AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Que le monde est petit. [Noah Astaran & Camille Jaegan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Masculin
Messages : 165
Âge du personnage : 18 ans.
Nombre de Badges : Aucun.

MessageSujet: Que le monde est petit. [Noah Astaran & Camille Jaegan]   Jeu 10 Jan 2013 - 23:54

Nous y voici enfin. Alcea Rosea. Un nouveau jour se lève sur notre histoire.

Je sens des regards intrigués se poser sur moi lors de mon passage, mais je n'y prête guère attention ; pas plus qu'aux murmures ou aux quelques moqueries. Peu m'importe, encore moins aujourd'hui que le reste du temps. Car je sais que mon apparence surprend, je sais que mes vêtements paraissent quelques peu anachroniques & que mes cheveux longs attachés par un ruban sombre prêtent à rire pour les gens 'normaux', je sais qu'il n'est pas commun de voir quelqu'un porter une épée à sa ceinture à notre époque. Peu m'importe, les gens pensent ce qu'ils veulent, je ne cherche même plus à les écouter, & ce depuis bien longtemps.

& aujourd'hui plus qu'aucun autre jour, je n'y prêterai aucune attention ; car aujourd'hui j'ai atteint la première part de mes objectifs. Je suis à Alcea Rosea. L'académie qui me permettra de retrouver rapidement un niveau convenable, où se trouve une amie que je sais désormais être de ma famille, & où je pourrai peut-être espérer atteindre mes autres objectifs. Ceux auxquels je refuse même de penser pour le moment, de crainte de m'effondrer devant la douleur des inévitables déceptions passées & à venir. Je ne me sens pas d'y songer maintenant, pas alors que mon cœur est relativement léger d'avoir atteint un premier but. &.. Non, c'est déjà trop. Penser à autre chose.

Ma main se lève d'elle-même, pour aller caresser d'un geste distrait le petit Gobou confortablement installé sur mon épaule ; sa place favorite. Mon regard détaille l'environnement qui va être le mien pour sans doute quelques années, méthode bête mais efficace pour concentrer mon esprit sur l'instant présent. Très vite, le Tylton que je viens de capturer se porte dans mon champ de vision, voletant autour de mon Medhyèna & se mettant vivement hors de portée chaque fois que, joueur, le petit loup bondit vers lui. Ce début d'entente entre deux pokémons qui pourtant viennent de s'affronter me fait sourire légèrement, & achève de détourner mes pensées du passé.

Pourtant aussi vite qu'il est apparu, ce sourire s'évapore lorsque par hasard mon regard tombe dans un océan d'émeraude. Deux iris que je reconnaîtrai entre tous, dont j'ai tant rêvé, dans lesquels je me noie sans prendre gare, inconscient que tout mon corps s'est figé à cette simple vue. Ces yeux, ce visage que je n'espérai plus revoir de sitôt, cet objectif si rude à atteindre qui me tombe dessus comme un cadeau. Je n'ose pas même y croire. & pourtant, cela semble si réel.. Comme un rêve éveillé. Elle est là, à quelques pas de moi, immobilisée par une surprise identique à la mienne. Elle est là, l'air inexpressif, soutenant mon regard.

Le Gobou sembla revenir à lui le premier, & aussitôt il quitta l'épaule de son dresseur avec un petit cri de joie pour courir vers la Galifeu qui accompagnait la jeune femme. Il l'avait reconnue au premier coup d'œil malgré les deux longues années qui ont passé, malgré qu'elle ait évolué. C'était elle, sa compagne de jeu depuis toujours, sa meilleure amie. Sans hésiter, il bondit dans ses bras, la faisant revenir à la réalité à son tour, & elle poussa à son tour une petite exclamation heureuse en le serrant contre elle.
Elle réagit la première, s'avançant vers moi d'un pas hésitant, sans que nos yeux ne se lâchent. & subitement, sans crier gare les barrières s'effondrent. Son masque de glace vole en éclats, alors qu'elle vient enfouir son visage contre mon torse, agrippant ma chemise comme si sa vie en dépendait, secouée de sanglots silencieux. & je referme mes bras autour d'elle, quelques larmes émues m'échappent sans que je ne cherche à les retenir tandis qu'enfin je réalise que cela est bien réel. Elle est bien là, ce n'est pas un rêve. Je l'ai retrouvée, avant même d'avoir commencé à la chercher.

- Tu es revenu.. murmure-t-elle sans cesse, si bas que c'est à peine si je l'entends.
- Chht.. C'est fini petite sœur, le cauchemar est terminé désormais..

Ma voix est serrée, chuchotement lointain que je reconnais à peine ; mais qu'importe? Quelques instants passent ainsi, avant que Camille n'essuie d'un revers de manche ses quelques larmes, & relève le visage vers moi. Souriant très, très légèrement. Avant de se tourner vers le lieu où elle m'est apparue, vers un jeune homme blond dont elle semble soudain se rappeler la présence & qu'elle invite à nous rejoindre par ce simple geste.

Ce n'est qu'à cet instant que je m'aperçois qu'Océan a quitté mon épaule, & que je vois où il se trouve désormais ; près du garçon en question, blotti contre une Galifeu que je devine être Flamme, & ce sous le regard surpris de quelques autres pokémons, dont Romulus & Soprano. Quel drôle de tableau nous devons former tout de même. J'adresse alors un petit sourire d'excuse à celui qui accompagnait ma sœur, un ami sans doute -bien que cela m'étonne légèrement-, & qui comme nos créatures est sans doute légèrement dépassé par la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcissus
avatar
Noah S. Astaran
Narcissus

Féminin
Messages : 769
Age : 25

Âge du personnage : 18 ans
Nombre de Badges : /

MessageSujet: Re: Que le monde est petit. [Noah Astaran & Camille Jaegan]   Ven 11 Jan 2013 - 1:12


TWO PATHS COMING BACK TOGETHER
ft. Lazare & Camille Jaegan

J'ai pris ma décision. Je ne reviens plus en arrière. J'ai pris ma décision et je suis prêt à l'assumer. J'en ai assez de souffrir. J'en ai assez de me laisser aller dans les griffes des rapaces. De m'écorcher vif. J'en ai marre de me lamenter, de tourner en rond les mêmes idées. L'horloge. Combien d'heures j'ai consacré à y ressasser inlassablement le fruit de mon orgueil? Je l'ai tourné et retourné au fond de ma cage thoracique en espérant finir comme je l'avais prévu au commencement de toute chose. On ne peut pas toujours devenir ce que l'on souhaite. Surtout quand on ne respecte pas sa nature-même. La nature même de mon être. La curiosité de tous. L'amour des gens. L'oeil vif. La passion des Pokémon. Je ne suis pas fait pour détruire et pour vaincre. Je préfère construire. Bâtir un avenir, changer les choses, apprendre et bouger. J'aime combattre. J'aime l'excitation. Les feux d'artifice qui se produisent au creux de mon estomac. Le coeur qui s'ébat comme un fou. La sueur froide au front ou qui glisse sur la nuque. Prendre les rennes, se surpasser. J'adore. Par contre, l'adversité, en trop grande dose, me tue à petit feu. Alors je rage. Je me referme. J'étouffe. Je dois voir. Je dois découvrir. Je tournais en rond, ces derniers temps. Voilà pourquoi j'avais autant envie de partir. Puis, une voix s'est manifestée et m'a montré le chemin, mais j'ai fait la sourde oreille. Je me suis replié dans mon château, j'ai dédaigné la vérité. À présent, j'y suis confronté. Je la porte dans mes mains qui se tendent comme deux coupes. Je veux m'abreuver de cette vérité qui me coule entre les doigts. Parce que j'ai pris ma décision. Un sentiment d'euphorie m'habite depuis. Quel sot j'ai été de croire que la force ne se trouvait que d'une seule façon! Plusieurs ont tenté de me faire comprendre. À présent, la honte m'a quitté. Parce que je me suis accepté. Pleinement. Je me redécouvre. Comme je me sens bien. Plein. Et libre.

