-deux, alors qu'une tempête de neige se déchaine dehors. Les routes sont bloquées par la neige, il est donc impossible de se rendre à l'hôpital. La femme accouche donc seule chez elle ; ses cris ne sont pas entendus, ni ses pleurs de joie lorsqu'elle tient dans ses bras les deux fruits de ses efforts acharnés. Mais au fond d'elle, alors alors qu'elle les serre contre son corps pour les protéger du froid, elle sait qu'elle est condamnée. La douleur, la température et son manque d'énergie sont des facteurs fatals ; la mort est proche et elle le sait. Elle sanglote le plus doucement possible, prie pour que son amant vienne et l'aide.

Mais personne ne viendra. Du moins pas avant deux heures. Lorsque l'homme arrive, il est effondré. La naissance de ses enfants ne suffit pas à combler le vide qu'à crée la mort de la femme qu'il a aimé. Courageusement, alors que tout son corps tremble, il presse les deux petits contre lui, couvre le cadavre de leur mère avec un drap et quitte la petite maison sans se retourner. Devant tout le village, il tient les jumeaux et s'accroche à eux comme s'ils étaient tout ce qui lui restait. Lorsqu'il rentre avec son épouse, sa véritable femme, les cris fusent, la colère déborde, les hurlements et les pleurs des bébés résonnent contre les murs. Tous apprennent la tromperie de l'homme, tous entendent les larmoiements de la femme trompée, mais comme si ils le faisaient pour protéger les petits, personne n'en parle.

Durant leur enfance, les deux, dont l'un est Ethan, vous l'avez deviné, sont tenus loin de la vérité. On ne leur dira rien, c'est une promesse, une omerta générale que personne ne brisera ; se disent-ils tous. Mais les murmures commencent derrière eux, les ragots fusent à tout va et l'on sent comme une aura pestilentielle de secret autour d'eux. Ils le sentent, les enfants ne sont pas idiots, mais ils n'osent pas poser la question ; alors ils se contentent de rester ensemble et d'ignorer les paroles derrière eux. La petite fille est plus discrète, le garçon est plus extraverti ; ils se ressemblent comme deux gouttes d'eau mais sont à la fois si différents. Leur passion commune est les pokémons : ils passent des heures à tenter de s'approcher des créatures à l'extérieur, à les observer de loin car ils ne peuvent pas se défendre. Ils sont seuls, mais la présence de l'autre calme leurs inquiétudes et leurs peurs les plus profondes.

Parlons un peu plus d'Ethan, maintenant : depuis tout petit, il a toujours affiché un grand sourire qui ne s'éteint jamais. Il n'hésite pas, contrairement à sa jumelle, à s'approcher des autres et à leur parler. Lui est le premier à s'aventurer dans des situations à risques et dans dans la nature : le nombre de fois où il était rentré couvert de bleus était incalculable. Que ce soit grimper aux arbres, courir dans les hautes herbes ou observer des pokémons de loin (ou de près, en témoignent les nombreuses griffures qu'il reçut) ; le brun a toujours été un casse-cou qui se fiche du danger comme de la dernière pluie, et ce trait est visible encore aujourd'hui. Rien de bien folichon, donc. Il fut un enfant normal, à vrai dire, sans trait ou particularité distincte.

Vraiment ? Dans ce cas-là, vous ne voyez que les apparences : à votre avis, est-ce que l'orgueil d'une femme trompée est si facile à guérir ? Qu'elle aurait élevé les deux enfants de l'adultère sans se poser de questions ? Vous êtes bien loin du compte : si elle avait pu leur rendre la vie plus infernale, elle l'aurait fait. Cela passait par les vêtements déchirés, par la nourriture trop salée, par les punitions régulières et par le manque d'affection ; leur père, trop dévoré par sa culpabilité et incapable de tenir le regard de ses enfants qui lui rappelaient tant celle qu'il avait aimé auparavant. Évidemment, elle ne leva que rarement la main sur les deux, craignant qu'ils finissent par se plaindre aux voisins. Mais cette haine restait viscérale et dangereuse : enfermée et mijotée ainsi, c'était une véritable épée de Damoclès au dessus de leurs têtes.

Et cette épée finit par tomber un jour, dans une nuit sanglante : elle mit fin à ses jours, devant les yeux d' Ethan et de sa sœur. Celui-ci cachait les yeux de sa jumelle et fut forcé de tout regarder, que ce soit le poignard qui avait traversé sa poitrine ou le sang qui était tombé autour d'eux. Ils restèrent deux heures seuls, attendant, tremblants comme des feuilles que leur père revienne. Lorsqu'il finit par arriver, il les trouva, silencieux, lovés l'un contre l'autre alors qu'ils tentaient d'ignorer ce qu'il se passait autour d'eux. Il fallut longtemps pour qu'ils guérissent de ce traumatisme : si la plus jeune finit, au bout d'une année, pour oublier tout cela, il n'en fut rien pour Ethan. Si il affiche un aussi grand sourire et une pareille joie de vivre, il fait tout de même encore aujourd'hui, régulièrement, de nombreux cauchemars qui le privent de sommeil. Il n'en parle à personne, car il ne veut pas inquiéter ses proches.