Ce matin-là, je n'ai pas de cours. J'ai donné rendez-vous à Camille dans peu de temps à l'allée principale. J'ai envie d'aller me promener près des gares sur l'eau car je désire lui apprendre la nouvelle avant d'entreprendre les démarches nécessaires. J'en ai déjà parlé à mon équipe. Ils semblaient tous emballés pour moi, mais tout de même un peu inquiets. Les pauvres prirent peur que j'abandonne l'entraînement. Je les ai rassuré en leur affirmant que rien n'allait changer autre que mon domaine d'étude. Je continuerais à capturer et combattre avec des Pokémon. Car telle était ma passion. Mais pas ma voie. Je sais d'ores et déjà que la jeune fille me reprochera d'avoir pris autant de temps à me décider, mais je m'en fiche. Elle aura bien raison, encore une fois. Hilare, je me sauve de ma chambre et parcoure le chemin jusqu'aux gares en compagnie d'Elias et de Nuki, qui peinent à courir au même rythme que moi. Gamin, je leur propose une course jusque là-bas. Je finis par perdre aux pattes de mon Galifeu, mais je m'en soucie peu. Je viens d'apercevoir ma bonne amie et je m'approche sans tarder d'elle. Elle est entourée de ses fidèles alliés, Martial le Ptitard et Flamme la Galifeu. Elias tique en l'apercevant et s'empresse d'aller la saluer. Depuis leur évolution à tous deux, le mâle du duo porte encore plus d'intérêt à Flamme. Je trouve sa réaction plutôt comique car je n'ai pas l'habitude de le voir timide. Je lui octroie un petit coup de coude dans le bras et lui offre un petit clin d'oeil taquin. L'oiseau guerrier me lance un regard irrité et gêné avant de suivre la femelle qui mène la marche.

«Salut Camille. Tu vas bien?»

Je me mets à cause de tout et de rien à mon amie, impatient de lui révéler la grande nouvelle. Ce moment n'arrive pas cependant car un Gobou, mignon comme tout, atterri soudainement dans les bras de Flamme. Je m'arrête net sur les planches des quais, intrigué par cette scène qui devrait être émouvante. Les deux Pokémon se serrent avec tant de force qu'ils menacent de se briser. Comme s'ils ne s'étaient pas vus depuis des siècles. À qui appartenait donc cette petite bouille adorable? Lorsque je voulus interroger Camille, je la trouvai figée, à fixer un dresseur, tout près, que je n'avais pas entendu arriver. Celui de Gobou probablement. J'observe le garçon en question avec intérêt. Car... c'est Camille qui se tient devant moi. Ces mêmes traits. Mêmes mimiques. Cette même tristesse dans le regard. Les deux sosies se jettent avec la même force que leurs Pokémon dans les bras l'un de l'autre. Je suis la scène sans rien dire. Je ne comprends pas ce qui se passe devant mes yeux abasourdis. Je laisse la peine de Camille se déverser sur cet inconnu. Ils tremblent. Ils s'enlacent. Ils pleurent. Qui sont-ils? Pourquoi suis-je en train de les regarder? J'ai l'impression de briser un sceau sacré. Je ne peux pas partir non plus. Je suis figé sur place, en témoin prisonnier de la scène. Je vois la joie dans les yeux émeraude de Camille. Et de l'émotion. Cette même émotion qui l'a mis en rage, cette journée-là, à la clairière. Serait-ce...? Impossible. Il a disparu. Mais... On dit que rien ne se perd et rien ne se créé. Camille aurait-elle retrouvé Lazare? Cois devant cette révélation trop difficile à avaler, j'entre-aperçois les vestiges du passé de ma complice à travers ces chaudes retrouvailles. Vais-je enfin en savoir plus sur elle? Cette peine qui la prévient de s'épanouir et s'étendre vers le reste du monde vient-elle de disparaître à tout jamais? Nuki vient s'accrocher à ma jambe, incertain. Je le prends dans mes bras avant de me rendre compte que les deux jumeaux ont les yeux rivés vers moi. Un peu intimidé, je souris à Lazare. Tant de questions se bousculent dans ma tête. Mais je me contente tout simplement d'un:

«Lazare...? Serait-ce possible?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Messages : 391
Âge du personnage : 18 hivers.
Nombre de Badges : Pas encore.

MessageSujet: Re: Que le monde est petit. [Noah Astaran & Camille Jaegan]   Ven 11 Jan 2013 - 2:27

Quand Noah m'a donné rendez-vous ce matin-là, je me suis attendue à beaucoup de choses, en bonne prévoyante que je suis. Une décision ou une autre de sa part, de nouvelles confidences, une proposition d'entraînement commun, un combat éclatant juste à côté pour détourner notre attention, un enseignant pour nous interrompre.. Oui, quand j'ai changé mes plans pour le rejoindre aux gares plutôt que d'aller aux tunnels, je me suis attendue à nombre de scénarios différents. Mais jamais, non jamais je n'aurais pu imaginer cela.

& pourtant, contre toute vraisemblance, c'est bien dans les bras de mon frère que je me trouve. Lazare, mon cher Lazare, celui pour qui je m'entraîne inlassablement & si rudement depuis deux ans, celui que j'avais juré de retrouver & venger quoiqu'il m'en coûte. Il est revenu, il a échappé à ses ravisseurs & nous nous sommes retrouvés par le plus grand des hasards. Mon frère, mon jumeau est enfin près de moi, & une éclaircie se fait doucement dans les ténèbres de mon existence, brisant d'un coup toute cette rage rentrée, cette pression infâme & cette souffrance innommable. Mon soleil m'est revenu, & je commence à recouvrer lentement la vue. Oh, si c'est un rêve, par pitié ne me réveillez jamais.

Mon regard se pose sur Noah au bout de quelques instants, une fois les larmes séchées & le rêve admis comme réalité. La puissance de ces retrouvailles tant espérées durant si longtemps avait presque totalement occulté la présence de mon ami, & c'est une œillade légèrement gênée que je lui adresse tandis qu'il se penche pour saisir son petit dragon, l'air visiblement aussi troublé que moi par cette apparition. & les quelques mots qu'il prononce lorsqu'il s'aperçoit des regards de mon frère & moi-même sur lui, me confirme qu'il a bien fait le lien avec cet aveu étrangement donné quelques temps plus tôt.

Je reporte alors mes yeux sur mon double, pour voir les siens s'emplir d'étonnement en voyant son nom connu. Évidemment, il ne s'attendait pas plus que moi à ce que j'ai pu être capable de parler de lui ; il me connaît trop bien pour ignorer que la souffrance ferma mon cœur & mes paroles. Bientôt, un léger sourire fier se dessine sur ses lèvres, & il hoche la tête doucement. J'en profite pour le détailler rapidement, intérieurement encore inquiète, pour constater avec soulagement qu'il semble entier & bien portant, en plus d'avoir pris quelques centimètres, & d'irradier d'un bonheur identique au mien. Je crois que rien ne pourrait me rendre plus heureuse qu'en cet instant, où je me redécouvre en redécouvrant ce sentiment qu'est la joie la plus pure. Un torrent d'émotions coule en moi & pétille dans mes yeux devenus expressifs, & pour une fois il ne s'agit pas de flots contradictoires.

Un grondement finit par retentir quelques secondes après que Noah ait parlé, interrompant ma contemplation, & je remarque alors le Medhyèna qui se trouve entre lui & nous. Méfiant, effrayé, celui-ci vient sans doute de se remettre plus ou moins de ses émotions, il ne semble d'ailleurs plus savoir réellement où donner de la tête, & grogne en nous dévisageant l'un après l'autre, mon ami & moi-même.

- Suffit, Romulus.

L'interpellé lance alors une œillade à mon frère qui vient de le reprendre, avant de s'éloigner d'un air boudeur ; visiblement vexé d'avoir été ainsi rappelé à l'ordre. Je vois alors Lazare hausser un sourcil, & se désintéresser du râleur pour reporter son attention sur mon ami. Toute surprise est passée, seul reste un sourire doux & un regard heureux.

- En effet, je suis Lazare, le jumeau de Camille. À qui ai-je l'honneur?

Le Tylton, remis lui aussi, voletait joyeusement autour du duo s'étreignant encore, du Ptitard & du second Galifeu, les dévisageant tous d'un air curieux. Il poussa un petit cri chantant, avant de donner un coup de bec joueur au têtard bleuté, qui répondit en lui envoyant un coup de queue aisément esquivé, avant de se mettre à poursuivre le petit oiseau avec enthousiasme.
Dans le même temps, Flamme & Océan s'étale légèrement écartés, & le Gobou avait alors bondit sur l'épaule de sa comparse, pour aller presser sa joue contre la sienne, l'air bienheureux, & la jeune Galifeu esquissa une mimique tendre, son regard pétillant du bonheur d'avoir retrouvé celui qu'elle considérait comme un frère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcissus
avatar
Noah S. Astaran
Narcissus

Féminin
Messages : 769
Age : 25

Âge du personnage : 18 ans
Nombre de Badges : /

MessageSujet: Re: Que le monde est petit. [Noah Astaran & Camille Jaegan]   Sam 12 Jan 2013 - 20:52


TWO PATHS COMING BACK TOGETHER
ft. Lazare & Camille Jaegan

Trop d'information à la fois. Laissez-moi un moment pour récupérer. Moi qui attend depuis notre rencontre d'en savoir un peu plus sur ma tendre amie, me voilà servi. Comment jongler avec tout cela alors que des milliers de questions me traversent? Je scrute le visage de mon amie. Jamais elle ne m'a semblé aussi féminine, aussi complète, mais aussi vulnérable qu'en ce moment même, dans les bras de son frère bien-aimé. Je n'ose pas m'approcher, ni m'en aller. Ils se retournent vers moi, et je ne sais toujours pas quoi dire. Leurs regards remplis de larmes me pèsent et soudain, j'en viens à regretter ma propre soeur. Saranna. Où se trouve-t-elle en ce moment? Quelque part à Volucité, dans les boutiques avec ses copines. Et la carte de crédit dans la main. Pourquoi n'avons-nous jamais trouvé la force de nous entendre? Se faire complice l'un de l'autre plutôt que de s'arracher la tête sans cesse? Je jalouse un peu le duo devant moi. Même si Sara et moi avions essayé, jamais nous n'aurions pu être aussi proche que ces deux-là. Ils respirent de la même façon. Se mouvoient avec la même rigidité fluide. Certes, Lazare est plus grand, mieux bâti. Ses cheveux sont bruns et ses yeux bleus. Mais tout le reste... identique. Une différence me saute aux yeux, cependant. Leur souffrance diffère. Je trouve que le frère a l'air fatigué, comme s'il portait sur ses épaules le poids d'une vie difficile, parsemée d'embûches. Chez Camille, c'est plutôt la vengeance amère qui semble régner. Lazare se tient bien droit, il a l'air plus ouvert et a le sourire bien plus facile. Sa douce assurance me plaît, et l'affection que lui portent ses Pokémon m'attire vers lui. Mais d'avantage, il est le frère de ma soeur. Et donc mon frère, quelque part.

Je m'approche des deux, craignant un peu de briser leur moment. Leurs joues rosées et la joie qui se dégage d'eux ne manque pas de m'atteindre et je laisse aussitôt mes doutes de côté. L'émotion me prend à la gorge et un grand sourire se peint sur mon visage. Nuki se laisse emporter, lui aussi. Il jette un «Couuuupe!» heureux. Son oeil louche sur le Tylton qui volète autour de nous. Il aura bientôt envie de quitter mes bras pour se lancer dans un jeu avec le petit oiseau, mais pour l'instant, il se laisse porter tranquillement. Arrivé à la hauteur des jumeaux, je me présente:

«Je suis Noah Astaran, de la maison Narcissus. Et un ami de Camille. Ravi de te rencontrer, mec.»

Je serre sa main, histoire de sceller cette rencontre comme il se doit. J'aime bien sa poigne. Je suis heureux de voir qu'il semble me faire plutôt confiance déjà. Moi, j'ai hâte d'en apprendre un peu plus à son sujet. Un cliquetis me fait soudain me retourner. Mon Galifeu est en train de piétiner les planches du quai, l'air furieux. Il ne semble pas apprécier du tout l'affection de Flamme pour le petit Gobou de Lazare. Jaloux, hein? Cette Flamme a décidément le don de ressortir le côté le plus vulnérable de mon allié. Je soupire un peu en le voyant rager ainsi. Puis je reporte mon attention sur les jumeaux.

«Bienvenue à Alcea Rosea au fait. J'imagine que tu viens tout juste de capturer ton Tylton ou ton Medhyena? C'est fort. Et ça fait différent de Camille!»

Petite pointe amicale vers la jeune fille, qui passe ses journées à chercher son Griknot, dans les tunnels de la montagne. Je m'attends à une claque, mais je m'en fiche. Le bonheur des deux m'inonde et je me sens privilégié d'assister à de telles retrouvailles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Messages : 165
Âge du personnage : 18 ans.
Nombre de Badges : Aucun.

MessageSujet: Re: Que le monde est petit. [Noah Astaran & Camille Jaegan]   Lun 14 Jan 2013 - 18:57

Le jeune homme finit par s'approcher & nous rejoindre, tandis que ma sœur s'écarte de moi pour pouvoir lui faire face sans se tordre ; pour autant elle ne s'éloigne pas vraiment, elle reste tout près, quasiment épaule contre épaule comme pour garder un simulacre de contact physique. Sans doute partage-t-elle plus ou moins la même inquiétude que moi, que l'éloignement ne la fasse disparaitre de nouveau, sans doute a-t-elle autant besoin que moi de me sentir près d'elle pour réaliser petit à petit, que ceci est bien réel. Je souris légèrement à ces pensées, tandis que Noah se présente, & c'est avec plaisir que je serre la main qu'il me tend. L'ami de ma sœur ; il doit s'agir de quelqu'un d'exceptionnel s'il a su l'approcher durant cette période que je devine aussi sombre pour elle que pour moi.