Après cet événement, qui se produisit lorsqu'ils avaient dix ans, son père se mura dans un silence lourd, la peine d'avoir perdu les deux femmes de sa vie à cause de ses erreurs trop grande pour lui. A cause de sa douleur et de la dépression qui l'avait pris, ils furent envoyés chez leur grand-mère maternelle, à Doublonville. Celle-ci, après des années sans savoir ce qui était arrivé à ses petits-enfants, accepta avec plaisir d s'occuper d'eux. Cela peut paraître cruel, mais ce n'est qu'après cet événement qu'ils purent s'épanouir et vivre une vie normale, sans cette aura de haine et de secrets autour d'eux. Personne dans leur village natal ne surent ce qui était arrivé aux enfants, la rumeur voudrait « qu'ils aient été envoyés en orphelinat », du moins ce fut que leur père raconta lorsqu'on lui posait des questions. Depuis ce jour, ni Ethan, ni sa sœur ne reçurent de nouvelles de leur géniteur.

Ils apprirent, lorsqu’ils furent assez vieux, c'est à dire après leur treizième année, la vérité sur leur naissance. Cette vérité, étrangement, ne les étonna pas tant que ça : ce fut comme si ils le savaient déjà, sans même l'avoir entendue une seule fois. Ils décidèrent de ne plus en parler, conscients qu'il s'agissait d'un sujet tabou auprès de leur grand-mère. Et encore plus étrange, ce fut comme si un poids leur été retiré des épaules : Ethan se mit finalement à devenir moins frêle, sa jumelle devint moins timide et ils progressèrent énormément à l'école.

Lorsqu'ils eurent quatorze ans, ils reçurent tout les deux un pokémon. Ethan, lui, obtint un Héricendre, hérisson de feu qu'il souhaitait avoir depuis bien longtemps. Tout les deux, ils trouvèrent une passion dans ces créatures, le brun plus particulièrement dans l'élevage, ce qui les rapprocha encore davantage. C'est à cause de cela qu'il décida de devenir éleveur, comme l'était sa défunte mère biologique.

Et la vie continua son cours normal : Ethan entreprit ses études avec succès, sans rencontrer de difficultés particulières. Un matin, sa grand-mère lui proposa de se rendre à Alcea Rosea, en vu de ses excellents résultats scolaires et, malgré la douleur que cela provoquait chez lui de se séparer de sa sœur pour un moment, il accepta. La séparation fut dure, mais il en était ainsi. Le voilà donc arrivé ici, un grand sourire sur le visage, espérant de nouvelles expériences et réussir ses études.



Qui se cache derrière ce dresseur ?

Prénom/Pseudo : Terra/Lys/Terralys et beaucoup d'autres.
Âge : 99. J'vous jure votre honneur !
Comment avez-vous découvert ce forum ? : Top-site, je ne sais plus lequel.
Qu'en pensez-vous/Avez-vous déjà des suggestions ? : Hum... Euh, donnez des cookies aux nouveaux :3 ?
Code : [Reborn make my life. - code bon par Nia. Et y a pas de quoi. 8D] Merci, maintenant je vais écouter le générique de la saison 1 8D



Dernière édition par Ethan D. Tanner le Dim 25 Mar 2012 - 18:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Messages : 540
Age : 20

Âge du personnage : 17 ans
Nombre de Badges : Zero

MessageSujet: Re: Ethan D. Tanner # Terminée #   Dim 25 Mar 2012 - 18:08

Bienvenuuuuue ! ♪

... Et waaaaw. J'ai beaucoup beaucoup aimé lire ta fiche. L'histoire est triiiiiste, mais tu écris très bien et le rendu est grave canon. (oui, bon, je parle un peu comme ça, mais j'ai vraiment adoré.)
Enfin, tout est parfait. Le nombre de lignes, le caractère, le physique... All right.
Pour ton groupe, j'ai hésité. Mais au final je te mets chez les Spiraea, c'est ce qui colle le mieux selon moi. En deuxième pokémon, je te donne un Tarsal, piou !

N'oublie pas de créer ta fiche de liens, de réserver ton avatar, et amuse-toi bien iciii ! ♥

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ethan D. Tanner # Terminée #

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La seconde et courte vie de Bree Tanner
» [CASTLE] Si Loin de Toi (terminée)
» Offre terminée.
» Les cycles ou séries que vous avez terminé
» Bon anniversaire à Ethan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alcea Rosea ♣ :: Commencer une nouvelle partie :: Présentations :: Anciennes fiches-