Un son inattendu attire alors nos trois regards, un cliquetis produit par un second Galifeu qui piétine rageusement sur le quai en fusillant Océan du regard. L'amusement me saisit, lorsque je comprends quel genre de pensée a pu traverser la tête du pokémon feu, & dans quel état d'esprit il doit se trouver. Noah quant à lui, soupire à cette vision avant de reporter son attention sur nous & de continuer. Complimentant la présence d'un troisième pokémon dans mon équipe, tout en lançant une pique à ma jumelle dont le regard s'illumine d'une étincelle amusée & agacée à la fois. Je crains de comprendre ; la connaissant elle doit s'acharner sur le même pokémon depuis un moment, & n'a certainement pas capturé grand chose d'autre.

- Acharnée & fière de l'être, cher ami. Je n'en serai que plus satisfaite le jour où je trouverai.
- Je te reconnais bien là, petite sœur. ris-je doucement, avant de répondre à mon tour au blond. Bonne déduction, je viens tout juste de capturer Soprano, mon Tylton, en me rendant ici. & Romulus est le pokémon offert par l'école à l'inscription.

Ce dernier boude toujours à quelques pas d'ailleurs, si bien que les autres pokémons n'ont pas encore tenté de l'approcher. Baah, il vaut sans doute mieux, il se calmera plus vite si on l'ignore. Mon regard se reporte sur le petit oiseau, qui s'est écarté du groupe en entraînant le Ptitard qui le poursuit encore, tous deux d'humeur joueuse. Je m'intéresse alors au Coupenotte dans les bras de Noah, qui les suit des yeux d'un air quelques peu envieux. Je suis sûr que Soprano ne verrait absolument pas d'un mauvais œil d'avoir un nouveau camarade de jeu ; cette petite boule de plumes cotonneuses me semble d'un naturel très social & enthousiaste. Mon regard dérive alors brièvement vers le Galifeu jaloux, pour constater qu'il continue de piétiner avec la même rage ces pauvres planches. Enfin, je me tourne de nouveau vers Camille & Noah, avec un petit sourire amusé.

- En tout cas, ton Galifeu m'a l'air bien nerveux.. dis-je au second, malicieux. Un détail me revient alors à l'esprit, & je reprends plus sérieusement. Quant à cette histoire de maisons, je n'y connais pas encore grand chose, hors du fait que la mienne est Menthae.

J'interroge alors ma sœur du regard, & ne peux que sourire en voyant une étincelle de joie & de satisfaction passer dans ses yeux ; ainsi, nous sommes au même endroit à ce niveau-là aussi. Si cela est un rêve, il ne pourrait pas être plus beau. Retrouver ma sœur, & vivre avec elle de nouveau. Comme cela m'avait manqué.

Le Gobou toujours sur son épaule, Flamme se dirigea finalement vers Elias, dans l'intention évidente de lui présenter Océan. Mais elle se figea dans son élan en voyant l'air rageur de l'autre Galifeu. Intriguée, voire inquiétée, elle s'approcha plus prudemment en penchant légèrement la tête sur le côté, avec "Gali?" interrogatif, s'interrogeant visiblement sur ce qui n'allait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcissus
avatar
Noah S. Astaran
Narcissus

Féminin
Messages : 769
Age : 25

Âge du personnage : 18 ans
Nombre de Badges : /

MessageSujet: Re: Que le monde est petit. [Noah Astaran & Camille Jaegan]   Lun 14 Jan 2013 - 23:48


TWO PATHS COMING BACK TOGETHER
ft. Lazare & Camille Jaegan

Lazare me plaît décidément. Il fait si différent après la froideur de Camille! Lors de notre rencontre, elle voulait me faire fuir de toutes les façons possibles. Mais je me suis acharné, et puis ma bonne nature a du l'affecter dans un certain sens. Les yeux de son jumeau brillent d'un certain respect, un respect qui est tout à fait réciproque. Il doit se demander comment j'ai fait pour m'approcher de sa soeur. Je l'ignore toujours. J'espère simplement que maintenant qu'il est là, que je l'entendrai rire d'avantage et s'épanouir dans un meilleur sens. Son frère revenu, j'essaierai d'en apprendre un peu plus sur leur passé. De ce que je peux comprendre, Lazare possède les mêmes goûts vestimentaires étranges que Camille. Il me faudra le prendre à part et tenter d'obtenir des confidences, mais j'attendrai d'abord que les deux se soient pleinement retrouvé. J'ai attendu presque deux ans pour en apprendre plus sur la blondinette, je pourrai bien attendre encore un mois ou deux. Peut-être ma complice viendra-t-elle même elle-même m'en parler? Qui sait. D'une façon ou d'une autre, elle sait que ma porte lui est toujours ouverte. Lazare confirme mes dires, me sortant de ses pensées. Je n'ai pas compris ce que vient de dire Camille, mais son air mi-boudeur m'indique qu'elle a bien saisi cette pique à son endroit et qu'elle ne s'en ai pas trop sentie irritée. J'admire la dextérité du jeune homme. Si j'agace un peu mon amie, moi-même ai pris un temps fou avant de capturer mon premier Pokémon sur ce campus. Elias, d'ailleurs, attire l'attention de mes deux interlocuteurs, ce qui provoque ma gêne. J'aurais aimé qu'ils ne portent pas attention aux déboires intérieurs de mon Galifeu. Le pauvre en a déjà assez sur les épaules comme ça!

«Une bonne équipe tout ça. J'aime beaucoup Tylton. Il fait un formidable compagnon. Et pas expérience, je peux te dire que les Pokémon canins comme ton Romulus deviennent très fidèles, comme mon Ponchien.»

Ce dernier ne se trouvait pas avec moi dans le moment. Il était resté avec Maybelle et les deux avaient prévu une balade dans le coin de la forêt. Je n'avais qu'à penser au Malosse d'Hestia, sa droiture et son obéissance parfaite envers sa maîtresse. Le Medhyène de Lazare semblait un peu boudeur. Il n'était pas encore habitué à son dresseur. Je pouvais voir qu'il cherchait son approbation, alors qu'il le fuyait un peu dans un même temps. Le jeune homme devrait utiliser sa patience s'il souhaitait faire fonctionner cette relation. Nuki, remarquant pour la première fois le canidé, sauta dans mes bras afin de se diriger vers lui. Il lui lance un petit salut joyeux avant de lui tendre la patte. J'ignore si la bonne humeur chronique de mon Coupenotte aura raison du Medhyèna, mais je n'ose pas intervenir, curieux de voir ce qui va se produire. Lazare me fait alors remarquer que Elias semble bien nerveux. Je me retourne un peu vers le grand oiseau avant de me gratter le derrière de la tête.

«Oui... disons qu'il a un faible pour Flamme et que là... il est jaloux quoi...» je fais à mi-voix afin de ne pas attirer l'attention de mon Pokémon

Aucune chance. Flamme s'approche de lui, curieuse, et lui tend le Gobou, afin de lui présenter. Le mâle croise ses bras sur sa poitrine, et crache un mince filet de feu vers le sol.

«Allons Elias, salue donc ce Gobou puisque Flamme te le présente!»

Rappelé à l'ordre, le Galifeu me jete un regard plein de douleur avant de jeter un «Gaaal'» vers le petit Gobou. Pendant ce temps, j'apprend que Lazare fait partie de Menthae. Je suis ravi pour ces deux-là qui semblent plus qu'heureux de se retrouver dans la même maison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Messages : 391
Âge du personnage : 18 hivers.
Nombre de Badges : Pas encore.

MessageSujet: Re: Que le monde est petit. [Noah Astaran & Camille Jaegan]   Mar 15 Jan 2013 - 15:07

J'approuve les dires de Noah quant à l'équipe de mon frère. C'est un bon début, & puis un début constitué uniquement de pokémons originaires de la région où nous avons grandi. De plus, je me doute que la capture de Soprano a dû lui procurer grande satisfaction, lui qui aimait tant aller à l'arène de Cimetronelle pour voir voler & dessiner l'Altaria de la championne. Cet oiseau était un de ses modèles préférés, & il avait bien compris l'admiration de Lazare pour lui, aussi descendait-il parfois pour le voir sans forcément que sa dresseuse ne le lui demande. Je suis heureuse de le revoir & de l'avoir dans la même maison que moi, heureuse de constater qu'il aime toujours autant ce pokémon & qu'il ait pu en capturer un si vite.

Nuki attire alors mon regard en quittant les bras de son dresseur d'un bond, pour se diriger vers le Medhyèna boudeur d'un air aussi joyeux & avenant que d'habitude, lui tendant une patte. Romulus lui lance alors un regard semblant méfiant, ayant un mouvement de recul en voyant cette patte amie se tendre vers lui. Ses crocs se découvrent légèrement en un léger grondement, tandis que la curiosité semble l'emporter & qu'il se rapproche légèrement pour renifler prudemment les petits doigts du dragon, les oreilles rabattues vers l'arrière. Il n'a pas l'air d'avoir un caractère facile, mais au moins semble-t-il quelque peu sensible à la sympathie du Coupenotte.

- J'avais cru comprendre..

La voix redevenue malicieuse de mon frère ramène mon attention vers les deux garçons. Je souris en coin, amusée, en comprenant à quoi il répond. Car je suis sans doute la seule, avec Martial, à voir le trouble de Flamme lorsque nous sommes seuls & qu'elle repense à ses journées, à voir l'importance que cet autre Galifeu a pris peu à peu pour notre amie. Car en dehors, plus timide qu'elle n'en a l'air, elle n'a absolument pas changé d'attitude avec lui, craignant de briser leur entente. D'une certaine façon, elle est aveuglée, ne voit pas l'attention plus visible que lui porte également Elias alors que lui est bien moins discret. Même si au final, son attitude change un peu quand même, pas envers lui certes mais envers les autres ; après tout, elle n'a pas songé un seul instant à Martial ou à Nuki ce matin, ce n'est pas vers eux qu'elle s'est dirigée avec Océan, ce n'est sans doute pas d'eux qu'elle lui a parlé à voix basse alors qu'ils se retrouvaient. Mais cela, l'autre Galifeu n'a pas l'air de l'avoir réalisé.

- Attend qu'il comprenne le véritable lien qui unit Flamme & Océan.. murmure-je doucement, amusée par cette situation que je suis peut-être seule à saisir entièrement.

& mon frère sourit à cette phrase mystérieuse pour tout autre. S'il n'a pas été là pour voir les troubles de mon amie, il sait de quoi je veux parler, car comme moi il connait les conditions de leur capture. & l'air de rien, il passe sur ce murmure en revenant aux premières paroles de Noah, détournant ainsi nos regards & pensées du trio pokémon afin de leur laisser de l'intimité.

- Romulus est déjà pas mal fidèle, pour un pokémon tout juste obtenu, & pour un Medhyèna c'est signe qu'il m'a admis comme dresseur. J'ai juste l'impression qu'il n'a pas un caractère facile.

Flamme regardait Elias, l'air dépité & malheureux. Son dédain & sa colère lui faisaient mal, elle ne comprenait pas les raisons de telle réaction. & à côté de ça, le petit Gobou passait les yeux de l'un à l'autre, perdu. Au bout de quelques instants il sembla comprendre quelque chose, son visage se détendit alors en une expression apaisante, & calmement, il termina lui-même les présentations. Il s'appelait Océan, & Flamme était sa demi-sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcissus
avatar
Noah S. Astaran
Narcissus

Féminin
Messages : 769
Age : 25

Âge du personnage : 18 ans
Nombre de Badges : /

MessageSujet: Re: Que le monde est petit. [Noah Astaran & Camille Jaegan]   Mer 16 Jan 2013 - 17:16


TWO PATHS COMING BACK TOGETHER
ft. Lazare & Camille Jaegan

Parler de Pokémon. Une valeur sûre. Malgré le fait que nous venons à peine de nous rencontrer, Lazare et moi arrivons à discuter comme deux vieux potes. Il faut dire qu'il irradie littéralement de bonheur. Difficile de ne pas se sentir à l'aise dans un tel cas. Pendant que je lui parle un peu de mon Ponchien, mon Coupenotte ne se départit pas de sa bonne humeur et trouve un petit morceau de bois qui traîne. Il l'agite devant le nez de Romulus en sautillant d'un pied à l'autre. Joueur, il a envie que le Medhyèna le poursuite, car il souhaite probablement tester la vitesse du quadrupède. Je n'ai jamais connu un Pokémon aussi sensible à ce qui l'entoure, aussi ouvert et sympathique envers ses semblables. Il ne rejette jamais personne. Il aime jouer, et s'amuser. Il est si empreint d'enfance qu'il devient insupportable pour quiconque cherche à vieillir. Ce n'est pas mon cas. Nous sommes donc destinés à nous entendre. Camille glisse soudain une phrase qui attire mon attention. Le lien qui unit Flamme et Océan? Les deux sont quoi? Mariés? Les deux jumeaux échangent un regard plein de malice. Je décide de laisser passer cette phrase plein de mystère avec un haussement d'épaule. J'en saurai bien un peu plus un jour ou l'autre. D'ailleurs, le Galifeu s'est finalement ressaisi après que l'élue de son coeur lui ai soufflé quelques mots. Je me demande bien ce qu'elle a pu lui raconter, mais se dernier, visiblement gêné, se confond en excuse. Il a l'air troublé de sa propre attitude. Soudain, il se redresse bien droit et sourit comme à son habitude. Serait-ce possible que le Gobou et la Galifeu soient... frère et soeur? Comme Camille et Lazare? Si tel est le cas, alors je comprends totalement leur réaction émotive alors qu'ils se sont retrouvés.

«Demi-frère et demi-soeur?» je tentai.

J'avais bel et bien compris. Ravi de me savoir pas si idiot, je souris. Voilà qui écartait la compétition pour mon bon ami, qui se reprend en étant des plus sympathiques avec le Gobou. Je lui lance un regard approbateur et lui fait même un petit signe positif avec mon pouce. Il doit apprendre à gérer sa jalousie, le pauvre, s'il ne veut pas vendre la mèche ou se couvrir encore plus de ridicule qu'en ce jour. Heureux de voir tout le monde s'entendre, je lâche un soupir rassuré et me retourne vers Camille. Je réalise alors que je ne lui ai toujours pas confié la raison de notre rencontre, ici, sur les planches l'allée principale. Je piétine un peu le sol à mon tour, et mon soudian malaise attire l'attention de Lazare et sa soeur. Leurs regards interrogatifs me poussent à parler sans plus les faire attendre.

«En fait, Lazare, je prenais ta soeur ici ce matin pour une raison particulière.»

Je me retournai vers Camille, tout en gardant un oeil sur le jeune homme.

«Camille m'a conseillé à maintes reprises sur un sujet de la haute importance, mais j'ai été trop sot pour vouloir entendre raison. Je devrais le savoir, pourtant, elle n'a jamais tort.»

Je me retourne vers Camille et lui sourit.

«J'en suis finalement venu à une décision, Camille. Je change de filière. Je suis sûr de mon coup à présent. Ma voie se trouve parmi les Connaisseurs.»

Sur ce je respire profondément. Comme cela fait du bien! L'euphorie qui m'avait prise au matin me reprend et c'est d'un regard rempli d'étoiles que je les observe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Messages : 165
Âge du personnage : 18 ans.
Nombre de Badges : Aucun.

MessageSujet: Re: Que le monde est petit. [Noah Astaran & Camille Jaegan]   Jeu 17 Jan 2013 - 1:27

Le Medhyèna lança un regard suspicieux & méfiant au bâton que brandissait Nuki juste devant son museau. Au bout de quelques instants, il se ramassa sur lui-même en dévoilant les crocs dans un léger grognement avant de bondir vers le bout de bois. Était-il joueur ou agacé? Lui-même ne le savais sans doute pas vraiment.
Je vois que Noah s'interroge sur ce fameux lien évoqué. Jusqu'à ce que son Galifeu change totalement d'attitude, semblant se confondre en excuses, gêné. Le jeune homme semble alors comprendre, & nous soumet aussitôt son hypothèse. & Camille hoche la tête légèrement en réponse, souriant de nouveau en coin, & son ami lui sourit à son tour.

- Oui, nous pensons qu'ils ont le même père.

En tout cas, il est perspicace. Ce n'était pas forcément simple à deviner, & puis il a saisit toute la subtilité de ce lien sans difficulté. Non frère & sœur, mais demis frère & sœur. Mon propre sourire s'agrandit légèrement. A force de parler avec lui, je commence moi aussi à comprendre. Je commence à voir ce qui a pu toucher Camille malgré tout chez le blond, ce qui a pu permettre à ce dernier de s'imposer comme son ami, & un ami de confiance puisqu'elle a à priori pu évoquer au moins une fois l'origine de sa souffrance devant lui.

Je le vois alors soupirer quelques peu, l'air apaisé, & se tourner vers ma jumelle -s'attirant par la même nos deux regards, interrogatifs-. & il part sur un autre sujet, une annonce qu'il a à faire, non sans m'expliquer rapidement auparavant que cela est la raison de sa présence ici avec ma sœur à l'origine, & il me donne aussi le contexte. Avant de se tourner vraiment vers Camille, annonçant une décision qu'il a fini par prendre après ce qui semble être un long moment & une conversation difficile avec elle, si j'en crois les termes dans lesquels il s'exprime. Un choix qui la fige un instant, lui faisant même oublier de réagir lorsqu'il affirme qu'elle a toujours raison.

Un instant seulement, avant qu'elle ne réalise ces paroles & leur portée. Son regard se met alors à briller un peu plus, si c'est possible. Je pense qu'elle ne saurait être plus heureuse, cela doit lui changer je suppose. & sa joie visible m'entraîne invariablement, mes propres yeux doivent sans doute pétiller joliment aussi. Comme moi, elle ne devait plus être habituée à tant de bonheur, comme moi ça doit lui paraître à la fois étrange tant c'est inattendu, & merveilleux tant ça fait du bien.

- Je suis heureuse que tu ais fini par le comprendre, heureuse de l'entendre Noah. Je suis certaine que tu seras excellent.

& que tu y seras très bien. Telle est la fin de sa phrase que je vois dans ses yeux verts. Trop émue, heureuse, elle ne trouve pas vraiment les mots pour exprimer toute sa pensée. Mais cela est-ce réellement nécessaire, quand son regard parle si bien pour elle? Quant à moi, mon sourire ne semble plus vouloir me quitter, alors que je réalise enfin pleinement que tout cela n'est pas qu'un beau rêve.

Un rire échappa à Océan tandis que le Galifeu se reprenait, d'abord gêné puis d'un coup bien plus sympathique, dévoilant une facette de son caractère qui plaisait déjà plus au Gobou -même si cela ne l'empêcha pas de se promettre de le garder à l'œil, en bon frère protecteur & aimant-.
Flamme quand à elle se détendit, le dépit la quittant pour laisser place au soulagement, bien qu'elle ne comprenne toujours pas les réactions d'Elias. Elle retrouva alors son sourire & son regard brillant, tandis qu'elle se joignait à la conversation entre les deux pokémons les plus chers à ses yeux. Heureuse qu'enfin ils se rencontrent.


Dernière édition par Lazare A. Jaegan le Ven 18 Jan 2013 - 22:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcissus
avatar
Noah S. Astaran
Narcissus

Féminin
Messages : 769
Age : 25

Âge du personnage : 18 ans
Nombre de Badges : /

MessageSujet: Re: Que le monde est petit. [Noah Astaran & Camille Jaegan]   Ven 18 Jan 2013 - 1:15


TWO PATHS COMING BACK TOGETHER
ft. Lazare & Camille Jaegan

Le vent se lève soudainement et fait s'envoler ma chevelure blonde. Cette embardée météorologique ne vient pas seule. Le soleil qui brillait un instant plus tôt se couvre progressivement sous les assauts des nuages gris. Je laisse mon regard errer vers le ciel, surpris de ce changement soudain. Elias relève le bec à son tour. Ses plumes s'hérissent soudainement et il me fait un drôle de regard. On dirait que mon compagnon a senti une perturbation à venir. Ses prunelles orangées ne laissent aucun doute sur son message. Il n'a pas envie de se faire mouiller. Chose normale pour un Pokémon de type feu. Ces étranges créatures. Capables de prédire l'avenir même. Sensibles au moindre changement de température. Le Tylton vole plus bas lui aussi, et Flamme semble dans le même état que son semblable. Seuls Martial, Nuki et Romulus ne semblent pas trop affectés. Ce premier, étant un Pokémon de type eau, ne se formalisera pas trop d'un peu de pluie. Les deux autres sont trop absorbés dans leur jeu pour porter attention à qui que ce soit. Le Coupenotte entraîne son compagnon de jeu sur les planches, brandissant son bâton pour rendre fou de rage le quadrupède. Il ne cesse de rire, signe définitif qu'il s'amuse comme un petit fou. Pour ce qui est du Medhyèna, je ne suis pas certain de son état d'âme, étant une créature plutôt complexe à comprendre. Malgré tout, il continue à poursuivre le petit dragon dans l'espoir de remporter le prix ultime: ce bâton tant convoité. Elias s'éloigne un peu d'Océan et de Flamme pour venir se camper près de moi. J'hoche simplement de la tête. Malgré l'importance capitale de ce moment pour nous, nous devons à présent rentrer. Sans attendre, je leur propose d'aller manger un morceau dans un restaurent non loin du campus.

«Et je paie, pas de discussion là-dessus.»

Non mais, comme si le gosse le plus riche du campus allait laisser ses copains crever de faim! Sans écouter leurs protestations, je bifurque vers les gares, en m'assurant bien sûr qu'ils me suivent. Nous arrivons juste à temps au train avant qu'une pluie torrentielle nous tombe sur la tête. Bien au chaud dans notre wagon, j'explique à Lazare que je viens d'une famille très... nantie et que je peux bien me permettre de payer pour tous. Nuki sur mes genoux, je regarde le paysage défiler à vive allure. Je sais que bientôt, je devrai les laisser seuls afin qu'ils discutent un peu. Même s'ils ne me font pas sentir ainsi, ma présence est de trop dans ces retrouvailles. Afin d'éviter leurs protestations, je passerai donc le midi en leur compagnie et les laisserai en tête à tête lorsque je devrai quitter pour mon cours de l'après-midi. Pour l'instant je les mène jusqu'au restaurent. Un billet glissé au serveur nous assure la tranquillité tant qu'à la présence de nos Pokémon dans un endroit aussi chic. Nous sommes placés dans un coin paisible, peu fréquenté et discret. Nous discutons alors un peu, mais j'anime une bonne partie de la conversation, tellement je suis de bonne humeur. Je nous commande toutes sortes d'entrées de choix et leur conseille les meilleurs plats. Qu'ils n'aillent pas loucher sur les prix les plus bas hein! La discussion va donc de bon train et je me sens léger et heureux.

«Vous savez, j'aimerais m'entendre aussi bien que vous deux avec ma soeur, Saranna. En fait... nous nous détestons, c'est bien dommage.»

Pourquoi suis-je en train de parler d'elle? Je m'en fiche. Après tout, je viens de me faire un tout nouvel ami et j'ai envie de les gâter tous les deux. Bientôt, des plats fumants s'amassent sur la table. Un festin que nous pouvons tous partager, humains et Pokémon. Nuki s'empare d'un bâtonnet au fromage qu'il déguste avec délice. Panure et fromage fondu s'accumule autour de sa petite gueule, le rendant très mignon. Elias est assis près de Flamme et je surprends son regard errer souvent en sa direction.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Messages : 391
Âge du personnage : 18 hivers.
Nombre de Badges : Pas encore.

MessageSujet: Re: Que le monde est petit. [Noah Astaran & Camille Jaegan]   Sam 19 Jan 2013 - 0:45

Le vent, entraînant ces nuages qui viennent couvrir ce magnifique soleil présent il y a encore peu. Des nuages gris, sombres, menaçants. Le Galifeu vient se placer près de son dresseur, comme pour demander à aller s'abriter de l'averse qui approche. La Galifeu n'en est pas plus perturbée que cela ; après tout elle a passé huit ans à Cimetronelle avec nous, ce village dans les arbres, ce village souvent pluvieux. Les larmes du ciel ne la perturbent plus tant que ça désormais, bien qu'elle ne soit toujours pas une grande adepte de l'eau. Océan & Martial n'ont aucune réaction, tout types eau qu'ils sont, & Soprano ne semble pas dérangé spécialement non plus, quoiqu'il vole tout de même plus bas il me semble, sans doute par prudence. Romulus & Nuki quant à eux ne semblent pas même s'apercevoir que le ciel s'est assombri.

Rapidement Noah propose une alternative, dans le fait d'aller déjeuner dans un restaurant hors du campus. Option rapidement acceptée bien que l'affirmation quant à l'addition, prononcée alors que nous prenons le chemin dudit restaurant, soit rapidement contestée par mon frère & moi-même. Enfin.. Surtout par mon frère, en réalité. Moi, je proteste pour la forme, sachant pertinemment que c'est une cause perdue tant notre ami peut être buté. & celui-ci ne tarde pas à expliquer à Lazare quelques détails sur sa famille, expliquant rapidement que nous offrir le repas ne sera pas un problème, ce qui l'apaise un peu.. Mais pas totalement. Je le comprends, je comprends ses réticences relativement masquées sans difficulté, mais d'un haussement d'épaules je finis par lui indiquer de laisser couler, car malgré tout son entêtement cela m'étonnerait qu'il ait gain de cause sur ce point.

& nous laissons le jeune Narcissus nous entraîner dans un restaurant pourtant relativement bien côté, faire en sorte de nous obtenir un peu à l'écart. & il anime une bonne part de la discussion, suivit de près par mon frère, mais moi je me contente souvent d'écouter en souriant légèrement. La conversation va donc bon train lorsque les plats arrivent sur la table. Une remarque du blond sur le lien qui nous unit, le brun & moi-même, finit par fuser avec une petite pointe d'envie, une comparaison entre notre entente & celle, nettement moins bonne visiblement, que notre ami a avec sa sœur. Mais que dire à cela? Je ne sais. Mon jumeau non plus. Des frère & sœur se détestant? Concept étrange. Lazare & moi échangeons un regard perplexe, sachant que cela existe sans être capables de le comprendre ; ils doivent bien s'apprécier un minimum dans leurs disputes, non? Non, nous ne pouvons pas comprendre, nous sommes enfants uniques & trop liés pour savoir ce que c'est que de haïr sa fratrie. Ils se détestent dit Noah, ils se détestent & il trouve cela dommage.

- A ce point-là?. murmure-je finalement, la voix pour une fois hésitante.

Les deux Galifeu étaient assis côte à côte, se lançant parfois des regards à la dérobée, d'une discrétion toute relative pour leurs dresseurs. Océan avait préféré -vilement?- les laisser seuls, allant rejoindre sa place favorite, sur l'épaule du jeune homme brun qui lui faisait passer de quoi se sustenter. Le Tylton avait alors élu domicile sur le dossier de la chaise où Romulus s'était assis, enfin assagi, & parfois il s'en allait voleter au dessus de la table pour quémander quelque chose à manger, ce que les humains lui accordaient, amusés.
Fatalement au bout de quelques minutes, les regards des deux oiseaux de feu finirent par se croiser. & aussitôt Flamme détourna les yeux, trouvant subitement les plats très intéressants, pour masquer sa gêne d'être ainsi prise en flagrant délit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcissus
avatar
Noah S. Astaran
Narcissus

Féminin
Messages : 769
Age : 25

Âge du personnage : 18 ans
Nombre de Badges : /

MessageSujet: Re: Que le monde est petit. [Noah Astaran & Camille Jaegan]   Sam 19 Jan 2013 - 14:14


TWO PATHS COMING BACK TOGETHER
ft. Lazare & Camille Jaegan

La pensée de ma soeur m'affecte plus que je ne l'avais calculé. Je sens l'irritation se pointer au creux de mon estomac et comme un goût désagréable envahir ma bouche. Un frisson me parcoure, attirant l'attention de mon Coupenotte qui pourtant, était concentré dans la dégustation de ses bâtonnets de mozzarella quelques secondes plus tôt. Nuki a vécu avec moi avant mon arrivée à Alcea, lui seul donc autour de cette table connaît ma triste relation avec Saranna. Jamais au grand jamais, la jeune femme n'avait fait d'effort pour m'aimer. Jamais. Le jour de ma naissance, elle s'est mis en tête que je formais un ennemi, un compétiteur à l'attention parentale, et qu'il faudrait me détruire le plus rapidement possible. Sachant, bien sûr, qu'elle ne pourrait accomplir une telle chose, elle se résigna à faire de ma vie un enfer. Elle m'avait fait manger des verres de terre bon sang! DES VERRES DE TERRE! Comment pourraiais-je pardonner cet affront, même s'il a été commis il y a des années? Je croque dans le pain croustillant de ma bruscetta et essuie ma bouche alors que le coulis de tomates me coule sur le menton. La mention de cette relation houleuse provoque tout un assentiment chez les jumeaux qui, visiblement, sont peu à l'aise avec cette version de la fratrie. Je souris, malgré mon humeur qui vient de changer. Comme il doit être doux que de n'avoir que cette vision. Je les jalouse un peu. J'aurais bien aimé avoir un frère cadet avec qui m'amuser. Je me suis trop souvent senti seul durant mon enfance. Alors que ces deux-là... Toujours collés l'un à l'autre. Un fil invisible semble les rattacher ensemble. Jamais ils ne s'éloignent trop l'un de l'autre. Peut-être est-ce simplement un effet des retrouvailles.

«Oui, disons que votre version de la fratrie est assez peu commune. La plupart des frères et soeurs s'entendent plutôt bien. Mais disons que Saranna m'a toujours vu comme sa compétition et elle se faisait un malin plaisir de me torturer, étant enfant. Aujourd'hui, trop de rancoeur nous habite pour construire une relation plus saine. Mais bon, ne vous inquiétez pas, nous nous rapprocherons bien, un jour ou l'autre.»

J'en doute grandement. Saranna m'en veut énormément de déplaire à notre père en m'engageant dans la voie des dresseurs. Mon choix lui paraît totalement insensé alors que j'ai la possibilité de devenir le directeur en chef d'Astaran Inc. et rouler sur l'or. Je dois avouer que l'idée de devenir pauvre me terrifie, alors que j'ai vécu dans un monde copieux toute mon existence. Mais d'un même côté, j'avais la certitude de me trouver au bon endroit. À Alcea, à poursuivre mon rêve. Voyant que le sujet les met tous les deux mal à l'aise, je décide de laisser tomber.

«N'en parlons plus. Trinquons plutôt à vos retrouvailles!»

Sur ce, je lève mon verre dans un rire et trinque à cette amitié nouvelle. J'envoie un clin d'oeil à Camille et surprend un petit regard échangé par nos Galifeu. J'attaque la nourriture voracement, me trouvant plus affamé que je ne l'avais d'abord cru. Nous mangeons dans la bonne humeur. Nos Pokémon font tout un tapage autour de la table, et c'est ainsi que nous aimons les choses. Au bout d'un moment alors que les assiettes des entrées disparaissent de la table, je lance d'un ton rieur:

«Alors, Lazare, faudra se faire un combat Pokémon un de ces jours. Je veux voir si tu es aussi doué que ta soeur!»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin
Messages : 165
Âge du personnage : 18 ans.
Nombre de Badges : Aucun.

MessageSujet: Re: Que le monde est petit. [Noah Astaran & Camille Jaegan]   Mar 22 Jan 2013 - 1:39

Je fixe mon assiette sans savoir que lui dire, toujours aussi troublé. Oui oui je sais, il faut de tout pour faire un monde. Mais de la haine entre frère & sœur, je n'arrive tout simplement pas à le saisir. Comment une fratrie peut-elle en arriver à cela? Je ne peux pas comprendre, même si je peux essayer, & même si on me l'explique je pense que je n'arriverai jamais réellement à comprendre. Le jeune homme nous décrit brièvement cette relation pour nous si étrange, tentant d'achever cette évocation sur une note positive ; mais y croit-il vraiment lui-même? Je ne sais.

Il finit par changer abruptement de sujet, voyant sans doute que celui-ci nous met tous les trois aussi mal à l'aise, bien que sans doute pas pour les mêmes raisons. Rendant un sourire à cette nouvelle phrase de sa part, je me promets cependant de réfléchir à ce qu'il a dit plutôt, d'essayer de comprendre malgré tout autant que je le peux. & je lève mon verre pour trinquer avec lui, imité de ma sœur dont le regard lui de lueurs contradictoires, la joie & l'interrogation. & nous trinquons, la bonne humeur revenant finalement assez rapidement, le reste du repas se déroule sans anicroche, les discussions redeviennent plus légères bien que les questionnements restent présents au fond des esprits. Nous les refoulons pour profiter de l'instant, nous les remettons à un autre moment pour ne garder que cette ambiance joyeuse & apaisante. Ainsi lorsque le ton rieur de Noah finit par attaquer un autre sujet, c'est en souriant, les yeux étincelants d'une lueur combative, que je lui réponds.

- Laisse-moi le temps de retrouver mon niveau d'antan, & je te prouverai avec plaisir que nous sommes aussi redoutable l'un que l'autre!

& Camille porte sur nous un regard amusé alors que la conversation se poursuit, ponctuée de rires légers. Aucune trace d'inexpressivité sur son visage, elle est aussi détendue que nous tous, dévoilant ce visage que par le passé déjà, peu connaissaient. Oui, c'est réellement un déjeuner détendu, entourés de nos pokémons. Un déjeuner dans la joie & la bonne humeur, tous autant entraînés par l'ivresse de ces retrouvailles, de ces quelques instants qui resteront sans doute longtemps dans nos mémoires.

**
Lorsqu'est venu le moment de se quitter, cela a été avec le sourire, & le sentiment d'une nouvelle amitié qui s'instaure. Une drôle de journée en somme, mais alors que ma sœur achève notre rapide visite d'Alcea Rosea en me montrant la porte de ma nouvelle chambre, je ne regrette rien. & croisant ses yeux verts j'esquisse un sourire qu'elle me rend, l'espace d'un bref instant.
Avant que les océans d'émeraude s'emplissent d'inquiétude. & immédiatement je devine ce qu'elle va demander, je devine qu'elle va poser cette question qu'elle refoule depuis ce matin pour ne pas briser l'instant de joie, attendant que nous soyons seuls.

- Mina?. souffle-t-elle tout doucement.

La douleur qui s'inscrit alors dans mon regard semble lui suffire, & une souffrance identique emplit aussitôt le sien où les larmes se mettent à perler. Alors je ne cherche pas à prononcer cette réponse qui d'avance me nouait la gorge, me contentant de serrer ma sœur contre moi, sans un mot. Rapidement nos pokémons viennent se joindre à cette étreinte dans un même mouvement de soutien silencieux. & si les deux nouveaux semblent touchés par la douleur palpable mais un peu perdus, les trois plus anciens pleurent avec nous cette rude évidence.
Son sourire ne reviendra pas.
FIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Que le monde est petit. [Noah Astaran & Camille Jaegan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Que le monde est petit. [Noah Astaran & Camille Jaegan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Whedonverse est un monde bien petit ...
» Christian Champion du monde un jour ?
» Petit lézard
» la plus petite "Ville" du monde
» Bonjour tout le monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alcea Rosea ♣ :: Campus d'Alcea Rosea :: Les Gares sur l'Eau :: Allée principale-